Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Messes des patoisants > Messe des patoisants, Fahy, 28 octobre 2017
Publié : 14 novembre

Messe des patoisants, Fahy, 28 octobre 2017

Les reflets de la messe se trouvent sur le site Jura pastoral, messe en patois

La messe chantée

images Jura Pastoral

Le sermon du chanoine Oeuvray

Mâsse aivô lés patoisaints d’Aidjoûe é di Çhiô di Doubs 30e Dûemoènne - A – Faihy – 28. 10. 2017

Exode 22,20-26 ; Matthieu 22,34-40

Més boènnes dgens, Dain ènne émission de çte boéte è imaidges, en dmaindaie en l’aibbé Piere : « Po vos, ç’ât quoi lai vie ? » L’aibbé é réponju : « Lai vie, ç’ât l’temps que Dûe nos bèye po aippâre è ainmaie. »

« T’ainmeré » nos dit lai Boènne Novelle de ci dûemoènne. Le bonèye d’ainmaie, ç’ât, aivo lai vie, le pu bé kroma qu’en r’ci poèch’que ç’ât ènne paie d’lai vie-mainme de Dûe que n’ât qu’aimouè : ç’n’ât-pe ran !
È peu, po bïn vivre, è fât paitèdgie ci kroma aivô cés qu’vétiant aivo nos. Çoli ecmance en se djâsaint. Se en’se djâse pe, ran ne vè. Ïn po cment le Bian é sai fanne que s’étïnt engrègnie é que n’se djâsïnt pu. È s’grayenient dés byâts. Ïn soi, le Bian bèyé ïn byât en sai fanne : « révoye-me é cïntçhe. I dè pâre le train è Poérrïntru po allaie è Neûtchété. » É s’révoye é è l’était lés nûef. Tot graingne, è trôve ïn byât qu’s’sai fanne aivait grèyenaie aivaint d’pètchi : « È l’ât lés cïntçhe : yeûve-te ! »

Vos voite bïn que ç’n’ât-pe dïnche qu’è fat faire. È peu ç’ât bïn vrai qu’en n’on-pe trop de tote lai vie po aippâre è ainmaie dèdroit. Dâ le p’tèt l’âfnat qu’é fâte dés câlinneries de sés poirents djunqu’és grains-poirents que continuant è s’bèyïe lai main, è i é dés empâtches è péssaie, dés djoûes è vivre et dés croûyes épreuves è tranvoichie.

L’aippeul que nos ât aidrâssie adjd’heu poi lés yéjures ç’ât d’ainmaie poéch’que nos sont faie po çoli, en l’imèdge de Dûe. È peu, cment l’diaie ïn saidge de tchie nos : « ç’te veu pailaie è Dûe, râte-te, trove-te ïn yue aipège é djâse aivo lu. Se t’le veu voûere, envïe-lu ïn texto tchu ton portabye en condujaint tai dyïnbarde. »

« T’ainmeré poéch’que t’ât aivu ainmaie dvaint » voili ç’que veu l’Bon Dûe é ç’ât son kroma. Çoli raimésse totes sés aivisaîyes « Lai Loi é lés prophétes ». É en voit bïn que çoli ne mairchte-pe tiaint qu’en ât â long ou bïn è l’envïe de ç’que veu le Bon Dûe. Po çoli, è n’fât-pe botaie lai vie dés dgens san dos d’chu. Cment le f’sïnt cés dous bouebas d’Tchevenaie. Che bïn que tchéque cô qu’è y aivaie âtçhe de croûeye ou bïn d’trèvïe dain le vlèdge en saivaie qu’ç’était yos. Yote mére lés aivaie granmoènnaie, yote pére lés aivaie eur’motraie. Ran n’tchaindjaie. Poènne predjue. Le pére dié en sai fanne : è peu s’nos dmaindïe ât chire tiurie d’lés sermonnaie ? Èl y dié : ç’ât ènne boènne aivisaïye. Dâli le chire tiurie yos dié : i lés veu pare yûn aipré l’âtre. D’vain, è r’çi le pu djûne. È y dié : vou ât le Bon Dûe ? Le pté ne dié ran. Ïn doujïeme cô è y dié : vou ât l’Bon Dûe ? Ran, pe d’réponse. Ïn trajïeme cô è y dié : Dis-me ci cô vou ât l’Bon Dûe ? Dâli le ptét s’yeuve é preniaint sés tchimbes en son cô, é rité en l’hôta, prenié son grand frére en se coatchant dain ènne armère. Ci cô, qu’y dié le pté, nos sont dain lai mïedge. È l’aint predju l’Bon Dûe é è crèyant qu’çât nos qu’laint voulaie ! »

« Qu’èl ât le gran commaindement », qu’è dmaindïnt en Djésus.
È yos dit : « Ainme ton Dûe é ainme ton preutchain cment toi-mainme. »

Çoli ât atçhye de tot nové : botaie Dûe é l’preutchain tchu mainme pïe d’égalitaie. Çoli s’ré âchi lai grant euyeçon d’lai pairaibôle di drïe djudgement vou nos voiyant Djésus s’idaintifiaie en cés qu’étïnt dain le bsain : « Segneû, tiaint ât ce que nos t’aint vu aivoi faim ou bïn soi, dévéti ou bïn malète sain te v’ni voûere sain t’édïe… En tote voirtaie, i vos l’dit, tchéqu’qu’côs que vos l’aie faie, ç’ât en moi que vos l’aie faie. » (Mt 25 ss)
Po Djésus, è n’y ai-pe dous aimouès : è n’y en é qu’ün. Dâli, è n’ât-pe quechtion de tchoisi entre Dûe é l’hanne. È n’y è-pe de concurreince entre lés dous aimouès : « çtu qu’n’ainme pe son frére qu’è voit ne s’ro ainmaie Dûe qu’è n’voi-pe » nos dit Sïnt Djeain. (1 Jn, 4-20)

Dâli, èl ât bïn sçhiè qu’en n’serait botaie d’ènne san yün d’cés commaindements poi l’âtre. Oh, è s’rait bïn pu aijïe en’en r’teniaint ranqu’ün en diaint : ç’ât bïn prou d’ainmaie l’Bon Dûe ou bïn, ç’ât bïn prou d’ainmaie son preutchain. Po Djésus è n’y é ran q’ïn seul commaindement : dou qu’n’en faint qu’ün. S’en veu ainmaie Dûe è fât âchi pare tieûsaint dés p’tés. Ïn po cment ci p’té Milo que daivô voidjaie l’âfnât. Sai mére revïnt di tyeûtchi é y d’mainde : « Vou ât l’âfnât qui t’aivo dit voidjaie ? » I l’aie botaie dain l’frigo. Sai mére tot épaivuerïe y dié : main t’é fô, è veu édjâlaie ! Nian, nian, qu’yi dié le p’té Milo ; i aie bïn fremaie lai poûetche ! »

Ç’qu’ât premïe dain lai r’lidgion, nos dit Djésus, ç’ât d’ainmaie l’Bon Dûe é son preûtchain, lés dous étaint è djemaie layïes. Tote not crèyaince, en lai cheûte de Djésus, se réjume en çoli : « t’ainmeré ! » Que tos nos gâtches effoûes, cment cés di p’té Milo, nos écâçhais tchu nos-mainmes é brâment de confiaince en Dûe nos édeuchïnt è cheûdre lés bons tchemïns. Peu qu’cment lai Mairie qu’é pris l’train è Poérraintru. Èl bèye son byat ât controlou qu’y dyié : vot byiat ât po Baile main ci train vè è Dj’nève. Ç’ât bïn ennûeyaint, raindge lai voyaidjouse. È pe, en raivoétaint l’contrôlou, èl yi dié : « çoli airrive svent ât moénou di train d’se dïnche trompaie ? »
L’ïmpoétchaint d’lai r’lidgion, nos dit Djésus, ç’ât d’ainmaie Dûe é son preûtchain, mainme se nos effoûes sont gâtches, cment lai Mairie qu’ç’ât trompaie d’train, è nos fât faire confiaince en Dûe é pâre en not compte l’aiveu de Sïnt Pïere aiprès sai traihyéjson : « Segneû, te sait tot, te sait bïn qu’i t’ainme ». (Jn 21)

Dïnche, nos sont chûrs d’étre tchu l’bon tchemïn. Que s’feûche dïnche.

Yéjure di Livre de l’Exode 22, 20-26

Ç’ât dïnche que djâse le Segeû : « Te n’botrè-pe en bésingne l’étraindgie, te n’l’époinceré-pe poéch’que vos étïns vos-mainmes étraindgies ât pays d’ Egypte. Vos ne décorèjerè-pe lai vave é l’ourphelïn. Ce t’lés décorèdje é qu’è breûyant vâ moi, i y’écoutré yote breûyait. Mai colére s’enfûeré é i vos feuré meûri poi lai braitte : vos fannes devïndront vaves é vos afaints ourphelïns.

Se te prâte dés sous è tié-tiûn de mon peupye, en ïn poûere dains tés fréres, te n’feré-pe aivo lu cment ïn raiguèt : te n’y ïmposeré-pe d’ïntérêts. Se te prends en gaidge le mainté de ton preurchan, te y r’bèyeré aivaint le coutchit di sraye. Ç’ât tot ç’qu’é l’é po se boûetchi ; ç’ât le mainté qu’é l’é po s’embâlaie, lai seûle tçhevéche qu’è l’é po dremi. Çe è breûye va moi, i l’écouteré, poéch’que moi, i seu pidoiyaint. »

Pairôle di Segneû 

Boènne Novelle de Djésus-Chricht d’aipré Sïnt Maitthûe (22, 34-40) !

En ci temps-li, lés pharisiens, aipprenant que Djésus aivaie sçhoûe l’bac és Sadducéens se r’trovènnent é yün d’ïntre yos, ïn dotouè d’lai Loi posé ènne quechtion en Djésus po l’épreuvaie : « Maître, dian lai Loi, qu’è l’ât l’pu gran dés commaindements ? » Djésus y réponjé : « T’ainmeré le Segneû ton Dûe de tot ton tiûre, de tote ton aime é de tot ton echprit. Voili le gran, le premïe dés commaindements. É le schcond y ât chembiâbye : t’ainmeré ton pretchain cment toi-mainme. De cés dous commaindements dépend tote lai Loi èchbïn qu’lés prophétes. »

Aicclaimant lai Pairôle de Dûe !


un autre sermon

Mâsse aivo lés patoisaints d’Aidjoûe é di çhiôs di Doubs – 16 d’octôbre 2016 Poérraintru - 29e dûemoènne di T.O.

Més boènnes dgens, vos l’ait bïn oûyï : « È fât aidé prayïe sain djemais n’se décoraidgie ! » nos dit Djésus. Ç’ât bïn aigie d’dire. C’ment s’en aivaie aidé ç’qu’en d’mainde. I y’oûe bïn lés prayïres dés malètes que ne voiréchant-pe, de to cés poûres dgens que vïnt è Lourdes qu’échpérant r’venis voiris é que r’veniant aitaint échtropiaies qu’aivaint. I yoûe âchi lés demaindes de cés djûnes é moins djûnes malètes d’ïn cancer é quairrivant en fïn d’vie.
Devaint tot çoli, cment ne pe léchie tchoère lés brès tiaint que l’Bon Dûe n’dit ran, se caje ? È sanne demoéraie souèdge en nos prayïres, en nos breûyaits.

Ç’ât-d-je ènne véye hichtoère que ç’té de Dûe que n’dit ran, que sanne se cajïe. Tot d’y temps di véye Techtament, lés crèyaints sont tot ébabis d’çoli. Lés prayïeres et lés psaumes le diant : « Djunqu’è tiaind, Segneû, nos veu-tu rébyaie ? Djunqu’en lai fïn ? Te n’oûe-pe lés breûyaits de tés âfaints que te prayant ? » (Ps 12)

Po echpliquait ci Dûe que se caje, lai Bibye é trovaie le thème di « Djouè di Segneû ». ç’tu que praye dait demouéraie piain é voidgeait coraidge. Dûe veu faire âtçhe. E veu mainme régnïe tchu lés nations di monde entïe. Dâli, le « Djouè di Segneû » s’ré âchi le « Djouè di djudjement » po tus.
E s’fât faire piain é eûvri lés dous eûyes ! Peu cment ci poûere hanne, dev’ni ïn pètelou. È frit en ènne poûetche de bélle mâjon é èl épreûve de pidayïe lai métrâsse de mâjon po qu’él yï bèyeûche âtçhe. Mai boènne daime, i è predju ïn eûye ! Oh mon braîve hanne, qu’èl yï réponjé, i vos faie d’sèrdgeint qu’è n’ât-pe ci !

Bïn dés côs, è n’ât-pe èjie d’prayïe tot d’pai nos. Ç’ât bïn poquoi not prayïere é bïn fâte dés âtres. Dain lai premïere yéjure, nos aint bïn oûyïs l’hichtoère de ci Moïse que prayaie chu lai montaigne lés brès yevais ât cïe. È praye po qu’son peupye dyègneuche tchu cés l’aittaiquïnt. È praye é è sôle. Dâli, dous hannes veniant po yï sôteni lés brès. Dïnche, nos voyant bïn que mainme lés grans prophétes aint fâte d’ïn sôtïn dain yôt prayïre. Çoli nos peu raichurie.

È fat aidé édïe lés âtres. Ïn pô cment cés dous fannes d’ïn aidge aivaincie que veniant en lai caisse di cinéma é qu’échpérant ènne béche di prix é que dmaindant : vos faites âtçhe po lés véyes dgens ? Oh bïn chûr Daimes : tiaint qu’le film ât fini, nos lés révoiyant !

Lai prayïre ât ïmpoétchainne chutot tiain qu’en on de poidgeainnes tchairdges è poétchaie. Prayïe po lés âtres é aivo lés âtres, ç’ât ènne tchaince que nos aint. Dïnche, nos voidgeant echpouèr é côraidge cment ci Moïse é lai vave que Djésus nos bèye en eximpye. Nos saint qu’le Bon Dûe lés é oûyis. Dâli, bïn qu’le Bon Dûe n’é-pe lai mainme comprenioure di temps que nos, oûegeant crère que nos moiyoues envies seraint exauçaies en Dûe.
Main, ç’te r’commaindachion d’aidé prayïe lés ûns po lés âtres se finât tchu ènne pairôle dés pu soûtche dés évangiles : « Le Bouebe de l’Hanne, tiain qu’é r’verré, ât-ce qu’è veu encoè trôvaie lai craiyïnce tchu lai tïere ? »
Brâment, aivos tot l’mâ qu’è y é tchu lai tïere sont predjus. È n’s’y r’trovant-pe ! In po cment ci p’té Diu-Diu qu’étôt predju é que pûeraie. Ènne daime se râte vâ lu é yi dmainde : Qu’ât-ce que t’é mon p’té ? I seu predju daime. Cment ât-ce que te t’aippeule ? I n’le sait pu daime ! É tai mére ? I n’saie-pe, daime. I l’aippeule aidé « manman » È peu ton pére ? I n’sait-pe daime. I l’aippeule aidé « papa » ! É bïn dâli tiaint qu’tai manman aippeule ton papa, cment ât-ce qu’èl l’appeule ? O bïn daime, dés côs èl yi dit : beujon ou bïn gros faignaint ! Ci poûre âfaint étôt bïn predju !

Dain not socïetaie qu’ât bïn moins virie va l’Bon Dûe qu’dain l’temps, nos aint lai mission d’étre de cés qu’prayant aidé po l’bïn de tos lés hannes. Ç’te mission, en ci dûemoènne de lai mission, nos n’lai poyéant-pe faire tot d’pai nos. Main, aivo lés âtres, é not vétiaince en s’ré to tchaindgie. Dire que lai crèyaince se motre poi lai prayïere çoli veu dire que lai crèyaince demainde que nos feuchïnt capabyes de pare di temps. É nos saint bïn qu’ci temps é ènne grante valou adjd’heû, èch bïn po nos, qu’po not famille é dain lés socïetaies dain léquéles nos sont.

In djouè veu v’ni, é ç’ât bïntôt, nos n’s’rïnt pu li âchi svent qu’adjd’heû. Ç’ât cment lai pairole de Dûe : ç’n’ât-pe aijie è oûeyi ! É poétchaint, è l’fât dire. È i é dés rotes de dgens que d’moéreraint vétiaintes poéchqu’è airaint aippris è trèvaiyïe ensoaine, è s’baittre po voidgaie ènne vétiaince ât vlaidge, en lai bairoitche. Èl airaint r’teni cés pairoles di tchaintou Patrick Bruel que diant : « Te varé tot ç’qu’en peu faire tiaiant qu’en ât dou ! »

È peu, è i ait dés vlaidges que vlant meuris è p’tés fûes. Ce sont lés vlèdges, cment poi hésaidge, que n’aivïnt-pe saivu voadgeaie yote pochte, yote maigaisïn, yote fanfare, yote vétiaince de socïetaies. Ç’ât tos lés vlaidges que n’airaint-pe aivu lai patience de lai p’tète vave de l’évangile de ci djouè. Ç’te patience que l’é faie tni bon tiaint tot yi motraie qu’è n’y aivaie ran è échpéraie. Lé âchi, èl airait poéyu dire : « Oh vos saite, i yè-d-je taint faie, è n’m’en fat-pe demaindaie d’pu. » ç’èl aivaie dïnche faie, èl n’airait ran obteni.

Que tiétiûn f’seuche cment le dit lai tchainson de ci Patrick Bruel : « Raivouéte, raivouéte ïn po… » Que tiétiûn d’nos raivouéte âtoué d’lu po voûere ç’que n’vai-pe, ç’qu’è y maintçhe, ç’que poérrait allaie meu. É que tiétiûn s’dieuche qu’é l’é âtçhe è faire, qu’èl ât rechponchâbye. Oh, pe rchponchâbye de ç’que n’vait-pe, nian ! Main, rechponchâbye de ç’que poérrait meu allaie ! Faire ïn po cment l’méd’cïn diait d’faire en ci Bian l’Henri que v’nié l’voûere. Le méde’çïn le raivouéte é yi dit : « Vos ait ènne sâcrée grulatte. Vos boite brâment ? Oh, qu’yi dié l’Bian l’Henri, peu taint qu’çoli. Aivo tot ç’qui renvoache ! É bïn adjd’heû en veu éprevaie de n’ran r’voachaie, de n’peu grulaie é de teni po que tot alleûche meu aivo le coraidge de la vave de l’évangile de ci djouè. Que s’feûche dïnche !