Publié : 27 juin 2018

La graine de bon sens

Lai graînne de sné

Eric Matthey

Lai graînne de sné

Mon Dûe, qu’ tot tchaindge ! Vôs étes bïn d’aiccoûe d’aivô moi po aidmâttre que l’ permie traivaiye d’Lai Pochte ç’ât d’ aitcheum’naie pe d’ dichtribuaie les lattres, les paiquèts è pe encoé les sous qu’ nôs yi béyans po contentaie tos ctés âqués nôs en dains.

È bïn moi, i l’ craiyôs ! Mitnaint, i n’ le crais pus. Lai Pochte n’ât pus Lai Pochte ; èlle ât dev’ni ïn véritabye « souk » ! En entraint dains ïn caib’net d’pochte, è fât mairtchie en pichas d’ poûe po airrivaie djunqu’ d’vaint lai beûyatte. Ç’ât l’ paircoué di combaittaint. Vôs ècmencies poi vôs câssaie l’ moûere chu totes soûetches de métras laivous’qu’é y’é des valmons d’ tchôses è vendre qu’ n’aint ran è faire li. An y trôve des yivres, des béb’lats po les afaints di chocolat, des tcheules è des tcheulattes, des tchâssattes (mains ô, meinme des tchâssattes) è pe i n’sais p’ encoé tot quoi. D’aivô çoli è n’y é quasi pu d’selles po s’sietaie taint è y é d’ci commèrce. È pe, c’ n’ât p’ tot ; tiaind qu’ vôs s’trovèz enfïn d’vaint lai beûyatte, vôs n’éz quasi pus d’piaice po botaie vôs paipies obïn vôs sous poch’qu’é y é encoé d’âtres loitch’ries, è pe des biats d’ lot’rie obïn encoé des « vignettes » po les vélos é pe les dyimbardes.

Aidonc, ïn djoé qui étôs d’vaint ènne d’ces beûyattes po paiyie mes factures di mois, i vois, djeûte â long d’mes paipies, ènne p’téte boéte dains laiquée s’trovïnt… des gaim’lîeres de pammes aivô ènne p’téte môtrouse laivous’qu’é y’ aivait graiy’nè : « Graînne de sné : 1 frainc les dieche pieces » !!! Ci côp, qu’i m’dis, ç’ât bïn pus graîve qu’i ne l’pensôs. Po chur qu’ès r’ bôlant en c’te pochte. I ravoéte de chrégue ci poûere pochtie qu’ n’en peut ran bïn chur, pochque lu, é fait bïn son traivaiye. Mes eûyes f’sant lai naivatte pus d’ïn côp entre l’hanne è pe c’te p’téte boéte, d’vaint qu’i yi d’maindeuche quée neûvâté ces gros d’ lai pochte aint encoé trôvè po faire d’ lairdgent. Li d’chus é m’réponjé qu’és vendant mit’naint des graînnes qu’béyant di sné è pe qu’çoli é encoé bïn d’ lai r’quise. Tot’fois, è n’en fât pare ran qu’ yènne poi djoué po qu’ çoli f’seuche d’ l’effaît. Dâli i m’dis qu’po ïn frainc i n’richque ran è pe qu’ mai curieûsitè srait dïnche combyè. Ço qu’é fait que, c’ment ïn gros beûjon, i ai aitch’tè dieche d’ces gaim’lieres de pammes !

Bïn chur qu’ vôs voites lai cheûte : ïn mois pu taîd, tiaind qu’i r’vais voichaie des sous en lai pochte, i dis en l’hanne qu’ m’aivait vendu ces p’tétes graînnes : « En tos les cas, an peut dire qu’ Lai Pochte n’sait pus quée miedge vendre ès dgens po diaignie des sous ! Quée rotte de fripous ! I m’seus bïn léchie pâre d’aivô yote truerie d’ graînnes de sné. Ç’ât ïn frainc de tchaimpè poi lai f’nétre ! ». Dâli è m’ réponjé : « È bïn, vôs voites que nian. Di môment qu’ vôs èz musè en çoli, ç’ât bïn lai preuve qu’ ces gaim’lîeres vôs aint béyi ïn pô pus de sné qu’vôs en aivïns tiaind qu’ vôs les éz aitch’tè ! Ât c’qu’i vôs en vend encoé dieche ? ».

Les Foulets, le 19 de djuïn 2010 Eric Matthey