Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Fôles, contes, nouvelles > È n’y é chi p’téte moûetchatte que n’aiye sai croujatte
Par : Fleury LJ
Publié : 26 mai 2014

Concours littéraire 2012

È n’y é chi p’téte moûetchatte que n’aiye sai croujatte

Lai Coquatte, Pierrette Godat

È n’y é chi p’téte moûetchatte que n’aiye sai croujatte.


Le texte dit par Denis Frund

info document -  MP3 - 9.9 Mo

« I dais me présentaie adjd’heû po ècmencie de traivaiyie. I seus aittendu és heûtes pai l’diridjou d’lai mâjon ». C’ât è po prés dïnche qu’ïn hanne encoé djûene s’ât ainnoncie en lai poétche de mon yûe de traivaiye. C’était ïn hanne de vinte-trâs ans, aivô des bieus eûyes è pe ènne soûetche de baîrbichatte tote rossatte. Lai cheûte vos veut môtraie que c’était ïn hanne que n’était pe cmen les âtres…

Po vos djâsaie d’lu, i veus l’aipplaie « Oubsy ».

È y aivaît dje quaitre mois qu’i étôs aivu engaidgie dains çte bainque de lai vèlle de D’lémont tiaind ci Oubsy é ècmencie de traivaiyie dains lai meinme mâjon. Les premieres s’nainnes, i n’le voiyôs pe tos les djoués, pochqu’i n’étôs pe â meinme étaidge que lu. Pus taîd, i é poyu rempiaicie ènne djûene fanne qu’ât paitchie pochqu’èlle était enceïnte, è pe ç’ât dïnche qu’i me seus r’trovèe â premie étaidge. I m’ottyupôs d’lai réchèption des dgens que v’lïnt djâsaie aivô le diridgeou, les rensoignôs tiaind i poyôs le faire, grèyenôs les lattres è pe d’âtres paipies. Oubsy traivaiyait dains lai piece â long d’lai réchèption.
Es dieche, di temps que nos pregnïns note p’tét café, nos djâsïns ïn pô de tot, mains chutôt è me raicontait des hichtoires que me f’sïnt è rire és laîgres ! Quéques côps, è v’niait vâs moi, eûvrait ïn tirou po faire è craire qu’è v’niait tiûere âtçhe et an porcheûyait lai dichcussion encoé ènne boussiatte. C’était l’bon temps !

Po m’faire è rire, en airrivaint, l’maitïn ou bïn lai vâprèe, è sâtait chu ïn biffat qu’aivaît â moins ün métre de hâtou ! È tchoiyait aidé chu ses pies cmen les tchaits chu loûes paittes. È ne s’ât djemais ran rontu et l’biffat ât aidé d’moérè en sai piaice ! En péssaint vés mai tâle de traivaiye, è tieuyait ènne ciou d’ïn bocat qu’était li è pe en maindgeait ïn p’tét moéché ; moi, i écâçhais, bïn chur ! Tiaind lai fïn d’lai djouénèe airrivait, nos allïns ensoinne pâre le train que nos raimoénait en l’hôtâ. Cmen nos aivïns pus de temps qu’è nos en fayait, nos f’sïns ènne poérmenade tot âtoué d’lai vèlle. C’ât di temps de çte maîrtche qu’è diait l’pus de coynâdes et f’sait l’fô quâsi è m’faire pichie és tiulattes. Ïn côp, è s’était botè en ïn yûe voué an poyait voûere piein d’aiffiches bragaint des produts po meu poyait les vendre. En ènne piaice qu’était dichponibye, è s’était botè â moitan, f’sait ïn bé sôrire et aivô sai pipe et son saitchat de touba, bragait les bouènnes sentous di touba « Richemond » !

En moi et en cés que traivaiyïnt aivô nos, è djâsait aito de ses tchvattes. Eh èye ! Èl ainmait ces ôjés de neût et en aivaît pien sai mâjon : en paipie, en bôs, en voirre, empaiyies, en étraîn, en pieumes, de totes les soûetches et de totes les tieulèes. Des tchvattes étïnt meinme graivèes chu l’bôs d’son yét. An poyait en détçhvie dains tos les câres de son hôtâ et meinme dains son tçheutchi. Quâsi totes aivïnt ïn nom. Cté qu’était chu sai piaice de traivaiye s’aippelait Eulalie. Èlle était en feûtaine. Po qu’èlle ne feuche pe tote per lée di temps di saimedé et di dûemoinne, an poyait lai pâre tchie nos. Nos étïns trâs baîchattes è nos paitaidgie lai vadge de çte p’téte tchvatte. È n’fayait pe rébiaie d’lai raimoénaie le yundé l’maitïn !

Tiaind an f’sait des soûetchies aivô les aimis è f’sait aidé rire tot l’monde, foûeche qu’è v’lait nos faire piaîji. Èl aivaît ïn tiûere en oûe !
Aiprés trâs ans, i m’seus mairièe et i aî râtè de traivaiyie. I aî tchittie l’Vâ po cheûdre mon hanne. I aî aivu des afaints, ènne mâjon pe brâment è faire en l’hôtâ. I r’voiyôs ïn côp vou l’âtre Oubsy et c’était aidé ènne rédjôyéchaince de djâsaie de note djûenence. Tchéque annèe, i aî r’ci ènne caîtche po mai féte. Èl aivaît brâment de sné po grèyenaie. C’était ènne soûetche de poéte. È pregnait ènne pieume, épignolait ses lattres aivô tieusain, cmen dains l’temps, botè des p’téts tiûeres vou bïn des cious po nos raippelaie qu’è nos ainmait bïn. È fât dire que nos étïns brâment d’aimis è r’cidre ïn méssaidge po note féte. I é oyu dire qu’èl en enviait è po prés cïncents pai an ! C’ât chûrement po çoli que le djoué qu’lai pochte de son v’laidge é fremè ses poûetches, èl é quâsi fait ènne « mâsse d’aidûe » !!! I airôs bïn voyu voûere çoli…

Èl était ïn hanne sensibye, qu’écoutait d’lai bouènne dyïndye. Bach, Mozart, Rossini vou d’âtres n’étïnt pe des étraindgies po lu. Les yûes de tyulture l’aint r’ci aito, aidé véti de sai noire cape et de son capèt.

Èl ainmait lai tchainson frainçaise et les tchaintouses qu’è poétchait dains son tiûere étïnt Barbara, Anne Sylvestre vou bïn encoé Anne Vanderlove. Aiprés ïn « concert » de Barbara è Bâle, è s’était embrûè dains sai « loge » et aivaît eûffi è lai grante daime cïnquante rôses ! Tiaind Anne Vanderlove s’était trovèe dains des tieûsains d’airdgent, èl était v’ni è son s’coué en y enviant ç’qu’è poyait po l’édie. Aiprés ïn « concert » d’Anne Sylvestre, è v’lait s’aitchetaie dous « disques » ; çoli côtait ïn po tchie, mains aiprés aivoi maîyennè ènne boussiatte, èl é dit : « I veus les pâre les dous, taint pés se i dais maindgie des macaronis djunqu’en lai fïn di mois ! ».

È cognéchait aito brâment de tchaintous et de tchaintouses de note câre de tiere, les f’sait v’ni aivô loûes ïnchtruments et tos les envèllies envoûezïnt d’lai féte que s’péssait dains l’bôs tot prés de son v’laidge. Le yûe était éçhairè pai des fèyes que f’sïnt r’yure les eûyes et rétchâdïnt les tiûeres.

Aiprés aivoi traivaiyie trente annèes en lai meinme piaice, Oubsy a aivu « r’méchiè » po son engaidgement. È pus de cïnquante ans, èl é aippris ïn dousieme métie : soingnie les véyes dgens que d’moérant dains les « hômes ». Voili ènne besoigne que n’était pe aîjie, ne po lai téte, ne po les brais. Poétchaint, è s’en ât bïn tirie, djeûque â djoué vou èl ât tchoît malaite. L’annèe péssèe, ènne aimie nos é ainnoncie qu’èl était en l’hôpitâ. Aivô mon hanne, nos sont allès le voûere. Coutchie dains son yét, che sôle, è nos f’sait pidie. C’était l’premie côp qu’è ne diait pe de coyenâdes et çoli f’sait mâ à tiûere. Les cïntches menutes que lai voidge-malaites nos é bèyie aint seûffi po compâre qu’è v’lait bïntôt paitchi po ïn monde qu’an dit moiyou. At-ce qu’èl ât aivu hèyurou chu çte tiere ? I n’le sais pe.

È ne s’ât djemais mairiè pochqu’è ne tchoiyait pe aimoéreû des fannes. Lai naiture aivait fait ïn èrtçheulon et son tiûere baittait pus foûe po les hannes que po les fannes. Coli, an ne le tchoisi pe. C’ât cmen lai tieulèe des pois è pe çté des eûyes ; è fât faire aivô. I crais qu’cés dgens-li aint ènne vétçhaince que ne dait pe étre aîjie. Tiaind an cheût ïn t’chmïn que ne r’sembye pe è çtu des âtres, an ât quéques côps raivoétie de traivie. Mains lu, èl é saivu aivaincie d’aivô sai diffreince. « È n’y é chi p’téte moûetchatte que n’aiye sai croujatte » qu’an dit.
Coli fait djeute ïn an qu’èl ât moûe. I muse bïn svent en lu et i seus hèyurouse que mon t’chmïn é croûejie le sïn tiaind lai djuenence nos sôriait et qu’nos étïns bïn loin des tieûsains. Son aimitie ât aivu ïn crôma.
Èl aivaît ènne faiçon de voûere les tchôses que me piaijait. Tiaind èl ât moûe, ç’ât cmen se an aivaît airraitchie ïn feuyat di livre de mai vétçhaince. Le drie p’tét câre de mes djûenes annèes tchoiyait aivô lu. Ces quéques seuv’nis raicontès sont po le r’méchiaie de son aimitie.

Aivri 2012 Lai coquatte

info document -  PDF - 58.8 ko