Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Pages d’histoire > Coutumes > La grippe, lai yèppe, par Lai Babouératte
Par : Fleury LJ
Publié : 22 septembre 2013

La grippe, lai yèppe, par Lai Babouératte

Lai Babouératte

Lai yèppe

Lai voili de rtoué, lai métchainne yèppe de tos les heûvés. Tot bâlement, èlle s’ainnonce. Po ècmencie, ç’ât des gséyes que fint rétrémolaie de lai téte âs pîes. Ène fîevre de tchâ, lai gôerdge enfûelèe, mâ en lai téte pée qu’aiprés ïn soi de nace. Ç’ât pus saidge de se botaie â yét tot content.

Aivô ïn tâ reûtchon, moi y adraî tchie le métcïn , m’é conséyie mai vésine.
Hyie, y aî ôyu tai teuchènerie. Adjd’heu, sains déloûes, è fait ène pitchure aivô ïn étchissa de sérum contre lai yèppe. T’és étchaippe po péssaie l’heuvé.

T’és bé braigaie lai métcïne modérne, moi, y en demouére és bouénnes réçattes de nos grainds-méres qu’odjoiyaïnt ço qu’élles aivaïnt dôs lai main po soingnie les grôs cmen les petéts bobos. Po les couéyats ïn grog â rhum fait éffaît… pe pyaisi !
Le mie aidjoutè è di laicé tchâd, obïn è di thé de sious de tiya, de camamille aipaîdgi lai teuche pe lai fîevre. Po voiri les botons de fîevre dains lai gôerdge, réssavèz-vos aivô di brue de fromaidgeat.

Ïn catapyâme bïn tchâd de sieûsïn obïn de voûegnes de yïn aippyiquè su le poitrâ solaidge le teuchnou.

Meînme bïn soingnie, ène yèppe lésse lai pus couéyatte des dgens pète-è-mète. Po se requïnquaie, ren de moiyou que di laicé de dgelène.

Y vos baiye lai réçatte de mai graind-mére.

Dains ène étchéyatte môessyè : ïn djâne d’ûe, di tchâd laicé pe ène tchelîerèe de socre. È pâre doux côps pai djoué.

E ne fât pon botaie d’ène sen le mie, les djus d’oraingde, de citron ; enfïn tot ço que baiye di chtimountz po étre su pîe en lai léste.

Se vos vos étchipè, dâs les premies syètons : d’ène câle-ai-pousse qu’envirtole aito le cô ; d’ ïn mainté doubyè de pées de knis ; de mtaines ; de tchâdes tchulattes pe de grôs soulaies, ç’ât le moiyïn le pus chûr de péssaie ïn heûvé sains yèppe.

Lai Babouératte

La grippe

La voilà de retour, la méchante grippe de tous les hivers. Tout doucement, elle s’annonce. Pour commencer, ce sont des frissons qui font grelotter de la tête aux pieds. Suit une fièvre de cheval, la gorge enflammée, mal à la tête, pire qu’après un soir de noce. C’est plus sage de se mettre au lit sans tarder.

Avec une telle toux, moi, j’irais chez le médecin, m’a conseillé ma voisine. Hier, j’ai entendu ta tousserie. Aujourd’hui, il fait une piqûre avec une seringue de sérum contre la grippe. Tu es épargné pour passer l’hiver.

Tu as beau vanter la médecine moderne, moi, j’en reste aux bonnes recettes de nos grands-mères qui utilisaient ce qu’elles avaient sous la main pour soigner les grands comme les petits bobos. Pour les costauds, un grog au rhum fait effet … et plaisir !

Le miel ajouté à du lait chaud ou ajouté à du thé de fleurs de tilleul, de camomille apaise la toux et la fièvre. Pour guérir les aphtes, rincer la bouche avec une infusion de fleurs de mauve.

Un cataplasme bien chaud de fleurs de foin ou de graines de lin appliqué sur la poitrine soulage le tousseur.

Même bien soignée, une grippe laisse la personne la plus costaude abattue, épuisée.

Pour se requinquer, rien de meilleur que du lait de poule. Je vous donne la recette de ma grand-mère.

Dans un bol mélangé : un jaune d’œuf, du lait chaud et une cuillerée de sucre.

À prendre deux fois par jour.

Il ne faut pas mettre de côté le miel, le jus d’orange, de citron ; enfin tout ce qui donne de l’énergie pour être sur pied rapidement.

Si vous vous équipez, dès les premiers flocons : d’un passe-montagne qui enveloppe aussi le cou ; d’un manteau doublé de fourre ; de mitaines ; de chauds pantalons et de gros souliers, c’est le moyen le plus sûr pour passer un hiver sans grippe.

La Coccinelle