Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Ajoie, les mots du Micou > Bïnv’niaince è Môtie dains l’cainton du Jura.
Publié : 24 juin 2017

Bienvenue à Moutier dans le canton du Jura

Bïnv’niaince è Môtie dains l’cainton du Jura.

l’micou, Michel Cerf, 24 juin 2017

Paru dans l’Ajoie, 170624

Bïnv’niaince è Môtie dains l’cainton du Jura.

Tiaind qu’an veut cheudre lés novèlles en polititçhe, è n’fât’pe étre préchie. Quairante-trâs annèes aiprés l’nord, lai vèlle de Môtie tçhitte lo cainton d’Bierne ! Enfïn, lai rue è virie èt, aivô cent trente-sept vôtes d’aivaince, lés dgens aint tchoisi l’nové cainton.

Dains ci biat, i voérôs chutôt m’rédjoûeyi di réjultat, èt dire en nôs amis d’Môtie, cobïn nôs sont haiy’rous d’lés poyait enfïn aittieuyi.

I m’daivôs d’péssaie ènne boussèe dains yôs mûes, mais aivaint, quaitre houres duraint, i n’velôs ran mainquaie dés novèlles qu’aivïnt taint d’mâ de tchoire. Lés djournalistes aint fait d’lai bèlle bésaigne. Dés trâs caméras que nôs f’sïnt vivre lés tchôses tot â long d’lai vâprèe, i n’aî ran mainquè. Lai diffreince entre lai Piaice de lai Dyaire, voù dès centaines de Jurassiens tchaintïnt, èt lo poiye dés pro-biernois voù les dgens d’Môtie se dgeinïnt de péssaie, était chi grante qu’i étôs, c’ment brâment d’âtres, quasi chûr que lo « oui » pésserait. Poétchaint i n’ojôs’pe me rédjoûeyi. Lés dgens que v’lïnt bïn répondre és djournalistes po défendre lo « non » étïnt dés aileintôs, di sud di Jura, mains cés d’lai vèlle, an n’lés voyait’pe. Voili qu’ïn djournaliste quechtionne ènne véye daime qu’è n’aivait’pe ercoégnu - c’était daime Aubry, ç’té qu’an yi disait « La Couenne » -. I m’se dit qu’an ât bïn vite rébiè dains l’monde de lai polititçhe... Lé, ç’te pouere dgens que n’ojait’pe raipp’lait son nom, épreuvait d’se faire coégnâtre en disaint qu’èlle était lai baichatte d’ïn « conseiller d’état »... Qué mijére !

Enfïn lés réjultats sont tchois : ènne aivaince bïn cheûffisainte po l’« oui », mains tot d’meinme an n’sairait djasaie d’ènne terribye détiulattèe po lés pro-biernois…

Ènne demé-houre de dyimbarde èt i étôs â tiûre de lai féte ! Mon Dûe cés dgens, craibïn trâs, quaitre mil. An airait poyu oyi djasaie patois, mains dés Allmouses, è n’y en aivait’pe ! Çoli m’raipplait l’vôte di 23 de djuin 1974. Lo piaiji qu’i aî aivu de trovaie tote ç’te djûenance de Môtie que tchaintait, di temps qu’lés diridgeous y allïnt d’yôs dichcoés !

Ïn cortége nôs é condu en lai Mâjon d’Vèlle : âtres dichcoés, novés embraich’ments, encoé pu de taipes tchu l’épâle…

Lai djoûe de lai délivraince ! Ènne djoénèe qu’i n’seus’pe prât d’rébiaie.
En vôs tus, dgens d’Môtie, bïnv’niaince dains l’nové cainton !

L’micou