Publié : 8 juin 2018

Vieille langue

Véye djâsaidge

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 8 juin 2018

Véye djâsaidge

Dains ci véye laindyaidge è y é des mots chi bés
Que djâsant des séjons èt que tchaintant la tiere.
Ès sentant bon l’hôtâ èt lai tarou des biès,
Lai tchalou di foénat èt lai frâtchou des r’vieres.

Tiaind qu’an ôt le patois des dgens de ci coénat,
An crait ouyi pailaie lai boènne Tainte Airie
Que travoéchait l’ pays en d’vainrie èt sabats
Poi les tchaimps, les paîtur’s, les bôs èt les senties.

De Boncouét és Enfies, de Mov’vlie è Bonfô,
An djâse encoé patois djuque dains les écôles.
D’lai Montaigne en Aidjou, di Vâ Terbi és Bôs
An djue chus les lavons, an s’raiconte des fôles.

An tchainte les aimoés di Tave èt d’ lai Lison,
Le poûe d’ lai Sïnt-Maitchïn, le toétché, les chtriflattes,
Le Doubs èt ses pâtchous qu’endêvaint le pouechon,
An tchainte en nos lovrèes les bouebes èt les baîchattes.

Que le patois se pie, è y é que le dyant.
Les véyes que le djâsant sont bïntôt tus paitchis.
È nôs le fât rémeudre, ç’ât le derie moment,
Le léchie en hèrtaince és afaints de poi chi.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 3.7 Mo

Vieille langue

Dans cette vieille langue il est des mots si beaux
Qui parlent des saisons et qui chantent la terre.
Ils fleurent bon le foyer et la tendresse des blés,
La chaleur du poêle, la fraîcheur des ruisseaux.

Quand on entend parler les gens de la contrée,
On croirait voir passer la bonne fée Arie
Vêtue d’un tablier et chaussée de sabots
A travers le finage, les bois et les sentiers.

De Boncourt aux Enfers, Movelier et Bonfol,
On parle encore patois jusque dans les écoles.
Du Mont jusqu’en Ajoie, du Val Terbi aux Bois,
On joue encore sur scène, on conte des légendes.

On chante les amours de Gustave et Lison,
Le porc de St-Martin, le toétché, les chtriflattes
Le Doubs et ses pêcheurs taquinant le poisson,
On chante lors des soirées les filles et les garçons.

On entend dire parfois que le patois se perd.
Les anciens qui le parlent sont bientôt tous partis.
Il faut le relancer, c’est le dernier moment,
Il nous faut le transmettre aux enfants de chez nous.