Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Ajoie, les mots du Micou > Ïn trésoûe de patois tchu lai fèrniere
Publié : 13 novembre

Un trésor du patois sur la toile !

Ïn trésoûe de patois tchu lai fèrniere

l’micou, Michel Cerf, novembre 2017

Ïn trésoûe de patois tchu lai fèrniere

I muse que c’ment moi vôs éz aippris qu’not’bé p’tèt djoénâ, L’Ajoie, se v’lait endremi, craibïn po ènne grante boussèe. Lo r’trovaie ïn djoué dains nôs tieûjainnes demoére poétchaint c’ment ïn sondge que n’me tçhitte pe... È s’y ât bïn trovè, ïn premie côp, dés dgens prou aimoérous de ci care de tiere po épreuvaie de bèyie ènne vétçhaince en ci prodgèt...

Dali, aivô totes soûetches d’âtres biats, tus pu ïn’tréssaints lés yuns qu’lés âtres, « Djase patois » sré décombrè (va disparaître). I èchpère bïn que l’ïntérèt po lai laindye de nôs véyes dgens ne s’en veut’pe trovaie aibéchi, poûeche di patois, tiaind an en veut trovaie, ç’ât prou aîjie d’en aivoi è yére o è öyi.
Po èc’mencie, vôs saites que tos lés vardis, nôt’aimi Bernard Chapuis propose, dains l’QJ, ènne loûene o ènne aivisaîye bïn aîjie è compare.

Lo dûemoine, dains çte boéte que djase, RFJ, ès sont tras, vnis de nôs tras dichtricts que pregnant lai pairôle po nos entret’ni, en patois, d’ïn sudjèt di môment. Po l’Aidjoûe, çât l’Ugéne, ïn bon défeinsou di patois, po l’Vâ an r’trove Denis Frund èt po lai Montaigne ç’ât Eribert Affolter, qu’an peut achi yére dains lai feuye du GHETE. Dés feuyes aivô des biats en patois, è y é bïn d’âtres : L’Arc Hebdo, L’Franc-Montagnard èt lés feuyes dés v’laidges, c’ment Font’nais o ç’tu d’lai Barotche.

Dali, lo vartabye trésoûe qu’i vorôs bragaie, ç’ât Djasans, ïn site qu’an trove tchu lai fèrniere (djasans.ch) èt voû sont raissembiès dés biats présentès poi dgenre :

- dés loûenes, dés novèlles, dés tchainsons, dés paidges d’hichtoire di paiyis,

- dés glossaires, è yére o è öyi, dés y’çons po aippare lo patois,

- dés r’çattes, tos lés trésoûes de lai tieûjainne de nôs véyes dgens,

- dés véyes dossies, de nôs djoénâs o d’lai radio, sâvès d’lai rébiaince,

- tot ïn traivaiyie po les afaints dés écôles,

- lés aidrâsses dés dgens èt des mov’ments qu’euvrant po entret’ni l’patois,

- dés airtchives poi centainnes, sâvès poi lés rechponsabyes de Djasans èt présentès d’ènne faiçon qu’an s’y r’trove sains trop d’mâ.

Les dgens que moinant ç’te bésaingne euvrant dains l’ailombre, aivô oûedre, piaîn’ment (patiemment) èt n’sont dj’mais sôles. Ïmpossibye de bèyie yôs noms en tus, mains ç’tu que poétche lo tieusain d’ci prodjèt, c’ât Louis-Djo Fleury, ïn hanne que vïnt de l’ensagn’ment.

Voili tras annèes que dains L ’Ajoie, i graiyenne in biat dous côps pai mois. Chi i n’ai quasi dj’mais yaincie de çhoés és défeinsous di patois, i m’daivôs, aivaint de r’bèyie lai pieume, de vos encoraidgie, tchu vos ordnatous, è visitaie Djasans en lai v’niainne. (régulièrement).

L’micou