Par : Fleury LJ
Publié : 7 juin 2013

Les sous, ce n’est pas tout

Les sous, ç’n’ât pe le tot

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 7 juin 2013

Lai Djulia fait le toué di v’laidge d’aivô son tchairrat po vendre ses celiedges.An yi en d’mainde ènne livre poi chi, ènne étçhéye poi li, che bïn qu’â bout di v’laidge è n’yi d’moère quasi pus ran, dous trâs celiejes â fond d’ènne cratte, qu’èlle baiye és afaints.

Lai Djulia s’en r’vïnt en l’hôtâ tote hèyerouse. Èlle é dyaingnè sai djouènnèe, èt chutot, èlle é djâsè, èlle é pris di bon temps.

Ïn djoué, d’vaint d’aicmencie sai touénèe, le blantchie lai récrie :

- Râte-te, Djulia ! T’n’és p’fâte d’allaie pus loin. I veus t’aitchtaie totes tes celiejes.

- Qu’ât-ce te dis, Ugéne ?

- Vends-me tes celiejes ! È m’les fât totes. Les soudaîts m’aint commaindè des toétchés és celiejes po ci soi. Yè bïn, te m’les baiyes ou bïn quoi ?

- Gnan !

- Èt poquoi ?

- T’airés tai cratte s’te veus, ran d’pus. È m’en encrât, mains i n’serôs. S’i t’vends totes mes celiejes, qu’ât-ce qu’i veus fotre tote lai sainte vâprèe ?

Les sous, ce n’est pas tout.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.2 Mo

info document -  PDF - 98 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">