Par : Fleury LJ
Publié : 25 octobre 2014

Hommages à Gaston Brahier

Homaidges en Gaston Brahier

Par l’Ugène, le 24.10.2014, par le Micou, par Denis Frund, par François Busser

Hommage de l’Ugène, Michel Choffat

info document -  PDF - 60 ko

Photo Ludwig, LQJ

******

Hommage de Denis Frund

Message de Denis Frund sur RFJ, le 26 octobre 2014

Patois / RFJ / 26 octobre 2014 (en direct)

Aimis di patois, bondjo. Â c’menç’ment de ç’te s’nainne, nos ains aiyu lai trichtèsse d’appâre lai moûe di chire Gaston Brahier qu’était dains sai quaitre-vint-heûtieme annèe. Èl était v’ni â monde â mois d’mai 1927 è Tieûve. Ses pairents s’étïnt dépiaicis en 1932 è Beuvenéjin po r’pâre l’âbèrdge d’lai Coranne, ç’ât dâli dains ci v’laidge que l’ djûene Gaston é péssè ènne paitchie d’son afaince.

An peut dire qu’ce feut ènne afaince heyrouse, tiaind an yét ço qu’èl é graiynè, en patois d’Aidjoûe bïn chur, dains les dous yivres, les dous r’tyeuerâts qu’aint po titre : « Vétçhans l’houre qu’ât li ! » et qu’aint pairu en 96 et 98. En tot cas, Gaston, di temps d’son afaince è Beuvenéjin, é chuto oyu djâsaie patois, qu’se feuche en l’hôtâ, â cabaret ou bïn â v’laidge. I crais meinme qu’tiaind èl é écmencie d’allaie en l’écôle, é saivait quasi meu l’patois qu’le frainçais.

I n’veus p’ adjd’heû r’traicie tote lai vétchaince de l’hanne qu’vïnt d’nos tyittie. D’âtres l’aint fait et bïn fait. Mains tot l’monde dains note care de tiere, se s’vïnt di temps qu’él é péssè è Morépont, en taint que minichtre de l’èyeutche, de lai raicodge, duraint 7 annèes. Ç’ât dâ ci temps-li qu’an ont écmencie d’rémeudre note patois dains les écôles, en botaint en prâtitçhe l’airti 42 ( l’article 42) de note Conchtituçhion po l’quél Gaston Brahier s’était tot piein démoènè di temps d’lai Conchtituainte.

An ont perju, ces djos, ïn jurassien patoisaint qu’était preutche des dgens, meinme tiaind él était minichtre. Tçhétiun poyait s’aidrâssie en lu po ïn côp d’main ou bïn po yi d’maindaie consèye.

I me s’vïns qu’tiaind qu’i étôs régent è Rossmâjon, èl était v’ni faire ènne visite, ènne touènèe en l’écôle. Èl était aiyu dains totes les classes di cainton, tot sympjement et tot l’monde était heyrous d’son péssaidge. Èl aivait fait ïn pô c’ment ci Charlemagne, sains faire è grulaie ne les éyeuves, ne les raicodgères.
Voili, nos te dyans mèrci et aidûe Gaston et i échpére qu’li enson te veus poyait r’trovaie tos nos patoisaints et qu’ensoènne vos v’lez poyait djâsaie patois. I présente mes pus sïnchéres cond’louainches en sai fanne, ses dous baichattes et ses ptéts l’afaints.

E vos tus, aimis di patois, i vos souate tot d’meinme ïn bon dûemoinne,ènne boènne féte d’lai Tôssaint, ç’ât dje saim’dè qu’vïnt, et i vos dis : « È dains troès s’nainnes ! »

Courroux, le 24 octobre 2014
D. Frund

******

Hommage du Micou, Michel Cerf


Hommage de François Busser,

dans le bulletin de l’union des patoisants en langue romane , n° 31, 2014

info document -  PDF - 455.2 ko