Par : Fleury LJ
Publié : 11 juin 2012

Eribert Affolter, RFJ, 10 juin 2012

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 20 mai 2012

Auteur : Eribert Affolter

Thème : La Fête-Dieu

info document -  MP3 - 3.6 Mo

Rfj. 10 d’juin 2012
Aimis di patois bondjoué.

La snainne péssè, nôs ains vétiu lai Féte Dûe. Ç’ât po moi lai pus bèlle féte èt, de mai djûenence, cé que m’é léchie les pus bés seuvnies. Ềbâbéchainnne (émouvante) èt djôyouse, èlle vôs r’bote le tiure d’aidroit.

Tot ècmence dains le môtie. Lai lumiere des tchaindelles, lai sentou di beuchon (encens), les sèrvaints d’mâsse que tchaimpant des çhoés, béyiant ïn air de féte. Ç’ât li que s’frome lai prochèchion.

Lai bainniere de lai Vierdge, les sèrvaints d’mâsse, le tiurie d’dos le dès poétchant le chiboire, les autoritès tieumunales èt de lai baroitche, lai fanfoére, les djûenes, les hannes èt les fannes. Tot ci monde que tchemnant chu’lai vie, que prayiant, vôs r’vire le tiure. Nôs r’sentans ènne craiyiance èt ènne confiance. D’vaint tote les rotes ènne bainniere flotte dains l’ouêre.

Aiprés aivoi traivoitchie le v’laidge lai prochèchion airrive ès ïn r’posou. Ềnne p’téte âté dains ïn écregnat de voidjure. Des çhoés de totes les tieulés, di tarétre (du lierre), des baissnats (boutons d’or), des pèrventches, des craintlés de mousse pendïnt d’ïn aibre en l’ âtre tchu tote lai piaice, di pïnfô (du houx) aiccrotchie ès fialattes. Le tiurie, dains ïn silence de catédra, monte les égrais de l’âté èt vait poétchaie le chiboire tchu ïn p’tét bainc, po bïn l’motraie ès tos les dgens. Ềnne rote, que ne dit’p ïn mot, que révise è dgenoyon. Le tiurie yeuve l’môtre-Dûe (l’ostensoir) tchu totes ses tétes pentchie èt béye lai bénédichion.

Les sèrvaints d’mâsse tchaimpant des choés, sannant les cieutchattes, brâlant les tçhaichattes.

Ç’ât tchairmou èt ébabissant. Dains tos ces chioûeçhat baitant ïn tiure d’aivô ènne p’téte grulatte. Quéque côp an ô ïn tchaint d’ojé, envèlie en lai féte. I seus chur que bïn des dgens r’teniaint ènne lairme.

Dadon le cortège r’prend lai mairtche, djeuqu’é r’posou cheûyaint.

Qué bèlle féte !

Voili. D’vaint de vôs tçhiyttie i vorôs tchvâtre, è tôs les patoisaints que me r’cognéçant, ènne boénne snainne èt les r’méchiaie pos les bés moments pésè ensoine duraint le voyiaidge de Lourdes. Nôs ains t’aivu brâment de piaîji.

Èt bïn ç’ât tot po adjed’heû. I vôs tchvâ ïn bon duemoine èt ïn bon peûtou che vôs péssè è tâle.

E. Affolter


10 juin 2012
Amis du patois bonjour,

La semaine passée, nous avons vécu la Fête Dieu. C’est pour moi la plus belle fête et, de ma jeunesse, celle qui m’a laissé les plus beaux souvenirs. Émouvante et joyeuse, elle vous met du baume sur le cœur.

Tout commence à l’église. La lumière des cierges, la senteur de l’encens, les servants de messe qui lancent des fleurs, donnent un air de fête. C’est là que se forme la procession.

La bannière de la Vierge, les servants de messe, le curé sous le dais portant le ciboire, les autorités communales et paroissiales, la fanfare, les jeunes, les hommes et les femmes. Tout ce monde qui chemine sur la route, qui prie, vous chavire le cœur. Nous ressentons une foi et une confiance. Devant toutes ces délégations une bannière flotte.

Après avoir traversé le village la procession arrive à un reposoir. Un petit autel dans un écrin de verdure. Des fleurs de toutes les couleurs, du lierre, des boutons d’or, des pervenches, des guirlandes de mousse pendent d’un arbre à l’autre sur toute la place, du houx accroché au sapin. Le curé, dans un silence de cathédrale, monte les escaliers de l’autel et va porter le ciboire sur un petit banc, pour l’exposer à la foule. Une foule silencieuse regarde à genoux. Le curé lève le ciboire sur toutes ces têtes penchées et donne la bénédiction.

Les servants de messe lancent des fleurs, sonnent les clochettes, balancent les encensoirs

C’est charmant et émouvant. Dans toutes ces poitrines bat un cœur qui frisonne. Quelque fois on entend un chant d’oiseau qui s’est invité à la fête. Je suis sûr que bien des gens retiennent une larme.

Puis le cortège reprend la marche, jusqu’au reposoir suivant.

Quelle belle fête.

Voilà. Avant de vous quitter je voudrais souhaiter, à tous les patoisants qui me reconnaîtront, une bonne semaine et les remercier pour les bons moments passés ensemble durant le pèlerinage de Lourdes. Nous avons eu beaucoup de plaisir.

Et bien c’est tout pour aujourd’hui. Je vous souhaite un bon dimanche et un bon appétit si vous passez à table.

E. Affolter