Par : Fleury LJ
Publié : 20 août 2009

Denis Frund, RFJ, 3 mai 2009

Denis Frund intervient régulièrement sur Fréquence Jura. Vous pourrez réécouter ses émissions dans les articles de cette rubrique.

Radio Fréquence Jura
RFJ

Rubrique en patois du 3 mai 2009

Auteur : Denis Frund

DFrund_RFJ090503.mp3 -  MP3 - 4.1 Mo
DFrund_RFJ090503.mp3

Bondjo tot l’monde. C’ment an vos l’é dje dit, vos v’lez oyi adjd’heû ïn âtre son de cieutche dains ci môment de patois. I echpère qu’vos v’lèz bïn m’compâre et peus çoli m’fait bïn piaiji de vos djâsaie ïn pô en patois vadais, pus djeutement l’patois di Vâ Terbi.

C’qu’è fât saivoi, tiaind qu’an djâse patois, ç’ât qu’an s’comprend che bïn aivô les Taignons, les Vadais et les Aidjôlats, meinme c’è y é quéques diffreinces.

Adjd’heû, i veus vos djâsaie d’ènne mairtche qu’i vïns de faire aivô les mïns – p’tèts afaints et loutes pairents- d’lai sen di çhô di Doubs, di temps d’ces drieres fétes de Paitçhes. È fât qu’i vos dieuche que tot n’ât p’ aiyu soîe d’vaint d’pairti, poche que lai pus djûene d’nos quaitre p’tètes baichattes, qu’é bïntôt quaitre ans, s’était rontu ènne tchaimbe ènne s’nainne aivaint.
Dïnche, èl é fayu trovaie ènne poussatte è troès rûes po que c’t’Emmy, ç’ât dïnche qu’èlle s’aippeule, poyeuche cheûdre aivô ènne tchaimbe dains l’dgi. ç’ât chutot son pére qu’é aiyu di mâ !

Nos sons pairtis di Nairmont, chu ci tot bé Piaité des Fraintches-Montaignes. Qué déchente djuqu’è Lai Goule, quasi cïntçhe cents métres de diffreince de hâtou ! Lai mairtche se porcheut ch’lai rive di Doubs, c’te r’viere qu’nos vïnt de Fraince et qu’aivait quasi l’djais d’ïn fieuve, taint é y aivait d’âve ci tchâtemps, aiprès lai fonte de tote lai noi qu’nos ains aiyu c’t heuvie.
Qué bé paiyisaidge tot â long di Doubs. Â bontemps – les Aidjôlats dyant djeutement le paitchi-feûs – è y é ïn valmont de çhos de totes sôrtes qu’môtrant loutes bèlles tieulès, an ôe les ôjés tchaintaie, mains des côps, an ôe pus ran qu’le saibbait di Doubs, chutot vois les tchoètes d’âve.
Tot l’monde ât bïnhèyerou d’airrivaie â Theusseret po péssaie lai neût. Le bru de l’âve, des dous sens de c’te véye mains bïn aitcheuyainte mâjon vai nos breussie tote lai neût.

Le doujieme djo, ç’ât lai détcheuvri de Goumois, d’lai Voidge-Hérbe, di M’lïn Jeannotat. Voili bïntôt Claibie, Lobchéz et ci bé v’laidge de Soubey. ç’ât li qu’i aî écmencie d’enseingnie, aivô trente éyeuves d’lai permiere en lai neuvieme annèe ! C’était en 1963. È m’en encrât d’aippâre qu’adjd’heû, lai véye écôle èt peus lai novèlle n’aitçheuyant pus d’éyeuves, ç’ât bïn dannaidge.
È Soubey, les afaints et les djûenes dremant chu l’étrain, qué piaiji ! Po loues, ç’ât meus qu’dains ïn troès yeutchïns.

Le lend’main, aiprès ïn dédjunon de roi en lai férme, nos se r’botans en mairtche po péssaie pai les M’lïns, lai Tchaibonniere, lai férme di Poye èt peus Tariche. Lai traite di Doubs, meinme s’èlle vïnt d’ïn eyevaidge, tïnt bïn sai piaice chu lai tâle dains les aissietes.

Po r’trovaie Sïnt-Ochanne, nos traivoichans le Doubs è Tariche, chu ènne véye bairque (baîrtche) que prend l’âve, èlle ât égreyie et dairait étre rétni.

Voili enfïn Sïnt-Ochanne, è nos fât ïnco montaie en lai gare, ç’n’ât le pus malaijie, mains aiprès troès djos ch’les tchaimbes, tot l’monde dait faire ïn éffoûe.

An ont aiyu d’lai tchaince aivô l’temps et nos voidgeans en nos tot piein de seuvnis et d’imaidges de ci bé çhôs di Doubs. È n’ sie è ran des côps d’allaie bïn loin po détçhevri les biâtès d’note paiyis.

I tchvâs ïn piaîjaint dûemoine et ènne boènne s’nainne en vos tos !

Rossmâjon, en mai 2009
D.F.


Traduction de l’émission du 3 mai 2009

Bonjour tout le monde. Comme on vous l’a déjà dit, vous allez entendre aujourd’hui un autre son de cloche dans ce moment de patois. J’espère que vous me comprendrez bien et puis cela me fait bien plaisir de vous parler un peu en patois vadais, plus justement en patois du Val Terbi.

Ce qu’il faut savoir, quand on parle patois, c’est qu’on se comprend aussi bien avec les Francs-Montagnards, les Vadais et les Ajoulots, même s’il y a quelques différences.

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une marche que je viens de faire avec les miens – petits-enfants et leurs parents – du côté du Clos du Doubs, pendant ces dernières fêtes de Pâques. Il faut que je vous dise que tout n’a pas été facile avant de partir, parce que la plus jeune de nos quatre petites filles, qui a bientôt quatre ans, s’était cassé une jambe une semaine avant.

Ainsi, il a fallu trouver une poussette à trois roues pour qu’Emmy, c’est ainsi qu’elle s’appelle, puisse suivre avec une jambe dans le plâtre. C’est surtout son père qui a eu du mal !

Nous sommes partis du Noirmont, sur ce très beau plateau des Franches-Montagnes. Quelle descente jusqu’à La Goule, presque cinq cents mètres de dénivellation. La marche se poursuit sur la rive du Doubs, cette rivière qui nous vient de France et qui avait quasiment des allures de fleuve, tant il y avait d’eau ce printemps, après la fonte de toute la neige que nous avons eue cet hiver.

Quel beau paysage tout au long du Doubs. Au printemps – les Ajoulots disent justement le « paitchi-feûs » (renouveau, éclosion) – il y a une quantité de fleurs de toutes sortes qui montrent leurs belles couleurs, on entend les oiseaux chanter, mais parfois, on n’entend plus que le vacarme du Doubs, surtout vers les chutes d’eau.

Tout le monde est bienheureux d’arriver au Theusseret pour passer la nuit. Le bruit de l’eau, des deux côtés de cette vieille mais bien accueillante bâtisse va nous bercer toute la nuit.

Le deuxième jour, c’est la découverte de Goumois, de la Verte-Herbe, du Moulin Jeannotat. Voilà bientôt Clairbief, Lobchez et ce beau village de Soubey. C’est là que j’ai commencé d’enseigner, avec trente élèves de la première à la neuvième année ! C’était en 1963. Je regrette d’apprendre qu’aujourd’hui, la vieille et la nouvelle école n’accueillent plus d’élèves, c’est bien dommage.

A Soubey, les enfants et les jeunes dorment sur la paille, quel plaisir ! Pour eux, c’est mieux qu’un trois étoiles.

Le lendemain, après un petit-déjeuner de roi à la ferme, nous nous remettons en marche pour passer par les Moulins, la Charbonnière, la ferme du Poye et puis Tariche. La truite du Doubs, même si elle vient d’un élevage, tient bien sa place sur la table dans les assiettes.

Pour retrouver Saint-Ursanne, nous traversons le Doubs à Tariche, sur une vieille barque qui prend l’eau, elle est ébarouie et devrait être combugée. (elle prend l’eau et devrait être réparée)

Voilà enfin St-Ursanne, il nous faut encore monter à la gare, ce n’est pas le plus difficile, mais après trois jours sur les jambes, tout le monde doit faire un effort.

On a eu de la chance avec le temps et nous gardons en nous plein de souvenirs et d’images de ce beau Clos du Doubs. Il ne sert à rien parfois d’aller bien loin pour découvrir les beautés de notre pays.

Je souhaite un plaisant dimanche et une bonne semaine à tous !

Denis Frund