Par : Fleury LJ
Publié : 18 juillet 2012

Eribert Affolter, RFJ, 8 juillet 2012

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 8 juillet 2012

Auteur : Eribert Affolter

Thème : Les vacances

info document -  MP3 - 3.9 Mo

Rfj 8 d’juyèt 2012

Aimis di patois bondjoué,

Voili que lai moitant de l’annèe ât outre. Mon Dûe s’que le temps pèsse vite. Aiprés aivoi vétiu totes les fétes dâs Paîtches, nôs sont ès gros condgies.

Dains le temps, an les aippelait les r’leudgires (les vacances horlogères). Mitnaint, tos les dgens pregnant les condgies tiaint ès v’lan. Ç’ât po çoli que entre le premie de djuin èt trente èt yun d’ôt vôs é bïn de lai poène de trovaie quéqu’un en l’hôtâ. Ềs sont allaie bacalè Dûe sait l’aivoù. Oh ! Ềs en aint bïn fâte, d’aivô lai vétçhaince qu’ès moénant mitnaint. Ềs ritant aidé mains bïn des côps ès saint’p l’aivoù ès vïnt. Ềs ritant aiprès le bonhèye èt djemais ès n’v’lant le raittraipaie. Mains ç’ât dïnche, ès v’lant aippâre d’aivô l’aidge que le bonhèye an ne peut’p l’aittraipaie. Ềs fât le conchtrure, ès fât di temps, ès fât de lai saidgence, èt tiaint vôs l’èz ès fât le voiedgeaie d’aivô bïn di tieusain..

Les condgies, ç’ât quoi ? Po des yuns, ç’ât de voûre lai mér, lai montaigne, lai meûcie di soraye (le coucher de soleil). Ềt tiaint ès n’s’coutche peus ? Ềt oh ! Li ensson ès y é des cares de tierre l’aivoù le soraye r’yeu aidé. Çoli dait étre écami de voûre aidé le soraye. Vôs peutes d’moraie feû, vôs peutes rébyiè vos r’leudges, vôs peutes ne djemais dreumie, bref vôs moénèz dous vétçhainces en lai fois. Mains li achi ès l’y é ïn temps l’aivoù le soraye ne s’yeuve pus. Ç’ât aidé lai neût, çoli dait étre moins riolant. Mains an n’peut tot aivoi le burre èt l’airdgent di burre. Ềt po aivoi péssè des bons condgies ès n’é’p fâte de dveni reuti c’ment di pain trâs tieût.

Mains ât-ce que ç’ât çoli les condgies, les bés paisaidges, les houres péssès ès tâle, les neûts san dreumie, les fètes djeuqu’ès lai pitçhiatte di djoué (au petit matin) ? Niain. Po moi, les vrâs condgies, ç’ât le temps péssè d’aivô les âtres. Ç’ât c’qu’ès vôs diant, ç’ât c’qu’è maindgeant, ç’ât l’aivoù ès d’morant. Ç’ât aiche bïn, ènne choé, ènne rusatte, ènne beuye (un regard).

Mains que tchétçhun pregneuche le bonhèye qu’ès veut, ç’ât c’qu’i vôs tchvâ de ton mon tiure. Péssèz ïn bon tchâtemps, reprente des foueches po péssaie l’herba qu’vïnt.

Moi aiche bïn i veus pâre des condgies di patois. Le côp vïnt nôs srains dje le dou d’septïmbre. Ci djoué li vôs srèz tu en lai féte caintonale di Patois â Nairmont. Ềt oh ! Nôs vôs aittendans po fétaie d’aivô nôs ci bé laingadge de nôs véyes dgens. Nôs ains tot mis en euvre po vôs r’cidre c’ment vôs le méritaie. Che vôs é des quechtions ès fât me le dire i veus vôs répondre d’aivô brâment de piaiji.

I m’rédjouie de vôs r’trovaie.

Èt bïn ç’ât tot po adjed’heû. I vôs tchvâ ïn bon duemoine èt ïn bon peûtou che vôs péssè è tâle.

E. Affolter

Rfj 8 juillet 2012

Amis du patois bonjour.

Voilà que la moitié de l’année a passé. Mon Dieu que le temps passe vite ! Après avoir vécu toutes les fêtes après Pâques, nous sommes aux grandes vacances.

Dans le temps, on les appelait « Les vacances horlogères ». Maintenant, tout le monde prend ses vacances quand il veut. C’est pour cela qu’entre le 1er juin et le 31 août vous avez beaucoup de peine à trouver quelqu’un à la maison. Ils sont allés promener Dieu sait où. Oh ! Ils en ont bien besoin, avec la vie qu’ils mènent maintenant. Ils courent toujours mais, bien des fois, ils ne savent pas où ils vont. Ils courent après le bonheur et jamais ils ne pourront l’attraper. C’est comme ça, ils apprendront avec l’âge que le bonheur ne se laisse pas attraper. Il faut le construire, il faut du temps, il faut de la sagesse, et, quand vous l’avez, il faut le garder précieusement.

Les vacances, c’est quoi ? Pour les uns, c’est de voir la mer, la montagne, un coucher de soleil. Et lorsqu’il ne se couche pas ? Et oui ! Au nord il y a des pays où le soleil luit toujours. Ça doit être merveilleux de voir toujours le soleil. Vous pouvez rester dehors, vous pouvez oublier vos montres, vous pouvez ne jamais dormir, bref vous menez deux vies à la fois. Mais là aussi, il y a un moment ou le soleil ne se lève plus. C’est toujours la nuit, c’est moins rigolo. Mais on ne peut tout avoir, le beurre et l’argent du beurre. Et pour avoir passé des bonnes vacances il n’est pas nécessaire de revenir bronzé comme du pain trop cuit.

Mais est-ce cela les vacances, les beaux paysages, les heures passée à table, les nuits sans dormir, les fête jusqu’au petit matin ? Non. Pour moi , les vraies vacances, c’est le temps passé avec les autres. C’est ce qu’ils vous disent, c’est ce qu’ils mangent, c’est là où ils vivent. C’est aussi, une fleur, un sourire, un regard.

Mais chacun prend le bonheur qu’il veut, c’est ce que je vous souhaite de tout mon cœur. Passez un bon été, reprenez des forces pour attaquer l’automne qui vient.

De mon côté je veux prendre des vacances de patois. La foi prochaine émission sera déjà le 2 septembre. Ce jour-là vous serez tous à la fête cantonale du patois au Noirmont. Et oui ! Nous vous attendons pour fêter, avec nous, ce beau langage de nos ancêtres. Nous avons tout mis en œuvre pour vous recevoir comme vous le méritez. Si vous avez des questions je vous réponds avec beaucoup de plaisir.

Je me réjouis de vous retrouver.

Et bien c’est tout pour aujourd’hui. Je vous souhaite un bon dimanche et un bon appétit si vous passez à table.

E. Affolter