Publié : 29 juin

Comment naissent les enfants

C’ment qu’ les afaints tchoéyant â monde

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 28 juin 2019

C’ment qu’ les afaints tchoéyant â monde

Les afaints sont aidé aivu curious. Ci Dédé, heûte ans, é raivoétè en caitchatte c’ment qu’ lai Meusatte é mis bés son vélat, ïn bé touèrlèt roudge èt bianc. « Ât-ce que çoli s’ pésse dïnche po les dgens ? » qu’è s’ muse. Èl é des dotes èt veut en aivoi le tiûere nat. Sai grante soeur é ïn yivre chu ci mychtére, mains èlle l’é botè sous çhè.

 cathétysse, è d’mainde en lai soeur :

—  Dites, mai soeur, c’ment qu’ vôs étes tchoée â monde ?
—  T’és bïn curiou, petèt. Mains i t’ veus répondre. Mai mére m’é trovèe dains ïn bocat d’ roses.

Le Dédé branle lai téte. « Çte boénne soeur, èlle me raiconte des hichtoires. » En péssaint d’vaint l’ môtie, è voit le çhaivie èt yi bèye le bondjoué. « Crais bïn qu’ lu é ènne moiyouse réponche. » È yi poje lai meinme quèchtion qu’en lai soeur.

—  I seus v’ni dains ïn tchô, que répond l’ çhaivie.

« È s’ fot d’ moi », se dit l’ Dédé que prend son coraidge è dous mains èt soénne en lai tiûere.

—  Èt vôs, Chire, vôs étes tchoé â monde dains les roses ou bïn dains ïn tchô ?
—  Moi, petèt, ç’ât lai cigouègne que m’é aippoétchè.

L’afaint rentre en l’hôtâ. È n’e sait ran d’ pus qu’aivaint. Poétchaint, les vés, an n’ les trove ne dains les roses, ne dains les tchôs, èt ç’ n’ât p’ les cigouègnes que les aippoétchant.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 4.2 Mo

Comment naissent les enfants

Les enfants ont toujours fait preuve de curiosité. Dédé, huit ans, a regardé en cachette comment leur vache Meusatte a mis bas, un beau taurillon rouge et blanc. « Est-ce que ça se passe de la même façon chez les humains ? » Cette question le préoccupe. Il a des doutes et tient en avoir le cœur net. Sa grande sœur possède un livre consacré à ce mystère mais elle le garde sous clé.

Dédé questionne la religieuse qui enseigne le catéchisme :

—  Dites, ma sœur, comment êtes-vous venue au monde ?
—  Tu es bien curieux, mon petit. Mais je veux te répondre quand même. Ma mère m’a trouvée dans un bouquet de roses.

Incrédule, Dédé branle la tête. « Cette bonne sœur me raconte des histoires. » En passant devant l’église, il aperçoit le sacristain et le salue. « Peut-être celui-ci a-t-il une meilleure réponse. » Il lui pose la même question qu’à la sœur catéchiste.

—  Je suis né dans un chou, répond le sacristain.

« Il se moque de moi », pense Dédé qui prend son courage à deux mains et sonne à la cure.

—  Et vous, Monsieur le Curé, vous êtes venu au monde dans les roses ou dans un chou ?
—  Moi, mon enfant, c’est la cigogne qui m’a apporté.

Le garçonnet rentre à la maison. Il n’est pas plus au clair qu’avant. Pourtant, les veaux, on ne les trouve ni dans les roses, ni dans les choux, et ce ne sont pas non plus les cigognes qui les apportent.