Publié : 28 juin 2018

Les mouches

Les moûetches

Eric Matthey

Les moûetches

Lucas, ç’ât l’nom d’not’ pt’ét végïn qu’aivait, en ci temps-li, envirvô cïntçhe ans. Da tot p’tét è s’ât tot comptant botè è aimaie les bétes. É les aimait totes, sains faire de diff’reince, qu’ çoli feuche ïn tchait, ènne vétche, ïn oûegé, ïn poûechon obïn ènne aichatte o ènne airaingne.

Ïn des pus gros piaigis d’ci boûebat était d’m’aiccompaignie dains les étales è les tchaimpois à l’entoué de tchie nôs po voûere les roudges-bétes è pe les tchvâs. Qu’é f’seuche bé obïn qu’ é pieuveuche nôs paitchïns les dous, des bottes és pies è ïn soûetat en lai main. È botait son âtre p’téte main dains lai mïnne è pe, nôs tchem’nïns è traivoi lai caimpaigne è pe les bôs tot djasaint pe en raicontaint des fôles. C’qui vôs peus dire, ç’ât qu’le piaigi était po moi, ach’gros qu’po lu… craibïn meinme encoé pus !

Dïnche nôs allïnt main dains lai main, d’ènne péture en l’âtre, d’ènne fèrme en ènne âtre fèrme en envellaint âchi les leudges de tchaimpois. Ènne dolaidge boussè obïn ïn péssou dains ïn murat traivoichie nôs moinnait dains les tieûmainnes laivousqu’ tchaimpoiyïnt vétches, dgeneusses, djements è polons. Ènne çhait’rie en ènne roudge-bète poi chi, ïn moéché d’ socre obïn d’pain en ïn tchvâ poi li, mon p’tét compaignon è pe moi, nôs s’craiyïns en pairaidis. Mains c’que m’ f’sait encoé l’pus piaigi, ç’ât qu’ ci p’tét boûebat était curious d’ tot. È m’pôsait sains râte tot pien d’ quèchtions. È v’lait tot saivoi chu les bétes, les piaîntes, les aibres, tot c’qu’était d’ lai naiture. I vôs diré qu’des côps c’n’était p’ aigie d’ répondre. Tiaind qu’è d’maindait : « Eric, poquoi les vétches aint quaitre tçhitçhes dâli qu’les djements n’an aint qu’doues ? » Qu’ât-ce qu’vôs v’lez qu’i yi répondeuche che non qu’lai naiture les é fait dïnche ! Obïn encoé : « Eric, c’ment çoli s’fait qu’ les tchievres è pe les vétches ïnt des écoûenes è pe qu’les aînes obïns les tchvâs n’en ïnt’pe ? ». « Li, ç’ât encoé ènne beurlïndye d’lai naiture » qu’i yi diôs. (I y’ airôs bïn âchi poyu dire qu’ él airrivait meinme, qu’poi côps des dgens en poétcheuchïnt,… mains çoli ç’ât ènne âtre hichtoire !!!).

Aidonc, voili qu’ ïn côp, poi ènne bélle reûssue de tchâtemps, nôs s’trôvïns entouérè d’moûetches qu’nôs envirtôlïnt atoué d’lai téte. È y aivait d’l’oraidge qu’ s’ainnonçait, é f’sait brâment touffe è pe ces bétattes s’ môtrïnt aitchairnè. Di côp mon Lucas me d’mainde : « Dis voûere Eric, en quoi èlles sont utiyes, les moûetches ? ». « É bïn te vois, Lucas, qu’i yi réponjé, les môuetches sont utiyes ïn pô c’ment neurr’tûre po les oûegés, mains chutôt po nôs empoûej’naie lai vètiaince. En ïn mot, po nôs emmiedgaie ! ». Oh, i voiyôs bïn qu’ è n’était pe d’aiccoûe d’aivô mai répyique. Po lu, les moûetches daivïnt aivoi ènne pus grosse utiyitè dains lai naiture. Dâli nôs s’sont coidgie les dous duraint ènne boussiatte djunqu’â môment laivousqu’ nôs airrivainnes voi ènne grosse fiatte dôs laiqué ènne rotte de vétches s’était botè en l’aissôte di s’raye. Lées aitôt étïnt endiaîlè, encoé bïn pus qu’nôs, poi les moûetches è les taivains. Élles tcheussïnt ces tchairvôtes de bétes ès gros côps d’quoues pe en aidgitaint lai téte. Dâli, voili mon p’tét Lucas qu’me dit, aiprès aivoi bïn musè : « É bïn moi, i l’ sais en quoi les moûetches sont utiyes. Élles sont utiyes po muchqu’laie les quoues des vétches ! ».

Les Foulets, le 20 de djanvie 2011 Eric Matthey