Publié : 25 octobre

Grand cœur

Grand tiûere

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 25 octobre 2019

Grand tiûere

È y é touedge aivu dains bot’ bé câre de tiere, des prétres â grand tiûere, qu’aivïnt l’ tieusain des poûeres, que vétyïnt lai Boènne Novèlle, que f’sïnt l’ bïn atoè d’ yos èt que bèyïnt l’exempye d’ènne vétyainne craiyaince. Ïn djouè, le Pére Blanchard trové ïn poétche-dyenèyes chu ïn bainc d’ lai véye vèlle de D’lémont. Èl en eut chi pidie qu’è yi bèyé ses soulaies èt rentré tchie les Lievres nus pies.

L’Abbé Joseph Fleury, tiurie-doyen de D’lémont, était de çte soûetche. N’impoètche tiu poéyait fri en sai poûetche, rètche o poûere, èl était chûr d’étre bïn r’ci. Chires o sïmpyes dgens trovïnt piaice en sai tâle. È fé d’ lai tiure de D’lémont ïn hôtâ laivou qu’an vétyait cment dains ènne faimille. È bèyé en sai bairoitche le moyou de son tiûere. É boté totes ses foûeches â sèrvice de ses bairoitchous, èt en premie des malaites, des malhèy’rous, des pus çhaîlats, des poûeres èt des afaints. Po tus, èl était ïn hanne de boènne aivijaîye, ïn père èt ïn aimi.

Caroline,la sèrvante de tiure, eur’maîrtçhé que sai choutanne était eusèe. C’était ènne boènne coudri. Èlle aitch’té di tichu po yi en faire ènne novèlle. Â môment de s’ botaie â traivail, pus d’ tichu.

- Monsieur l’ Tiurie, i ne retrove pus l’ tichu po çte choutanne. Vôs n’ sairïns p’ laivou qu’èl ât ?

- Mai boènne Caroline, i aî trovè pus poûere que moi.

Notes
- ïn poétche-dyenèyes, un miséreux ; littéralement : un porte-guenilles ;
- les Lievres, les lièvres, sobriquet des habitants de Soyhières ;
- È fé, il fit ;
- des pus çhaîlats, des plus faibles ;


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 4.7 Mo

Grand cœur

Il y a toujours eu dans notre charmant coin de terre des prêtres au grand cœur qui avaient le souci des pauvres, qui vivaient l’ Évangile, qui répandaient le bien autour d’eux et qui donnaient l’exemple d’une foi authentique. Un jour, le Père Blanchard trouva un miséreux assis sur un banc en vieille ville de Delémont. Il en eut à ce point pitié qu’il lui donna ses souliers et rentra pieds nus à Soyhières.

L’Abbé Joseph Fleury, curé-doyen de Delémont, était de cette trempe-là. N’importe qui pouvait frapper à sa porte, riche ou pauvre, il était sûr d’être bien accueilli.

Notables ou personnes modestes trouvaient place à sa table. Il fit de la cure de Delémont un foyer chaleureux à l’atmosphère familiale. Il donna à sa paroisse le meilleur de son cœur. Il mit toutes ses forces au service de ses paroissiens, principalement des malades, des malheureux, des plus faibles, des pauvres et des enfants. Pour tous, il était un conseiller, un père et un ami.

Caroline, la servante de cure, remarqua sa soutane usée. C’était une bonne couturière. Elle acheta du tissu pour lui en confectionner une nouvelle. Au moment de se mettre au travail, plus de tissu.

—  Monsieur le Curé, je ne retrouve plus le tissu pour cette soutane. Vous ne sauriez pas où il est ?

—  Ma bonne Caroline, j’ai trouvé plus pauvre que moi.