Publié : 27 juillet 2018

La chèvre de Monsieur Seguin

Lai tchievre di chire Seguin

Jean-Marie Moine

Lai tchievre di chire Seguin

(Traduchion po ci Claude Proudhon)

L’ chire Seguin n’ aivait dj’mais aivu d’ tchaince d’ aivô ses tchievres.

È les predjait aidé d’ lai meinme faiçon ; ïn bé maitïn, èlles rontïnt yote coûedge, paitchïnt dains lai montaigne, pe l’ enson, l’ youp les maindgeait. Ne les çhait’ries d’ yote maître, ne lai pavou di youp, ran n’ les r’teniait. C’ était, è ç’ qu’ en dit, des yibres tchievres, que v’lïnt lai grôsse oûere pe lai tchie-bridâ.

Èl en encrâchait en ci braîve chire Seguin, que n’ compregnait ran en ses bétes. È diait : « È n’y é ran è faire ; les tchievres se n’ piaîjant p’ tchie moi ; dj’mais i n’ veus saivoi en vadgeaie yènne. »

Dâli, é se n’ décoéraidgé p’, tiaind qu’ èl eut predju ché tchievres, èl en aitch’té ènne sèptieme ; mains ci côp, èl eut l’ tieûsain d’ lai pâre tot djûene, po qu’ èlle s’ aivéjeuche meu de d’moéraie tchie lu.

Ah ! Gringoire, ç’ qu’ èlle était mignatte lai p’téte tchievre di chire Seguin ! ç’ qu’ èlle était bèlle d’ aivô ses douçats l’ eûyes, sai baîrbatte de cabo, ses nois sabats qu’ yujïnt, ses coûenes c’ment qu’ ces d’ ïn zébre pe ses grants biancs pois qu’ y f’sïnt ïn tchoupat !… è pe, dochile, çhaitouje, èlle se léchait traîre sains boudgi, sains botaie son pie dains l’ ouratte ; ïn aimoé de tchevratte !

J-M. Moine