Articles

  • D’aivô mes moiyous entçhvâs - Janvier 2014

    Paru dans LQJ du 3 janvier 2014
    L’an trâze ât moûe. È n’sie ran d’ ravoétaie en drie. Ço qu’ât soiyie ât bé. Nôs sons mit’naint en tçhaitoûeje. È y é cent ans, c’était lai dyiere, lai driere dés drieres. Nos soudaies voidgïnt lai frontiere. Les Frainçais èt peus les Almousses s’entretuyïnt.
    Qu’ât-ce qu’èls aint dyiaingnie, dites-me voûere ? Ïn pô pus d’vïngt ans aiprés, ès raicmençant.
    Nos annèes péssant, nôs n’y poyans ran. Tiaind qu’aicmence ènne novèlle annèe, an se d’mainde aidé ço qu’èlle veut nôs aippoétchaie. (...)

  • La veille des Rois - Janvier 2014

    Paru dans LQJ du 10 janvier 2014
    L’Appersion
    La veille des Rois
    Dans la soirée qui précède les Rois, les jeunes gens renouvelaient leurs aubades de Sylvestre accompagnées de coups de fouet.
    Le mot appersion fait allusion à l’apparition de l’étoile des mages. Dans Les Fêtes légendaires du Jura bernois (1924), Célestin Hornstein relève un chant de circonstance, recueilli dans la Vallée de Delémont.
    L’orthographe originale a été respectée :
    Ç’ât sti soi ïn soi
    Moyou que les âtres sois.
    Ç’ât por ça (...)

  • ïn soue - Janvier 2014

    Paru dans LQJ du 18 janvier 2014
    Ci Dio aivait ènne tote bèlle djûene fanne èt peus dés tot bés l’afaints. Mains sai fanne ne yi seuffijait pe. Èl aivait ènne maîtrasse en lai vèlle. Tot l’monde â vlaidge le saivait, safe sai poûere fanne. Èl yi diait dés mentes. « Aidûe, Bichette, boènne neût, lés afaints. I vais â Männerchor », que diait ci gros mentou. Lai Bichette lo craiyait, èlle aivait ènne tâle réfiainche en son hanne.
    Lés ennûs aint ècmencie d’aivô son aiccretche. Èl é fait ènne bardèe d’aivô sai neuve (...)

  • Chïndiulie ou bïn pluriel - Janvier 2014

    Paru dans LQJ du 24 janvier 2014
    Le frainçais dains le temps n’était p’ aijie po ces afaints que ne djâsïnt que l’ patois. C’était la yeuçon de grammére. Lai maîtrasse f’sait aippare le chïndiulie èt le pluriel.
    S’i dis : “Des chevaux”, ât-ce que ç’ât chïndiulie ou bïn pluriel ?
    “Des chevaux”, çoli n’yos diait ran en ces nitious. Èlle les bote ch’lai vie.
    Oûyites, s’i dis "ïn tchvâ”, è y en é cobïn ?
    Tus ensoène :
    Yun !
    Yé ô, ran qu’yun. Èt peus "dés tchvâs" ?
    Pus d’yun !
    Vôs èz compris. En frainçais, en (...)

  • Lai m’jûre des voirres - Janvier 2014

    Paru dans LQJ du 31 janvier 2014
    Lai Mathilde di Tchvâ Bianc é déchidè de faire des économies. Èlle é tchaingie ses voirres è gotte. Djunqu’aidonc, èlle voichait lai dichtillèe dains des gros voirres è côtes. Les boyous chlappïnt çoli cment d’l’âve, meinme lai daimèe.
    Cment tchétçhe djoué ch’ le cô dés onze, çt’Arseinne le fossoyou entre â cabairet.
    Bïn l’bondjoué, Mathilde !
    Bondjoué l’hanne. Cment vait ?
    I aî fini d’creujie le ptchu d’ ci Thomas, èt peus i aî soi. Voiche-me voûere ïn pt’èt tyissat.
    D’ (...)

  • Di meinme saing - Février 2014

    Paru dans LQJ du 7 février 2014
    Tiaitrinatte èt Pierat s’ainmant bïn. Ès vaint en l’écôle en s’bèyant lai main. Lai maîtrasse lés è botès dains l’ meinme bainc. Cés dous-li, çoli s’rait dannaidge d’ lés sépairaie.
    Aiprés l’écôle, Tiaitrinatte èt Pierat preniant l’recègnon tchèz l’un tchèz l’âtre, ès faint yôs taîtches ensoène èt peus ès djuyant djunque en lai moirande. Èls aint condgie çte vâprèe. Ès profitant d’lai noi po yudgie laivou qu’è y é ènne côte pe trop roide. Èls aint conchtrut ïn bonhanne de noi, d’aivo ènne (...)

  • Long vétiaint - Février 2014

    Paru dans LQJ du 14 février 2014
    Ci Djaîtçhe di Cras é fétè sés cent ans lo sept de fevrie. Yun d’ai Feuille ât vni dâ D’lèmont po l’ quèchtionnaie èt l’ pâre en photo.« Dvaint tot, que yi é dit ci djournaliste, ço qu’ nos yeujous v’lant saivoi, ç’ât che vôs èz ïn chcrèt po étre veni che véye. Ât-ce qu’ vôs èz ènne eurçatte ? »
    Le véyaid ne s’ât p’ fait plôgaie, lu qu’é traivaiyie sai vie durainne, qu’é éyeuvè énne rotte d’afaints, qu’é tirie l’ diaile poi lai quoûe.
    Ât-ce vôs èz cheuyè ènne yaingne de condute ?
    Paidé (...)

  • Ïn bé djâsaidge - Février 2014

    Paru dans LQJ du 21 février 2014
    Nos anciens émaillaient leurs propos d’expressions colorées qui jouent sur le rythme et les assonances.
    À celui qui nous lasse par ses bavardages stériles :
    Te m’ scies l’ dos / d’aivô ènne sciatte de bos.
    D’un prétentieux :
    Çtu-li, è fârait l’aitchtaie po ç’ qu’è vât èt peus le r’vendre po ç’ qu’è s’ crait.
    À ceux qui s’attardent en visite :
    S’i étôs tchéz vôs, i m’en âdrôs.
    Pour souligner ce qu’on affirme :
    Diaîle me souye.
    Et pour couper court :
    Ç’ n’ ât p’ le tot des (...)

  • Le grôs lot - Février 2014

    Paru dans LQJ du 28 février 2014
    Ci Lucien é ïn problème. Èl ât che seinchibye qu’èl en ât malaite. È n’ fât dyère po l’ reub’naie. Le pé, ç’ât tiaind qu’ le paitron l’aippele â cab’nèt. Pairailijè poi lai heurse, è d’vïnt tot roudge, èl é le tiure que bait èt peus les mains qu’eurtrémôlant.
    « Moi âchi i seus timide, yi dit ïn caim’rade, mains i m’ chaingne. Te peus djûere di théâtre tchéz les paitoisaints, djâsaie d’vaint ton mirou, graiy’naie tes seuv’niainces. »
    En r’veniaint d’ lai mâsse, Lucien s’ât aitchtè ïn biat d’ (...)

  • Moyen de locomotion - Mars 2014

    Paru dans LQJ du 7 mars 2014
    Dains l’temps, les écôles n’étïnt p’ équipèes cment mitnaint. Tchie l’ régent, è n’y aivait ran qu’ïn yossére po tote lai çhaiche. Èl était ch’ le poulpitre de l’aiyeutchou. Nôs poéyïns l’ conchultaie mains pe quèchtion d’ le pâre en nôt’ piaice.
    Tiaind qu’ not’ véye régent ât paitchi en r’tréte, èl ât v’ni ïn nové régent d’aivô des neuves idées. Èl é d’maindè en lai tçheûmene d’aitchtaie ïn yossére po tchéque éyeûve.
    Ces nitious n’en aint p’ fâte. Èt peus ç’ât trop tchie ! Moi, i n’en (...)

  • Â long di Doubs - Mars 2014

    Paru dans LQJ du 14 mars 2014
    Le sorâye euriût. Le cie ât tot bieu. Ç’ât ïn bé djoué po l’eûv’tchure d’ lai pâtche. Â long di Doubs, è y é pus de pâtchous que d’ poûechons. Ès s’ cheuyant tot l’ long d’ lai r’viere.
    Ïn hanne ritte ch’ le seintie. È s’ râte, tot éçhâd, voi ïn d’ cés pâtchous :
    Dites-voûere, vôs n’airïns p’ vu péssaie mai fanne, pai hésaîd ?
    Ènne bionde, d’aivô ïn noi mainté èt peus dés grôs soulaies ?
    Djeût’ment.
    Èlle poétchait ïn roudge hâbresac quasi veûd ?
    Ç’ât çoli. Yé bïn, vôs l’èz vue ou bïn (...)

  • Seuvnis d’Améritçhe - Mars 2014

    Paru dans LQJ du 21 mars 2014
    Ci Fridolin d’ Bonfô é vétiu doze annèes en Améritçhe. Le bogre, que craiyait y faire foûetchune, ât rveni â paiyis des bâts âchi poûere que dvaint d’ paitchi. Èl ât eurveni d’aivô ènne fanne que ne djâse pe l’frainçais èt peus encoé moins l’patois.
    Fridolin ne râte pe d’évoquaie ses seuvnis. Li-d’vaint tot ât pus bé, pus grant. Vôs dairèz l’oûyi l’ duemoène aiprés lai mâsse, â Grütli. Èl ât tot hèy’rou d’ répondre és quèchtions.
    Cment qu’ès sont, les mâjons ?
    Èlles sont chi hâtes (...)

  • Croûeyes cabrattes - Mars 2014

    Paru dans LQJ du 28 mars 2014
    Ch’ lai foire de mârs, è y aivait ïn nové maîrtchaind d’béchtuâ. Èl aivait dous trâs tchievres dains ïn bolat. Ènne tchievre en boènne saintè dait étre aidgile, vidy’rouse. Èlle dait aivoi des çhais l’oeûyes, di peûtou èt peus èlle dait bïn raindgie. Son poi dait étre yujaint, ses guéguèlles bé rondes.
    Les tchievres de ci maîrtchaind, c’était des poûeres bétes, çhailattes, grulainnes, èt que poéyïnt è poéne se t’ni chu yos tchaimpes. Èlles n’aivïnt qu’ lai pé èt les os. È les f’sait bon (...)

  • Le tchvâ di dgén’râ - Avril 2014

    Paru dans LQJ du 4 avril 2014
    Delmas était ïn dgén’râ d’ Napoléon. Èls aivïnt fait l’Écôle de Dyiere ensoéne. Ïn djoué qu’èl était graingne, Napoléon yi breûye : « I n’ veus pus t’voûere. Fôs le camp ! » Mon Delmas ât v’ni s’exilaie è Poérreintru.
    Èl était bïn, tchie nôs. È n’aivait ran d’âtre è fotre que de boire des voirres, de yére èt peus faire di tchvâ. È djâsait des hoûeres d’aivô l’ tiurie Denier. Ïn sïnt hanne aimi d’ïn sains-Dûe. Ès s’entendïnt bïn tos les dous. Ïn côp, ès s’sont r’trovès d’ lai sen d’ Lorette. (...)

  • Délivraince - Avril 2014

    Paru dans LQJ du 11 avril 2014
    Chanson paillarde adaptée en patois.
    I ne bott’ré pus d’âve dains mon vïn.
    Çtée que me triquait ât moûe.
    I m’seus yeuvè de bon maitïn,
    M’en feus t’allè tchie mon véjïn.
    Véjïn, mai fanne ât moûe.
    Que l’Bon Dûe, s’È peut m’ouyi,
    Lai foteuche feu di pairaidis.
    I ne bott’ré pus d’âve dains mon vïn.
    Çtée que me triquait ât moûe.
    Dains le ceim’tére tôt borbèyou
    I m’en feus trovaie le creûj’nou.
    Creûj’nou, mai fanne ât moûe.
    Creûje ènne fôche chi fond
    Qu’i n’ lai r’voyeuche pus (...)

  • Lai tainte Airie - Avril 2014

    Paru dans LQJ du 25 avril 2014
    Si l’on en croit la légende, la bonne fée Arie parcourait jadis nos campagnes récompensant les filles laborieuses et secourant les pauvres. Lucien Lièvre (1877-1958) lui a consacré un long poème en patois dont nous donnons ci-dessous quelques extraits en respectant l’orthographe de l’auteur.
    Mai grand’mére saivaie
    L’hichtoire (...) Des fées de ci coénat.
    *
    Dos lai toé de Milandre (...)
    Ç’ât li que demoéraie
    A temps des hats baiyis,
    Dains son mainté doéraie,
    Lai fée (...)

  • Ènne potche bïn piaicèe - Mai 2014

    Paru dans LQJ du 3 mai 2014
    Ènne potche bïn piaicèe
    È poène mairièe, Yâdine predgé son hanne. Le tiurie eut pidie de çte djûene vave sains afaint.
    – Yâdine, i ai fâte d’ènne fanne en lai tiure po tçheûj’naie, faire lai bue.
    – Oh, not’ chire, i s’rôs bïn aîje, i vos r’merchie !
    Tiaind qu’elle feut en lai tiure, les raînes d’abnétie aicmençainnent è djasaie, è churvoiyie, è épiaie. Des bruts pairvainnent djuqu’en l’évêtçhâ.
    È faiyait botaie d’ l’oûedre dvaint qu’ çte Yâdine ne feuche grôsse. Monseigneur v’nié en (...)

  • Dains lai foérèt d’ lai Vouèvre - Mai 2014

    Paru dans LQJ du 9 mai 2014
    Lai Vouèvre, ç’ât ïn bôs è tchvâ chu les tyemeunes de Daimphreux èt d’ Niungnèz. Dains l’temps, è y aivait ïn étaing. Oh, pe bïn grant, mains i étôs tot meinme tchoé d’dains tiaind qu’i étôs p’tèt. En huvie, nôs allïns paitinaie ch’ lai yaice. An dit qu’â tchâtemps, lai Vouèvre y pregnait sai begnade. Niun n’ l’é djemaîs vue. An dit âchi qu’ les druides y fétïnt le r’toé di bontemps. I ainme brament v’ni me poérmenaie poi chi. I m’siete ch’ le bainc èt pe i raivoéte le paiyisaidge, les (...)

  • L’oûejé d’lai rétchaince - Mai 2014

    Paru dans LQJ du 16 mai 2014
    Ç’ât l’bon temps, lai Tyaitrinatte
    Se poèrmoène ât long di Doubs.
    Dains les aîbres lai faivatte
    É réponju â coucou.
    *
    Mains çte poûrere Tyaitrinatte
    N’é piepe ïn tot petèt sou.
    T’ n’és p’oûyi l’coucou, baich’natte ?
    T’n’és p’oûyi l’coucou, hou hou !
    *
    Tiaind que tchainte lai faivatte
    Èt que répond le coucou,
    Fât avoi dains sa boéchatte
    A moins ïn poûer’ petèt sou.
    *
    Ne faît’s pe cment Tyaitrinatte
    Â premie tchaint di coucou.
    Prentes ènne boéche dains vot’ baigatte
    D’aivô (...)

  • An n’râte pe l’progrès - Mai 2014

    Paru dans LQJ du 23 mai 2014
    An n’râte pe l’progrès
    Lai Frieda é t’aivu di mâ dains sai vie. D’aivô sai rotte d’afaints ! Èt faiyait faire tote lai bue en lai main. Les aîg’ments aito. Tieûj’naie â fue d’bos.
    Mitnaint, èlle raivoéte sai laivimaidge tos les sois, èlle peut laividjâsaie d’aivô ses afaints que sont mairiès ïn pô tot poitchot. Èlle é ïn frâtchou. È n’yi manque ran, que lai vidyoûere de sai djuenaince. Tot chu, lai Frieda aippréjie l’ progrès.
    Èlle viaidge brament, çoli yi pésse le temps. Ci (...)

  • Prayiere en sïnt Antoène - Mai 2014

    Paru dans LQJ du 30 mai 2014
    Çte Tourine eurdéchent è pie d’ l’hôpitâ d’avô sai p’tète-fèye. Ç’ât ènne petète fanne boyatte, aillurée èt djâsouse. Lai baich’natte poétche des breliçhes de traivie qu’ lai dgeainnant brament.
    Qué brïndye d’aivô ces breliçhes ! que m’ dit lai graind-mére. Èlle les rôte tot l’ temps. Èlle les léche n’impoétche laivou, èt pe è m’ fât chneuquaie des hoûeres d’vaint que d’ botaie lai main d’chu. Mai bèlle-féye s’étchâde. « Raippele-te laivou qu’ t’ les és léchies ! » È n’ sie ran d’ (...)

  • Lai fôle d’ lai sope és caiyôs - Juin 2014

    Paru dans LQJ du 6 juin 2014
    Lai fôle d’ lai sope és caiyôs
    Ïn soudaie rentre â paiyis. Ě s’râte dvaint ènne caboénatte. Ěnne véye fanne tote reintrie le r’cit.
    Qu’ât-ce te m’ veus soudaie 
    I seus éroiyenè, i aî faim, i aî soi.
    Vïns d’ dains. Te peus dremi poi tiere, boire de l’âve di pouche. Mains i n’aî ran d’âtre è t’ baiyie.
    C’était ènne avâriciouse,
    Vôs èz bïn des caiylats ?
    È n’en manque pe. Ě y en é tot grebi â d’vaint l’heus.
    Le soudaie bote è tieure de l’âve ch’ le fûe. Ě yaince dains lai casse (...)

  • An ïnstaille le téléphone â vlaidge - Juin 2014

    Paru dans LQJ du 13 juin 2014
    Ç’ât ènne hichtoire que raicontait ci Djeain Christe leVadais. An ïnchtaillait l’ téléphone â vlaidge de Bèrlïncoét. C’était en l’ècmence di siecle péssè. Les ôvries drassïnt des potés, tendïnt des laingnes. Le Pére Ambroise, sietè chu son bainc révijait, tot émaiyi. E s’ demaindait poquoi tot ci commerce. Pésse le régent.
    – Dites, Régent, râtèz-vôs. I voérrôs bïn vôs posaie ènne quèchtion. – I vôs oûye.
    – An djâse di téléphone ? Es sont en train d’ l’ïnchtaillaie poi chi. Mains (...)

  • L’intrus - Juin 2014

    Paru dans LQJ du 20 juin 2014
    L’intrus
    Ci Fridolin aivait ènne tote bèlle fanne èt des tot bés l’afaints. Cïntçhe en lai cheute, trâs bouebats èt peus dous baichenattes. Èl airait poéyu étre fie. Èl airait daivu étre hèyrou. Yé bïn nian. È y aivait âtçhe que l’ tirâyait, que l’empâtchait d’ dremi.Yun d’ ses afaints n’eursannait p’ és âtres. Fridolin n’ôjait en djâsaie en niun, èt chutôt p’ en sai fanne. Çtée-ci n’aivait poétchaint ran è se r’preudgie. Èlle teniait bïn son ménaidge, èlle éy’vait bïn ses afaints, (...)

  • Des sacrés maingnies - Juin 2014

    Paru dans LQJ du 20 juin 2014
    Des sacrés maingnies
    C’était l’ temps d’ lai foénaijon. An soiyait encoé en lai fâ. Çoli poéyait durie dous è trâs snainnes, çoli dépendait d’ lai pieudge, di sraye èt peus des oeuvries. Lai vaye, le brut d’lai fâ qu’an entchaipyait chus l’ençainne résounait dains l’ crât. En lai pitçhatte di djoué, an s’ botait è soiyie les prés encoé tot môs d’ rosèe. Peus è faiyait étendre l’hierbe po lai léchi sâtchi â sraye.
    Ci Grôs d’lai Hâde avait fâte de brament d’oeûvries po lai foénaijon. Èl (...)

  • Sïnt-Ochanne - Juillet 2014

    Paru dans LQJ du 4 juillet 2014
    Sïnt-Ochanne
    Dans Lés Béls-Ouejés (Les Beaux-Oiseaux), nouvelle bilingue parue dans les Actes de 1946, Jules Surdez décrit Saint-Ursanne au temps jadis.
    Elle était ençashée pa des hâts mues que grèpounïnt djinque an des bainçons de rotches. Tot enson se drassaît aidon ïn grand tchété qu’è ne demore pus que lo bés de lai toué di croton catchi pa des bôs de biantche djoux. I ne sairôs dire cobïn de maîrtches d’égrès mouennïnt an ènne bâme qu’aissôtaît èt peut aivrissaît ïn (...)

  • Ènne mychtérieuse dgen - Juillet 2014

    Paru dans LQJ du 11 juillet 2014
    Ènne mychtérieuse dgen
    È pieut des sayats. Adj’d’heû, Fraincine, é lai voidge de ses ptèts l’afaints. È fât les occupaie, ces aiyâles nitious que rittant dains tote lai mâjon èt peus que faint des airboés. Lai graind-mére, qu’é toûedge de boinnes aivijaîyes, les fait s’sietaie â poiye. Èlle prend son album de mairiaidge po yôs môtraie les photos. Les pus grôs les aint dj’vus des côps èt des côps. Mains le p’tèt Michel, lu, è les décreuve d’aivô des oeuyes tot ronds.
    Ç’ât toi, (...)

  • Târou - Juillet 2014

    Paru dans LQJ du 18 juillet 2014
    Târou
    Lo Lucas vniait en lôvre tchie lai Simoune. Ès fricotïnt sniainne èt dûemoène. Lu, ç’n’était p’ ïn de cés embraichous. È n’aivait ran d’ïn roncïn. Ço qu’è vlait, c’était s’mairiaie â pus vite po avoi ènne fanne en l’hôtâ qu’ yi tnieuche le ménaidge propre en oûedre.
    Lai Simoune yi répétait :
    « Les aim’rous diant des mots dous en yôte bionde. Dis-m’voûere ïn mot dou. »
    Ci braîve Lucas n’en saivait pe. Lai Simoune, c’était ènne tchâl’rouse. Èlle ainmait è s’ faire chmoutsaie, (...)

  • Engonçhèes - Juillet 2014

    Paru dans LQJ du 25 juillet 2014
    Engonçhèes
    Çt’ Hortense é fait ïn tot rètche mairiaidge. Son hanne ât paitron d’ènne faibritçhe de môtres èt èl é dous cents ôvries dôs ses oûedres. Ç’ât ïn hanne tot sïmpye. Ses ôvries l’ainmaint bïn èt peus l’ réchpèctant.
    Mains l’Hortense, ç’ât ènne bagonçhèe. Èlle ât bradyouse cment ïn môtretiu. Lai piaice de son hanne èt peus sai foûetchune yi sont montèes en lai téte. Ès vétçhant dains ènne mâjon qu’an dirait ïn tchété. Èlle é ïn vâlat que condut sai dyïmbarde èt peus que s’occupe di (...)

  • Tchainson povriotique - Août 2014

    Paru dans LQJ du 8 août 2014
    Tchainson povriotique
    Chanson pauvriotique
    Il s’agit d’une chanson due au poète bruntrutain Louis-Valentin Cuenin, (1819-1868). Il serait plus conforme d’écrire pauvriotique, néologisme qui résulte de la fusion de « pauvre » et de « patriotique ».Comme toujours dans les citations, nous avons respecté l’orthographe de l’auteur tant dans le titre que dans l’extrait.
    Chu lai Pirtche et dain nos coulines
    Tien saq les Chuédes bivaquint ;
    Qu’à raivaidge d’io couleuvrines (...)

  • Lai premiere dyïmbarde - Août 2014

    Paru dans LQJ du 22 août 2014
    Lai premiere dyïmbarde
    À vlaidge, niun n’aivait d’dyïmbarde. Tiaind qu’è y en péssait ènne, les afaints rittïnt drie po éprovaie d’lai cheudre. Çoli fsait ïn nuaidge de poussat.
    Niun n’paitchait en condgie cment de nos djoués, en lai mèe, en lai montaigne ou bïn â l’âtre bout di monde. Le régent airait poéyu, èl en aivait brament des condgies, chutot â tchâtemps. Mains ses djouénèes étïnt bïn occupèes. Èl allait és moures, és mouchirons, è f’sait des p’nies, des crattes, è baiyait ïn (...)

  • Ïn vyaidge en Lai Piere - Août 2014

    Paru dans LQJ du 29 août 2014
    Ïn vyaidge en Lai Piere
    En quaitoûeje, dous d’l’âtre sens d’lai frontiere, l’Albin èt peus l’Thomas étïnt paitchis po lai dyiere. C’était du, brament d’yos caimrades tchoéyïnt. L’ Albin èt l’Thomas étïnt craiyaints. Tchétyun aivait son tchaip’lat dains sai baigatte. L’Albin, le pus véye, était dje mairiè. Le Thomas fréquentait ènne de Bure. Ïn soi qu’èl en aivait gros ch’le tiûere, l’Albin dié :
    Te sais quoi, è nôs s’fât confiaie en la Vierdge.
    T’és réjon. S’nôs en rétchaippans, nôs (...)

  • Les sôs d’lai tçhète - Septembre 2014

    Paru dans LQJ du 5 septembre 2014
    Les sôs d’lai tçhète
    Les tiuries frainçais n’aint p’de paye. An m’ont dit qu’ès poéyant voidgeaie ènne paît d’lai tçhète . I vôs l’raippoétche cment i l’ai oûyi.
    Trâs tiuries boyïnt ïn tchâvé â M’lïn di Plain. Ès djâsant d’lai tçhète di duêmoène. Cment faire le pairtaidge ? Çtu d’Maîche n’manquait d’ran. Ses poirents étïnt rètches. Èls aivïnt des étius, des tieres, ïn bé tchété. Ès yi aivïnt eûffri ènne dyïmbarde po sai premiere mâsse. Ç’ât lu qu’aivait invitè ses confréres po ènne virie. (...)

  • Le taimboérnou - Septembre 2014

    Paru dans LQJ du 12 septembre 2014
    Le taimboérnou
    Le taimboérnou fait sai touénèe. È s’râte en tos les crouej’ments. Trétus sont â dvaint l’heûs po l’oûeyi. « Aivis. È câse de lai churlaindye, èl ât défendu de moénaie les roûdges bétes en lai foire. » Le mére aivait v’lu yi bèyie ïn paipie. « I n’n’aî p’fâte, de ton paipie ».
    Lai churlaindye s’aittaique chutot és vaitches, qu’an aippele tchie nôs les rouedges bétes. È fât voidgie les bétes malaites en l’étâle. Les tch’vâs n’risquant ran, les hannes non pus. Le (...)

  • Â laidre ! - Décembre 2015

    Paru dans LQJ du 19 septembre 2014
    Â laidre !
    Çte Rosalie é d’l’aivaince po pare son train po Cordgenaie. Èlle entre tchie Werth. Èlle commainde ïn thé d’aivô ènne golgoyatte. Èlle prend lai feuille di djoué èt peus èlle se bote è yére. « Lai diaîdge di cainton aiptchit. Les vouls sont en hâsse. D’moérèz vidgilaints. Les lâdres sont aidrèts. Méfietes-vôs d’ces sèrvégeâles incoégnus que s’appreutchant d’vôs. Dains les caibairèts, n’accreutchietes pe vot’ sait â dochie d’lai sèlle, ne vot’ mainté. Ne léchietes pe (...)

  • Ébâbéch’ment, fiertè, grïngne - Septembre 2014

    Paru dans LQJ du 26 septembre 2014
    Ébâbéch’ment, fiertè, grïngne
    Dains ci temps-li, an n’djâsait qu’le patois â v’laidge. Le frainçais était ènne laindye étraindgiere aipprije en l’écôle. An s’dépâdgeait d’le rébiaie. Eurcidre ènne lattre était ïn événement. En pus d’lai yére, è faiyait encoé lai compâre.
    L’Émile ât soudaît è Thoune tchie les Almousses. Èl envie ènne lattre en lai mâjon. Son frérat l’eûvre, lai yét, cment qu’è fait bïn svent. Èl aippele le pére que soûe di chari, sai pipe sains fûe â meûté.
    Pére ! (...)

  • Aidmirouse - Octobre 2014

    Paru dans LQJ du 3 octobre 2014
    Aidmirouse
    Le banvaîd rentre de sai touénèe. Ç’ât le soi. D’lai sen d’lai meucie di s’raye, le cie ât che roudge qu’an dirait ènne envoélèe. Ïn gros l’hêté se drasse en l’oûerèe di bôs. Sai foûeche raimèe se détaitche en noi chu lai lumiere d’lai roûeneû. Ènne fanne d’lai vèlle que pésse quéques djoués dains l’coénat aidmire lai biâtèe d’lai vue èt peus chutot ci bél aibre, son lairdge troncat, sai tchairpente.
    Bonsoi, l’hanne. Vôs étes âchi en condgie poi chi ?
    Nian. Moi, i seus (...)

  • Hypocrites - Octobre 2014

    Paru dans LQJ du 10 octobre 2014
    Hypocrites
    Le dûemoéne, nôs enflïns nos vétures di dûemoène po allaie en lai mâsse des dieche. Lai mére était dj’allèe en çtée des sept, poéche qu’èlle devait faire è dénaie. Nôs, les boûebes, nôs poétchïns ïn cochtume qu’an s’péssait dains lai faimille di pus grôs à pus djûene. Les baîchattes poétchïnt ènne robe qu’lai coudri di vlaidge aivait couju. Èlles aivïnt ïn nodlé dains lai tchouppe.
    Manquaie lai mâsse di duêmoène était ènne grôsse fâte. Les régents cheurvoyïnt les afaints. Le (...)

  • Trocaidge - Octobre 2014

    Paru dans LQJ du 17 octobre 2014
    Trocaidge
    Vôs aitchtèz ènne véture tchie Zalando ou bïn en Lai Redoute, vôs l’éprôvèz bïn paîj’ment en l’hôtâ.
    S’èlle vôs vait, vôs lai voidgèz. S’èlle ne vôs vait pe, vôs peutes lai rtoénaie ou bïn lai troquaie. D’aivô les afaints, çoli ne s’pésse pe dïnche.
    L’Eulalie ât rveni d’lai matèrnitè d’aivô ïn p’tèt boûba. Èlle l’é botè è dremi po lai neût dains la tchaimbre de son frére, le Tchélat. Â moitan d’lai neût, l’afnât s’ât botè è pûerai, è pûeraie aidé pus foûe. È n’r’âtait pus (...)

  • En un mairiaidge - Octobre 2014

    Paru dans LQJ du 24 octobre 2014
    En un mairiaidge
    Totes les cieutches soénnant â cieutchi di vlaidge. Ç’ât l’mairiaidge d’lai Constance, lai niece de çte Fidélia. Ïn rètche mairiaidge. Quasi tot le v’laidge ât v’ni â môtie. Des véjïns, des aimis, des caim’rades d’écôle, èt peus brâment d’ beûyous. Lai Fidélia è pris sai p’tète Christiane de cïntçhe ans. Le môtie ât archipiein, tot dvaint, lai poirentè èt peus les envèllies, â moitan, les aimis, tot drie les beûyous. Lai fanfare djûe â dvaint l’heûs. Le sraye ât d’lai (...)

  • Piera Péquignat - Novembre 2014

    Paru dans LQJ du 31 octobre 2014
    Piera Péquignat
    Exécuté le 31 octobre 1740, Pierre Péquignat, le chef mythique des paysans ajoulots révoltés, entra aussitôt dans la légende. En 1833, Jules Thurmann lui consacra une chanson sur une musique d’ Auguste-Ferdinand Feusier l’aîné.
    La version patoise, dont on ne chante guère que le premier couplet et le refrain, nous la devons au frère du compositeur, Ferdinand Feusier le jeune.
    Comparons les deux versions :
    Nos tchaimps pai vos tch’vâs sont tripès ; (...)

  • Vaiccination - Novembre 2014

    Paru dans LQJ du 7 novembre 2014
    Vaiccination
    L’èrbâ, ç’ât lai séjon des pieudges èt des reûtches. An r’commainde de s’faire vaiccinaie contre lai dïndye, les véyes chutot, s’ès v’lant péssaie l’huvie sains tchoére malaites. Mains tot l’monde n’ât p’di meinme aivis. Ôyites :
    Te t’és fait vaiccinaie contre lai dïndye ?
    Nian, nian, ç’ât tot des trueries qu’ès t’ fotant dains l’saing. En pus, çoli cote. Ç’ât des sôs fotus poi lai f’nétre, des sôs que vaint enritchi cés grôsses boétes de Baîle, cés qu’aint soûeyie (...)

  • Lai Sïnt-Maitchïn â Pairaidis - Novembre 2014

    Paru dans LQJ du 14 novembre 2014
    Lai Sïnt-Maitchïn â Pairaidis
    En ci dûemoène de Sïnt-Maitchïn, tchie l’Bon Dûe li enson, è y aivait tot piein d’bé monde, des Taignons, des Vadais, des tiuries, des soeûrs, des paiyisains, des bordgeais, des chires, des poûeres, des djûenes, des véyes. Èt peus trétus tchaintïnt d’aivô les aindges â pie d’lai Sïnte Vierdge : « Alléluia, alléluia ! »
    Mains dains ïn câre, è y en aivait qu’étïnt tot trichtes. C’étaient dés Aidjolats. Sïnt Piere yôs dié :
    Poquoi qu’vôs n’tchaintèz (...)

  • Anniversaire - Novembre 2014

    Paru dans LQJ du 21 novembre 2014
    Anniversaire
    L’Antoénatte é quarante ans adjd’heû. Le dénèe, ès l’faint en l’hôtâ, ç’ât moyou maîrtchie. Ç’ât l’Antoénatte qu’é tot l’traivaiye. Po aicmencie, èlle sèrt des taîtrelattes â formaidge d’aivô di bianc de Boé. Son hanne, le Lucas prend l’apéro d’aivô les envèllies di temps que çte poûere Toénatte s’aiffaire â foénat. Po aiccompaignaie l’reûti, èlle é aiyûe de ces boinnes floutes en lai creinme cment les f’sait sai graind-mére. Ces chlèckmoéres n’en léchant piepe yènne. Po lai (...)

  • Conchultation - Novembre 2014

    Paru dans LQJ du 28 novembre 2014
    Conchultation
    Ci Piera ât aidé malkeusse. Tiaind qu’è s’yeuve, èl é mâ, tiaind qu’è s’coutche, èl é mâ. Tot l’djoué, è chairtçhe d’ènne sèlle en l’âtre cment qu’ènne véye dgen. Çoli n’peut pus durie. Sai fanne l’envie tchie l’méd’cïn.
    Qu’ât-ce qu’è n’vai pe, l’hanne ?
    Tiaind qu’i aippue d’lai sen di tiûre d’aivô l’index, çoli m’fait mâ. Tiaind qu’ i tâte mai coraîye, lai deloûe ât che foûe que les laîgres me tchoéyant des oeûyes, èt peus tiaind qu’i chens l’mâgon, dïnche, vôs voites, çoli (...)

  • Sïnt Nicolas - Décembre 2014

    Paru dans LQJ du 5 décembre 2014
    Sïnt Nicolas
    An soènne en lai poûetche.
    Entrèz, sïnt Nicolas, dit lai mére. V’nis vôs rétchâdaie ! Vôs èz ôjè paitchi poi ci croûye temps 
    È fât bïn, les afaints m’aittendant. Ât-c’qu’ès sont aivu saidges ? Pe aidé, qu’è m’sanne, d’aiprés ço qu’i vois dains mon grant yivre. Vôs saites, les ptèts, tot y ât maîrtçhè, totes vos fredoéyes. Toi, Bregnaid, te râtrés d’airguess’naie tai soeur èt peus d’yi tyirie lai tchouppe. Èt peus toi, baîch’natte, è n’te fât pus pûeraie po ïn ran.
    S’è (...)

  • Conf’reince ch’les raittes - Décembre 2014

    Paru dans LQJ du 12 décembre 2014
    Conf’reince ch’les raittes
    Çt’annèe feut ènne annèe d’raites. È y en aivait tot grebi dains les tchaimps èt peus dains les pétures.
    L’Écôle d’aigretiulture é fait v’ni ïn scienchou po djâsaie des raites. Çt’hanne-li, ç’ât ïn tot foue. Èl é fait des expériences ch’les greûgyous, è sait cment métraîyie po les détrure. An l’demainde tot poitchot. È bèye des conf’reinces dains tot l’paiyis. Mains cment tus les saivaints, ç’ât ïn grôs l’évéji.
    Bïn des côps, è n’é piep’le temps de maindgie. (...)

  • Dains lai neût de Nâ - Décembre 2014

    Paru dans LQJ du 19 décembre 2014
    Dains lai neût de Nâ
    L’huvie ât veni
    Poétchè poi lai bije.
    Nôs ains bïn lai grie
    Di bé temps des celieges.
    * Vïns d’aivô nôs, Djainne, mai mie,
    Mairtchans dains lai neût de Nâ.
    Les aindges di cie
    Sont v’nis chu lai tiere.
    Ainnonçaie l’aimoé èt peus lai paix des tiûeres.
    *
    L’huvie déjolè
    Sondge de voidjure
    Chu lo biè dgealè
    A fond des neûts chi dures.
    *
    Laivou que vôs rittèz, bardgies,
    Pressies, dains lai neût de Nâ ?
    Nos v’nians tus ensoène
    Voûer’ ci ptèt (...)