Publié : 11 juin 2016

Les berces communes

Les tchutchus

La Babouératte, Marie-Louise Oberli

Les tchutchus

El ât péssè le temps voùé le meinme raiccouédjaire ensoignie, sai vétchaince entîere, dains le meînme vlaidge !

È leudgie dains lai mâson de tyeummune, voùé si trovait aito le poiye de l’écôle. Le métie de raitè léssie encoué ïn po de tchie-bridâ po s’évadnaie des tcheusains bèyies pai les éyeuves. Ène rotte de trente afaints, c’ât poisaint !
Quéques beussons d’éssattes, de knis, des dgelènes otchupaïnt les boussiattes feùs des éyeuves. Dains le fond, èl était hèyuroux.

Sai fanne, en bélle séson, péssait son temps dains son tcheutchi. Aivô aimoué, elle pyaintait, voûegnait, soichait. Ène dozainne d’ambries crâssïnt â bod di tcheutchi.
Po envoidgeaie l’oûere de sôssyaie les voûegnes des cramias su son tcheutchi, élle demaindé â son vésïn, le pére Boisé, de soiyie âtoué de son tcheutchi. Sains aittendre, ce derrie se boté â traivaiye. Airmè de sai fâ, di covie, le véye paiyisain, sains râtaie soiyie lai tchaimpoiyure. Ren ne se péd tchie les paiyisains.
Boisé raiméssé l’hérbe po ses pôes. En se redrassie, les doux mains su les haintches, è musè tot hât « I vïns véye, pe mai fâ ne cope pus ! ».

Tot content, è se pouétché tchie l’Ténat. « Veus-te, sè-te-pyaît, rentchaipyaie mai fâ ? Elle ne cope pus. Y aî soiyie âtoué di tcheutchi de lai fanne di raitè des tchutchus qu’étaïnt dus ».

Le djoué d’aiprés, ç’ât lai fanne di raitè que s’aimouéne. Cmen tchéque djoué, élle vïnt tchri di laicé en lai tréte di soi tchie l’Ténat. Devaint sai mïnne tripète, le Ténat s’hésaidgie. « Çoli ne vait pon adjd’heu Daime ? »

Les laîgres és eûyes, d’ène sivèe élle raiconté : « Y aivô demaindè â pére Boisé de soiyie lai tchaimpoiyure âtoué de mon tcheutchi, mains èl aî aito soiyie mes bés ambries qu’ècmencïnt ai maivurie.

Lai Babouératte

Les berces communes

Il est passé le temps où le même instituteur enseignait, sa vie entière, dans le même village !

Il logeait dans la maison de commune, où se trouvait aussi la salle d’école. Le métier de régent laissait encore un peu de liberté pour s’évader des soucis donnés par les élèves. Une classe de trente enfants, c’est pesant !

Quelques ruches d’abeilles, des lapins, des poules occupaient les instants loin des élèves. Dans le fond, il était heureux.

Sa femme, en belle saison, passait son temps dans son jardin. Avec amour, elle plantait, semait, sarclait. Une douzaine de framboisiers poussaient au bout du jardin.
Pour empêcher le vent de souffler les semences de dents-de-lion sur son jardin, elle demanda à son voisin, le père Boillat, de faucher autour de son jardin.
Sans attendre, ce dernier se mit au travail. Armé de sa faux, du coffin, le vieux paysan, sans arrêter, faucha l’herbage. Rien ne se perd chez les paysans.
Boillat ramassa l’herbe pour ses porcs. En se redressant les deux mains sur les hanches, il réfléchit tout haut : « Je viens vieux et ma faux ne coupe plus ! ». De suite, il se rendit chez l’Etienne. « Veux-tu, s’il te plaît, battre ma faux ? Elle ne coupe plus. J’ai fauché autour du jardin de la femme du régent des berces communes qui étaient dures ».

Le lendemain, c’est la femme du régent qui arrive. Comme chaque jour, elle vient chercher du lait à la traite du soir chez l’Etienne. Devant sa mine déconfite, l’Etienne s’hasarda : « Ça ne va pas aujourd’hui Madame ? »

Les larmes aux yeux, d’un trait elle raconta : « J’avais demandé au père Boillat de faucher l’herbage autour de mon jardin. Mais, il a aussi fauché mes beaux framboisiers qui commençaient à mûrir ».

La Coccinelle