Par : Fleury LJ
Publié : 28 février 2009

La grippe espagnole à Lajoux, textes

Le Monument d’Laidjoux, par Raphaël Brahier

écouter le récit en patois de la Courtine dit par Raphaël Brahier, de Lajoux.

1. Présentation de la situation, le déclenchement de la guerre et les soldats aux frontières.

Raphaël Brahier, la grippe 1
Raphaël Brahier, la grippe 1 -  MP3 - 3.3 Mo
Raphaël Brahier, la grippe 1

Le promenous qu’bacale de Laidjoux po allaie è Sacy é le r’dyaie raitirie pai le Monument qu’ât drassi en enne dijaine de métres è main gâtche d’lai vie, è quéque tros cents métres aipré le vlaidge. Ç’ât enne crou de tros métres de hat daivo doues stèles de ïn métre de t’chéques sans. Tchu l’aissite d’lai crou, an peut yeure : Es soudaits qu’sont moes d’lai dïndye ( grippe ) en Laidjoux en 1918. D’chu lés doues stèles sont graivès les noms de heute soudaits. Ci chalvaire ât aippelè le Monument pai les Djoulais ! Ç’ât ïn yuedit !.. I vos baiye doues exempyes : I l’ai crougie à Monument. Ou bïn : El é mounait sés tchvas djeuque à Monument !

Ci Monument ât groûeyou. ( en calcaire ) . El ât bé, rouechnaint ( émouvant ) dains sè sïmpyicitè. El ât aiyu inaudyurait le sèpt de septimbre 1919, el y é quasi nonante annès. I veus vos r’contaie son hischtoire. Po m’aidie, i m’référe à seuvni d’mon pére è peu d’mai mére, mains chutôt en lai feuille : Le Franc- Montagnard, di djüdé 12 septimbre 1919.

De 1914 è 1918, tote l’Europe ât en dyére.Ç’ât les Allemands qu’aint aittaiquè lai Fraince. Po ecmancie, els dyaingnant ; els aint boltiulè les soudaits frainçais quasi djeuque è Pairis. A c’menc’ment de l’ainnè 1918, lés airmès frainçaises è peu andyaises,commaindè pè ci général Pétain, aiche-bïn aidie pè les Américains r’preniant l’aivaintaidge. Els traquant les soudaits allemands voit l’Yeuvaint ( Est). Lés combaits s’raipreutchant d’lai tchinne di Jura ; çoli d’vïnt daindgerous po note paiyis. Po voirdaie lai frontiere , le hât Commaindement de l’airmè d’lai Suisse envie brâment de soudaits en Aidjoue è peu aiche bïn dains note cairre.

Le doze de djuïn tot enne rotte de soudaits airrivant en Laidjoux. El y é enne compaignie d’mitrailleurs, enne compaignie de tairlairets, ( fantassins ), è peu enne écôle d’officies. Els sont caintonnès dains dés graindges, dés r’mijes, dés tchairis ; els dremant tchu l’étrain ! Aivâ l’djoé, els s’entrienant ; els faint loute ïnschtruction de soudaits chu l’tchaimpois d’lai Cernie en lai souetchie di vlaidge d’lai sans de Sâcy.

Dains l’Europe lai dyérre é dje fait pu d’in millons de vitchtimes chu les tchaimps d’baitayie.

2. Description des effets de la grippe

Raphaël Brahier, la grippe 2
Raphaël Brahier, la grippe 2 -  MP3 - 2.1 Mo
Raphaël Brahier, la grippe 2

An dit vlantie qu’ïn malhèye n’airrive dgemais de pair lu !... Voili qu’enne terribye oèjon ( épidémie ) tchoit chu l’Europe ; ç’ât lai dïndye ( grippe ) d’Echpaigne.

En lai fïn de djuïn, en remairque les premis soingnes d’lai malaidie chu les soudaits qu’sont en Laidjoux. Els sont bïn sôles, les tchaimbes c’men d’lai goiye, brâment de fivre, els teuchnant c’men des bétes ; els n’aint pu d’foerce è peu brâment mâ en lai téte. Le ché de d’juillet, el y en é enne centainne qu’sont mâlaites ; enne senainne pu taid el y en é cent soissainte. Le médcïn militaire ât és cent cops, les ïnfirmies ne saint pu vou baiyie d’lai téte. Di traze à dechsète de d’juillet heute soudaits è peu quaitre d’juenes di vlaidge meurant, poche que lai terribye malaidie s’ât aiche bïn trainchmige és dgens di vlaidge ! Les premies soudaits meurant tchu l’étrain quasi c’men des bétes que cravant !... Mai mére qu’était vendouse en lai Coopé nos racontait c’men les dgens d’Laidjoux sont v’nis en aide en cés pores hannes dïnche mâlaites. El y en é qu’ bottïnt des poiyes è dichposition, d’âtres qu’prâtïnt des yés, dés yessues, dés tyeuvéches po les pu mâlaites. Des ïnfirmieres é peu des ïnfirmies di vlaidge baiyïnt aiche bïn ïn cop d’main.

Lai bouene moitie dés Djoulais étïnt mâlaites. Mon pére nos racontait sés seuvnis dés foénéjons de c’t’annè-li. El n’y aivait quasi niün és tchaimps. C’était enne pidie de voie les dgens se trïnaie po épreuvait de rentraie di foin. Els étïnt véti c’men en heuvé taint els grulïnt de fievre.

Ç’ât les djuenes qu’étïnt les pu ciailes d’vaint c’te métchainte mâlaidie ; el y en é quaitre qu’sont moues !...in djuene hanne de 24 ans è peu tros d’juenes baichattes de 13, 24 è peu 28 annès.

3. La mort des soldats et le monument

Raphaël Brahier, la grippe 3
Raphaël Brahier, la grippe 3 -  MP3 - 1.9 Mo
Raphaël Brahier, la grippe 3

Le premie soudait moue le traze de djuyèt était ïn sous-officie : Charles de Graffenried, déchandain d’enne nobye faimille de Bérne, les de Graffenried – d’Erlach. Po honouraie le seuvni de loute bouebe è peu d’sés caimrades cés dgens vlant faire ïn dgeste. En aiccoue d’aivos les autoritès d’lai tieumune è peu d’lai bairoitche, els prépojant de drassie ïn tchalvaire en l’entrè di tchaimpois vou les soudaits f’sïnt loutes exercices !...

Ç’ât le saimdé sète de septimbre 1919, en lai d’mé des tros qu’ci monument ât aiyu inaudyurè. D’ïn numro d’lai feuille Le Franc–Montagnard di djudé doze de septimbre 1919 i r’tïns les rensoiegnements qu’cheuyants :

***

El yé brâment d’monde : quasi tot le vlaidge ât li, aiche bïn les pairents des soudaits moues en 1918. Ç’ât le chire Maillard raicordgeaire en Laidjoux qu’aidieuye les aiffaires…

Le chire Hantz, tiurie en Laidjoux, que r’yeuve de malaidie, r’merchie lai faimille de Grafenried d’aivoie tchoisi enne crou po raippelaie le seuvni d’son bouebe è peu d’sés caimrades.

Lai crou, qu’el dit, ât le sïmbôle di seuvni, des seuffrainces, dés saintès è peu des vetchainces qu’sont aiyu chaicrifiès chu les tchaimps d’baitailles. Les soudaits suiches qu’sont moues d’lai terribye malaidie aint aitot chaicrifiè loute vétchaince po loute paiyis. Po fini son dichco, el dit des pairoles de solaidgement és dgens qu’aint perju ïn afaint, ïn frérat ou bïn ïn fiainci, cheute en lai crouye dïndye de 1918.

4. La donation du monument à la commune, le discours du père d’un soldat

Raphaël Brahier, la grippe 4
Raphaël Brahier, la grippe 4 -  MP3 - 2 Mo
Raphaël Brahier, la grippe 4

Pai ïn acte de donation drassi d’vaint ïn notaire,le chire de Graffenried r’bote le Monument di seuvni en lai tieumune de Laidjoux qu’ât r’présentè pai le mére : Séraphin Crevoisier è peu l’grayenou : Paul Brahier. El yeut l’état-civil des soudaits qu’aint loute nom graivès chu les stèles :

- Charles de Graffenried, de Bérne, 20 ans.
- Hans Bühlmann, de Béatenberg, 21 ans
- Marius Constantin, de Ayent, 22 ans
- Hans Christen, de Schöffland 23 ans
- Louis Anselmier de Penthaz, 28 ans,
- Hans-Gottlieb Schlaepi, La Lenk, 22 ans
- Hermann Moser, de Biglen, 22 ans
- Rodolphe Kaufmann, Oberwil, 27 ans.

D’aivo brâment de rechpèct, le chire de Graffenried èyeuve son tieure è peu sés musattes : El entchuat ( souhaite ) que c’te crou drassie dains ci bé cairre des Fraintches-Montaignes, mairque l’ecmencement d’enne grante boussiatte de paix entre tos les paiyis di monde !... El porcheut :

Qu’lai crou qu’se trove chu lai bainniere d’lai Suisse voirde lai paix entre tos les caintons.

Qu’lai roudge crou qu’é flottè chu les tchaimps de baitailles sait le sïmbole di rechpect qu’en dait és biassis è peu és moes d’lai driere dierre.

I crais que totes cés croux, aiche bïn lai crou d’lai r’lidgion chréchtienne aint permis ’ïn grant miraissye : lai sotniouse ( protection ) di Bon due chu note paiyis !

Aipré lai bénédichion d’lai crou pai l’tiurie d’Laidjoux, ç’ât le greynou d’lai tieumune qu’témoingne ( s’exprime ) à nom des Djoulais. Lai tieumune de Laidjoux aiccepte lai donation di Chalvaire è peu s’engaidge è l’entretnie è peu è le vénéraie.

5. Les remerciements de la commune et dernier discours

Raphaël Brahier, la grippe 5
Raphaël Brahier, la grippe 5 -  MP3 - 2.2 Mo
Raphaël Brahier, la grippe 5

Le drie pradjou ( orateur ) feût l’vétrinaire Bernard de Fornet-Dedos. Po quoi lû ? D’aipré més pairents, c’était ïn hanne ïnchtru, ïn bé djasou qu’ainmait bïn témoignie ( s’exprimer ) d’vaint les dgens. El pairrat qu’el cognéchait dés fïn meût les Djoulais. Quasi tot l’monde aivait dés bétes qu’el fayait soingnie ïn cop ou l’âtre ! At ce que c’était crais bïn enne réjon po ïn po braigaie les Djoulais ?

El d’mainde és dgens qu’sont raissembyès de musaie en totes cés faimilles de Fraince, d’Aindyeuterre, d’Itailie d’Aimérique qu’aint perju quéqu’un à long de c’te terribye tchuourie qu’feut lai dierre de 1914 è 1918 !... El ne f’ât pe rébiaie non pu les faimilles des soudaits allemands qu’sont aiyu entrinnès dains lai dierre è case de l’ordiou d’lous diridgeaints.

Lai tieumune de Laidjoux que r’cit ci monument dos sai gairde dait en parre tieusain è peu étre reconniéchainte de c’te donation !

En bon r’mairtchous, ( observateur ) le chire Bernard muse que Laidjoux ât à r’brâs ( tournant ) d’son devni. El r’mairque que lai paiyisnaidje vait bïn, qu’l’heurlodgerie é ïn bel aivni d’vaint lè é peu qu’el y é brâment d’ airtisains que conniéchant bogrement bïn loute métie.

El envelle ( invite ) les autoritès d’aivaintaidgie l’ïnchtruction des afaints è peu el demainde és pairents de bïn aiyeutchi les djuenes sains çoli l’echprit contrérous ( frondeur ) è peu redjannou ( gaulois ) des Djoulais porrait pédre son tchairme !...

Lai féte se rdjâbiye ( se poursuit ) pai quéques dieûnes ( productions ) d’lai Societè de tchaint, aiche bïn d’lai fanfare !...

Le raippouetchou di Franc – Montagnard èssevnât son biat en compyimentaint la tieumune de Laidjoux. El graiyenne :

Nos ne musie pe trovais atche de che bïn dains ïn p’té vlaidge !

A. G.( Alcide Grimaître )


Texte pour impression

Monument Grippe espagnole, texte patois -  PDF - 152.5 ko
Monument Grippe espagnole, texte patois

Le Monument de Lajoux.

Par Raphaël Brahier, Lajoux

Le promeneur flânant de Lajoux en direction de Saulcy a le regard attiré par le Monument dressé à une dizaine de mètres à gauche de la route, à quelques 250 mètres après le village. C’est une croix de trois mètres de haut avec deux stèles de un mètre de chaque côté. Sur le socle le la croix, on peut lire : Aux soldats morts de la grippe à Lajoux en 1918. Sur les deux stèles sont gravés les noms des huit soldats. Ce calvaire est appelé : Le Monument par les Djoulais. Avec le temps, c’est devenu un lieu-dit !...Je vous donne deux exemples :

- Je l’ai croisé au Monument.

Ou bien :

- Il a conduit ses chevaux jusqu’au Monument .

Ce Monument est en calcaire. Il est beau, même émouvant dans sa sobriété. Il a été inauguré le 7 septembre 1919, il y a tantôt nonante ans. Je me propose de vous raconter son histoire. Pour m’aider, je me réfère au souvenir qu’en ont gardé mes parents, mais surtout au journal : Le Franc – Montagnard du jeudi 12 septembre 1919 !

De 1914 à 1918, toute l’Europe est en guerre. Ce sont les Allemands qui ont attaqué la France. Au début, ils sont victorieux ; ils refoulent les soldats français presque jusqu’à Paris ! Au début de l’année 1918, les armées françaises et anglaises, commandées par le général Pétain et aidés par les Américains, reprennent l’avantage. Ils repoussent les soldats allemands vers l’Est. Les combats se rapprochent de la chaîne du Jura ; cela devient dangereux pour notre pays. Afin de garder la frontière, le Haut Commandement de l’armée suisse envoie beaucoup d’unité en Ajoie ainsi que dans notre région. Le douze juin de nombreux soldats arrivent à Lajoux. Il y a une compagnie de mitrailleurs, une compagnie de fantassins et une école de sous-officiers. Ils sont cantonnés dans des granges, des remises, des locaux désaffectés ; ils dorment sur la paille ! Durant la journée, ils sont à l’exercice. Ils font leur instruction militaire sur le pâturage de la Cernie à la sortie du village du côté de Saulcy.

En Europe, la guerre a déjà fait plus d’un million de victimes sur les champs de batailles. On dit volontiers qu’un malheur n’arrive jamais seul !... Ne voilà- t’il pas qu’une terrible épidémie s’abat sur l’Europe !... C’est la grippe espagnole.

A la fin juin, les premiers signes de la maladie apparaissent parmi les soldats cantonnés à Lajoux. Ils sont très fatigués, les jambes comme de l’étoupe, énormément de fièvre, ils toussent à rendre l’âme ; certains n’ont plus de force ou ressente des douleurs encéphaliques. Le six juillet, il y a une centaine de soldats malades ; une semaine plus tard, il sont cent soixante. Le médecin militaire est aux abois, les infirmiers sont débordés. Du treize au dix-sept juillet, huit soldats et quatre habitants de Lajoux décèdent car la terrible épidémie c’est également transmise à la population civile. Les premiers soldats meurent sur la paille !...presque comme des bêtes qui périssent !

Ma mère qui était vendeuse à la coopé, nous racontait comment la population dans un élan de compassion est venue en aide à ces pauvres hommes. Certaines personnes mettaient des chambres à disposition, d’autres prêtaient des lits, des couvertures, des draps pour les plus malades. Des infirmiers et des infirmières du village donnaient également un coup de main.

La grippe étant très contagieuse, plus de la moitié des Djoulais est malade. Mon père nous rappelait ses souvenirs des fenaisons de cette été là !... Il n’y avait presque personne aux champs. C’était pitoyable de voir les gens se traîner et essayer de récolter du foin. Ils étaient habillés comme en hiver tant ils frissonnaient de fièvre ! Face à cette maladie, les jeunes étaient les plus vulnérables. Quatre sont morts ; un jeune homme de 24 ans et trois jeunes filles de 13, 24, et 28 ans.

Le premier soldat décédé le treize juillet était un sous-officier : Charles de Graffenried, fils d’une noble famille de Berne, les de Graffenried – d’Erlach. Pour honorer la mémoire de leur fils et de ses camarades, ces gens veulent faire un geste. En accord avec les autorités communales et paroissiales, ils proposent de dresser un calvaire à l’entrée du pâturage où les soldats allaient s’exercer !...

C’est le samedi sept septembre 1919, à quatorze heures trente, que ce Monument a été inauguré. Du Franc – Montagnard du jeudi douze septembre, je retiens les renseignements suivants :
Il y a beaucoup de monde ; presque tout le village est là, également les parents des soldats morts en juillet 1918. Monsieur Maillard, instituteur à Lajoux préside la cérémonie.

L’abbé Hantz, curé de Lajoux a tenu à être présent, bien que relevant de maladie. Il remercie la famille de Graffenried d’avoir choisi une croix pour rappeler le souvenir de leur fils et de ses camarades. < La croix, dit-il, est le symbole du souvenir, des souffrances, des santés et des vies qui ont été sacrifiées sur les champs de bataille. Les soldats suisses morts de la terrible grippe ont aussi donné leur vie pour leur pays.> En terminant son allocution, il dit des paroles de réconfort aux personnes qui ont perdu un enfant, un frère ou un fiancé lors de la grippe de 1918.

Par un acte de donation dressé devant notaire, monsieur de Graffenried remet à la commune de Lajoux, représentée par le maire Séraphin Crevoisier et le secrétaire Paul Brahier, le Monument du souvenir. Il lit l’état-civil des soldats dont les noms sont gravés sur les stèles :

Charles de Graffenried, de Berne, 20 ans

Hans Bühlmann, de Béatenberg, 21 ans

Marius Constantin, de Ayent, 22 ans

Hans Christen, de Schöffland, 23 ans

Louis Anselmier de Penthaz 28 ans

Hans- Gottlieb Schlaepi, de La Lenk, 22 ans

Hermann Moser, de Biglen, 22 ans

Rodolphe Kaufmann, d’Oberwil, 27 ans

Avec beaucoup de respect, Monsieur de Graffenried, élève son cœur et ses sentiments : Il souhaite que cette croix dressée dans ce beau site des Franches- Montagnes, marque le début d’une longue période de paix entre tous les pays du monde. Il poursuit :

- Que la croix qui se trouve sur le drapeau suisse maintienne la paix entre tous les cantons. Que la croix rouge qui a flotté sur les champs de batailles soit le symbole du respect dû aux blessés et aux morts de la dernière guerre.
Je crois que toutes ces croix, de même que la croix de la religion chrétienne sont à l’origine d’un grand miracle : la protection divine sur notre pays !
Après la bénédiction de la croix par le curé du village, c’est le secrétaire communal qui s’exprime. La commune de Lajoux accepte la donation du calvaire et s’engage à l’entretenir et à le vénérer !

Le dernier orateur fut le vétérinaire Bernard de Fornet – Dessous. Pour quoi lui ? D’après mes parents, c’était un homme instruit, un bel orateur qui aimait s’exprimer en publique. Il connaissait, parait-il, merveilleusement bien le caractère des Djoulais ! En ce temps là, pratiquement tout le monde avait du bétail qu’il fallait soigner une fois ou l’autre !... Peut-être était-ce une raison pour un peu flatter les Djoulais ?...

Il demande aux personnes rassemblées d’avoir une pensée pour toutes ces familles de France, d’Angleterre, d’Italie, d’Amérique qui ont perdu un proche au cours de cette horrible tuerie que fut la guerre de 1914 à 1918 ! Il ne faut pas non plus oublier les familles des soldats allemands entraînés dans la guerre à cause de l’orgueil de leurs dirigeants. La commune de Lajoux qui reçoit ce Monument sous sa garde doit en prendre soin et être reconnaissante de cette donation.

En bon observateur, monsieur Bernard constate que Lajoux est au tournant de son développement.Il remarque que l’agriculture est en plein essor, que l’horlogerie a un bel avenir et qu’il y a beaucoup d’artisans connaissant remarquablement bien leur métier.

Il invite les autorités à promouvoir l’instruction des enfants et les parents à bien éduquer les jeunes, sans cela l’esprit frondeur et gaulois des Djoulais y perdrait son charme !...

La fête se poursuit par des productions de la Société de chant de même que la Fanfare.

Le rapporteur du Franc-Montagnard termine son article en complimentant la commune de Lajoux. Il écrit :

- Nous ne pensions pas trouver quelque chose d’aussi bien dans un petit village !

Sig. A.G.( Alcide Grimaître )