Publié : 25 juin 2018

Le soc en fer

L’ soc en fie.

Jean-Marie Moine

L’ soc en fie.

L’ temps péssait aidé pus vite. Les tchaindg’ments qu’è fayait aittendre mil ans po s’en aivégie, an les poéyait mitnaint quâsi voûere en ïn siecle. Dains ci r’tirie câre de tiere, laivoù qu’ niun n’ veniait, péssïnt mitnaint brâment d’ rotes de dgens. S’vent c’était po s’veni baittre, po s’pâre des bétes, des utis, des dgens, chutôt des fannes. S’vent âchi, an s’poéyait djâsaie dgentiment. E n’y aivait p’ tot d’meinme ran qu’ des sâvaidges chus lai tiere. Nôs dgens aivïnt aippris que ran qu’è quéques yûes d’li, an saivait faire âtçhe de neû qu’était bïn pus du qu’ d’ lai roitche, ran qu’en breûlaint d’ lai tiere. Els aivïnt bïn épreuvè d’enfûelaie des grants câres, mains sains ran voûere qu’ des réchtes de ceindre. L’ tchaipu s’ piainjait d’ devoi aidé rècmencie de tchaipujie ses sapes. In djoué, ïn djûen’ hanne yi dié : « An dairait bïn allaie voûere de ç’ qu’è s’aidgeât ». « Ch’te veus » qu’yi dié l’ tchaipu. « E farait âtçhe de bïn pointou è d’bïn du po botaie d’vaint lai sape, qu’ les pieres éroiy’nant aidé l’ bôs ! ».
L’ djûen’ hanne paitché d’aivô ran qu’ïn p’tét sait ch’ le dôs. An y aivait dit qu’è n’y aivait p’grant, qu’è n’y aivait ran qu’ de péssaie drie lai montaigne, d’ lai sen qu’ le soraye v’niait. E mairtché tot d’meinme quaitre djoués en cheûyaint l’ soraye. E n’saivait p’ qu’ le soraye virait dains l’cie. El était r’veni en drie d’ l’âtre sen di vâ. Bogre de fô qu’i seus, qu’è s’ dié, d’vaint de r’virie. Tchaince qu’ nôs dgens n’ le saint p’ !

El airrivé dains ïn lairdge vâ piein d’ brûssâles, aittirie qu’è feut poi ènne croûeye sentou d’ f’miere. E n’y aivait quâsi pus d’aîbres. In p’tét, traipat l’hanne, è dg’nonyes, preussait d’aivô ses mains chus ènne échpèce de patiche d’vaint ïn meurdgie d’ pieres. D’ l’enson paitchait des p’tétes nues de f’miere. Es s’ fsainnent des sangnes mains l’hanne émonduait aidé sai bésaingne. Bondjoué, qu’yi dié l’ djûene hanne. Salut, qu’yi réponjé l’âtre, en se r’yevaint. L’ djûen’ hanne yi échpyiqué qu’è v’niait pochqu’ le tchaipu était sôle de daivoi aidé r’tchaipujie lai sape. « Enne sape, qu’ât-ce que ç’ât ? » qu’è yi d’maindé.
« E bïn vôs voites, ç’ât ïn pointou bôs po airaie lai tiere ».

Dains ci paiyis d’ « breûlous », an n’ coégnéchait p’ l’airouse, an n’ vengnait p’ de biè. L’hanne yi aippregné qu’ dains son câre de tiere, an traivaiyait chutôt l’ fie. E yi dié : « Ch’ t’ le veus, i t’aippâré l’ métie d’ foûerdgeou. Aiprés, t’ veus poéyait faire ç’ que t’ veus d’aivô di fie. »

Poi chi, lai tiere était roudge. An creûyait ïn p’tchus dains lai maine, pe tot âtoé, an mâj’nait ènne d’mé-bôle en piere pe en maine, poichie â d’tchus d’ïn p’tchus. Dains ç’te d’mé-bôle, an mâçhait des coutches de tchairbon d’bôs d’aivô des coutches de ç’te roudge tiere. Dains l’ béche, an léchait des p’tchus po qu’ l’oûere d’échpèce de vannous poéyeuche tirie. An f’sait âchi ïn beûyat po fotre le fûe â tchairbon. Els aipp’lïnt çoli ïn béche-foué.
Tiaind qu’ le bôs était enfûelè, è n’ fayait p’ rébiaie d’ çhoûeçhaie daidroit d’aivô les vannous, po qu’ le fûe n’ creveuche pe. D’aivô lai tchalou, lai tiere fonjait, pe s’ raiméssait en ènne tchâde sope dains lai fôsse di d’dôs di béche-foué. En s’ refraidéchaint, ç’te sope bèyait ç’ qu’èls aipplïnt di fie. C’était c’ment ïn grôs d’mé l’eûye pâjaint è du. An poéyait fri d’tchus bïn foûe, djemaîs è se n’rontait ! Coli soinnait meinme c’ment ïn baitchèt. Qu’ât-ç’ qu’an poéyait faire d’aivô ïn tâ moéché d’ fie ?

L’ foûerdgeou yi môtré tote ènne coulainnèe d’aij’ments en fie. E y aivait des pitçhes po s’ baittre, mains âchi des utis po copaie les gayes, des tchaînnes, totes soûetches de pïnces. E yi dié : « I t’ veus môtraie mitnaint c’ment qu’ an peut faire tot çoli. E fât ènne foûerdge, ïn pâjaint maitché, des étnaîyes, pe ènne ençhainne en fie. »
E t’ fât ècmencie poi lai foûerdge. Voili lai mïnne, t’ en frés dïnch’ ènne. E taiyé des pieres, des soûetches de britçhes qu’è boté bïn è piait enson d’ïn échpèce de meurdgie.
En d’dôs, è léché des p’tchus po oûeraie d’aivô des çhoûeçhats l’ fûe qu’è f’rait chus lai tâle. L’ foûerdgeou yi aippregné meinme è faire les vannous d’aivô des pées d’ bétes. A long d’ lai tâle, è boté le d’mé l’eûye en fie, lai piaite sen de t’chus ; çoli s’rait l’ençhainne. E tchaipujé ïn maitché dains di bôs, pe f’sé âchi des étnaîyes d’aivô des croûejies braintches. El aivait mitnaint ses utis en bôs, è les fayait faire en fie. Dains l’ fûe chus lai foûerdge, è boté ïn âtre pus p’tét d’mé l’eûye de fie qu’ d’aivô l’ tchâd dev’nié bieû pe roudge. Tiaind qu’ le fie feut bïn roudge, è l’ boussé chus l’ençhainne. E foûeche de fri d’tchus d’aivô son maiyat, d’ le r’virie d’aivô les étnaîyes, d’ le r’botaie è rétchâdaie ch’ le fûe, son moéché d’ fie dev’nié ïn maitché qu’è n’eut pus qu’è emmaintchie. C’ât mitnaint d’aivô son maitché en fie, qu’è foûerdgé ses étnaîyes. C’était bïn pus soîe !

Note djûen’ hanne était mitnaint foûerdgeou, è saivait conchtrure ïn béche-foué, ènne foûerdge, èl aivait des utis en fie. E saivait c’ment traivaiyie le d’mé l’eûye en fie tiaind qu’an l’aivait rétchâdè â roudge chus lai foûerdge.

L’ maître foûerdgeou yi dié : « T’és v’ni ci po qu’i t’ foûerdgeuche ïn…, c’ment qu’ t’aippelles pus çoli ?…, âye, ïn soc. Moi, i n’ sais p’ ço qu’ ç’ât. Dâli, te l’ f’rés. Moi, i t’ veus ravoétie. »
Note djûen’ hanne ècmencé poi faire ïn p’tét d’mé l’eûye en fie, dains l’ béche foénat. Pe, è l’aippoétché chus lai foûerdge po l’ faire è r’veni tare en l’étchâdaint â roudge. Djainqu’ li, c’était soîe po lu. C’ât aiprés, qu’è n’ saivait p’ trop c’ment s’y pâre po bèyie l’ bon djèt en son moéché d’ fie. Mains, è foûeche d’ le t’ni d’aivô ses étnaîyes, d’ le maitch’laie chus l’ençhainne, d’ le faire è r’veni â roudge ch’ le fûe, d’ le r’fri encoé ch’ l’ençhainne, son bout d’ fie finât è r’sannaie è ç’ qu’aittendait l’ tchaipu. E l’ boté â bout d’ïn pâ po meu voûere le djèt qu’ çoli aivait. C’ n’était dj’ pe chi mâ, mains ç’ n’était p’encoé prou pointou, pe chutôt, les doues arayes ne béchïnt p’ daidroit.

« I crais qu’è fârait épreuvaie d’ foûerdgie tai piece ch’ lai ronde sen d’ l’ençhainne. » qu’ yi dié l’ maître foûerdgeou. L’éyeuve foûerdgeou cheûyé ci consoiye. C’ti côp feut l’ bon ! C’était c’ment le d’tchus di meûté d’ïn poûessèyè, mains tot pointou d’vaint. Les dous l’hannes s’écâçhainnent de piaîji.

Pus d’ trâs séjons s’étïnt péssèes dâs qu’èl était paitchi d’ son v’laidge, tiaind qu’è r’pregné le tch’mïn di r’toué. Dûe sait b’ni, èl était foûe c’ment ïn bûe. E l’ fayait bïn po poétchaie dains ïn grôs sait, son soc è ses utis en fie. L’ foûerdgeou y aivait meinme bèyie ènne p’téte l’ ençhainne que d’vniait pâjainne è tchétçhe pais !

El aivait tiute de r’trovaie les sïns. E mairtché trâs djoués d’vaint de r’trovaie l’ tchaipu qu’yi dié : « I craiyôs qu’an te n’ vlait pus dj’maîs r’voûere. Qu’ ç’ât-é péssè ? »
El eûvré son sait, en soûetché les utis pe l’ençhainne.

« Bogre de fô, qu’ât-ç’ qu’i veus faire de çoli ? » qu’ breûyé l’ tchaipu.
L’ djûen’ hanne rôté l’ sait d’âtoué d’ lai foûerdgie piece.

Breûyaint c’ment ïn éssoédg’ lè, l’ tchaipu rité aippiaiyie ses bûes. E boté l’ soc d’vaint lai sape, pe aittieuyé les bétes. L’airouse creûyait ènne lairdge è fonde roûe drie lée. C’était quâsi ènne tchairrue !
Les dgens di v’laidge qu’ aivïnt ôyi tot ci traiyïn airrivainnent en ritaint. Els étïnt tus és aidyèts, ès n’en r’venyïnt p’. Les afaints friïnt d’aivô des bouts d’ bôs chus les pieces en fie qu’ caquyïnt c’ment des caqu’maiyats.

An n’ poéyont p’ aittendre le soi po saivoi. L’ djûene foûerdgeou ècmencé sai raiconte : « Tiaind qu’i aî saivu qu’an poéyait faire âtçhe de neû d’ l’âtre sen d’ lai montaigne, i paitché ïn bé djoué… »

J-M. Moine