Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Pages d’histoire > Vie quotidienne > Veyes môdes de tchie nos, Merv’lie, Val Terbi, 1.
Par : Fleury LJ
Publié : 24 octobre 2012

Anciennes coutumes de chez nous

Veyes môdes de tchie nos, Merv’lie, Val Terbi, 1.

Julien Marquis

Patois de Mervelier, Val Terbi

Ïn duemoinne di tchatemps péssaie, i déchendé aire neu po allaie tchu l’Piera di Brue. E n’était pe en l’hôta, mais sai veye tainte Tiaitrin’ était sietaie chu ïn bain â devaint-l’heu. Dé djuenes bouebes ai peu des djuenes baichattes péssïnt en tchaintint.

- Sietaie vos eune boussan, vos ai l’temps, m’dié lai banne veye.

- Poquoi-pe ? I sairos bïn eyerou d’vos oyu raicontaie quéques sôvenis di veye temps !

- Eh bïn saites-vos, tiain çatyi vois te ces d’juenes aipeu ces d’junattes allaie daincie fouerment to les duemoinnes ai droite ai gâtche, è ne m’encrâpe d’étre veye. E me semble tieu lai vyie était quand mainme pu baile dains l’temps. An n’amusaie-pe taint an n’dainsaie pe che s’vent main i vos aichurait tieu nos étïnt chi contents tieu les djuenes d’adjedeu.

Vos saites, i n’veu’pe dire tieu nos vayïnt meut tieu les d’gens d’mitnaint. Nos faisïns aijebïn nos p’tétes bétijes, bïn s’vent en coitchatte, main ai no n’fayaipe to pien po nos contentaie.
A Bon An, an faisaie eune banne marande en l’hôta aipeu to l’monde allaie â cabaret po boire ïn tchâvé. Ïn harmonica faisaie dainsie les djuenes aipeu les veyes. An tchaintait les bailes tchainsons di paiye. Ces baichattes tch’l’Cachpard, lai Mayanne tchu l’Quélo, lai Colastique aivïnt des voès tien oyait djaintieu â Cornat. An s’aimusaie taint tian poyait. Pair voi mieneut, les pairants s’yeuvïnt po allaie en l’hôta ; les djuenes cheyïnt. Lai mouter étchâdait ainco ïn bon noi café, an maindgeait ïn morcé de biain tenieu, aipeu an allaie â yé.
Ai foiyait aittendre djaintie an lai Carême po poayit recommencie. Soli n’veut-pe dire tieu le rechte di temps an vétiait canme â covent ! Les bouebes allïnt djè â lôvre dains mon temps ! A poye, tchu l’fornat ditot d’lai tâle, an djuait â fé d’creux ; an raicontait des hichtoères, an pailait d’l’echcret d’lai Côtatte, di foulta, des dairis, on d’diait les chtances d’l’Héri tchu l’Mére Frisaie, ci veye soudait tiétait ayu à Sonderbond, Ai pairâ tiai nyi faisaie-pe bon. Ai raicontait tieu ces Lotcernais ainmïnt taint mirie an lai fidiure tiatre pais. Les ba^chattes felînt, coujînt l’ouate trossé. Dains l’temps an se n’mairiai-pe canme mitnaint avô zrcès yussues aipeu eune tchemuje.

El permie duemoinne d’lai Caréme, c’était les Fayes ! An s’réladjaie djè lontemps daivaince. Ai fayait préparaie l’fue. Les bouebes aivïnt raiméssaie des brainsses dains la côte. El saimdè lai vâpran el cabartie bayait ses tchvas ai peu son tcheye po les allaie tieuru. El duemoinne aipré les Vêpres, les hannes allïnt montaie lai heutte enson ïn cra, derie l’villaidge. An faisaie since eune tornan pai l’villaidge po raiméssaie di sa bos, des faifioles, de l’étrin po empare el fue pu soè. Ditot d’eune grosse peyertche, les brainsses de fiattes s’enteuchïnt, an chuait des grosses gottes, an aivait soi. C’était stu tieu s’était mairié l’derie dains l’annan tieu daivait payie ai boire. Pair voi les heutes tu l’monde e s’raissembiaie ditot di fue. Ai y aiavait lai musique, les tchaintous, les hannes, les fannes, les afaints. Niun n’demourait an l’hôta ce s’nâ les papons aipeu les mïnmïns tieu n’poyïnt-pe mairtchit.
Tiain satieu l’fûe commençaie ao voélaie, les bouebes faisïnt virie loue fayes de tia bin satchi â fo. Vos airïns dyau voi soli, el cie était roudge, les éplues voulïns to di lairdge. E m’sembie tyi vois aince ci Gros Monnïn chuaie an viraint lai sïn. C’était aidè lai pu grosse ai peu lai pi poisanne. Lai féte e s’finâchait canme de djeute ditot d’ïn bon vare â cabarait. An dainsaie, an tchaintaie canme â Bon An. El chire guermannait ïn pô l’dumoine aipré, el trouvaie tieu lai féte aivait durye ïn po trop longtemps. Ai fayait bïn dire atye.

An s’aimusait aihebïn â St-Sacrement, é begnats, an lai Sïnt Mairtin canme dains to l’Vâ. An betcheyait, an maindgeait di boudïn, de l’aindoille, di tnieu d’lai fornan, des crâpés aipeu an rétait bon po ïn bout d’temps !

Les nasses, les baptaines bayïnt aijebin l’occâsion d’en dainsie eune, de boir ïn bon vare, chuto tian ïn étraindge veniait dérobè eune baichatte di villaidge. E lai payait tchie ! Les bouebes étengïnt ïn riba ai traiveye lai route aipeu è ne l’laichïmpe pairti sain tiai l’euche vudie sai borse po les djuenes tiaivïnt tirie di mortie dâ l’maitïn.

Ai l’airrivaie aijebïn le duemoinne lai vâpran, tie nos pairtïns eune rotte de bouebes è d’baichattes po faire ïn to chu les fairmes. Nos allïns maindgie d’lai létie tchu l’Mére d’lai Scheulte. Cte Lina tiu l’Laoupi djuait d’lai musique ai goerdge aipeu nos dainsïns canme des grallies diantieu â soi.
Lai veye Tiatrin m’raivisait pai d’chu ses berletyes, eine laigre â cart des euyes. I était rintri canme eune pommate â bon temps, main i parâchait vinte ans riantieu de pansaie an ai bé temps péssaie.

- Vos dirais sotieu vos vorais, me diait-i, ai faisait quand mainme moyou vivre dains ci temps li tieu mitnaint ! An n’était bïn pu tranquille. Ai n’y aivait-pe d’électricitai, d’radio, d’avions, aipeu tos ces ïnventions di diaile tieu fint veni le monde to fo a dje d’adje deu.

- I crais tieu vos ais réjon, Tiaitrin. Vos étes ayu bïn banne de m’raippelaie ces hichtoères di veye temps. Main ai l’â temps d’allaie an l’hôta. Mai fanne m’aittend po marandaie. Vos dermerais bïn, Tiaitrin !

- Bonsoir ays-vos ! Vos reverrais tiain vos airais l’temps. I ais ainco bïn des sôvenis ais vos raicontaie !

Mervelier, septembre 1954

Julien Marquis

Julien Marquis a enseigné à Mervelier durant de longues années. Il dirigeait la fanfare et la chorale de l’église, il assumait également le secrétariat communal.

info document -  PDF - 64.7 ko

Le tapuscrit original

info document -  PDF - 195.8 ko