Publié : 27 juillet 2018

La louche à soupe

Lai potche è sope

Eric Matthey

Lai potche è sope

Dains ènne p’téte vèlle de provïnce, lai bairotche était déchèrvi poi ïn tot djûene tiurie qu’ aivait brâment de sné, qu’était ïn fïn malïn è pe, chutôt, qu’ n’aivait p’ sai laindye dains sai baigatte. Po tot dire, c’était ïn hanne qu’ n’allait pe poi quaitre tch’mins po dire c’ qu’ è musait.
Voili qu’ïn bé djoué son évêtche s’en vïnt envèllie sai bairotche. Èl airrive bïn chur en grôsse foérâye, dains ènne bélle grôsse dyimparde d’aivô son moinnou. Not’ p’tét tiurie n’en r’vïnt pe d’ci yuxe po ïn hanne de môtie, lu qu’ se dépiaice è pie, en vélo obïn, po les grantes viries dains les éloingnies fèrmes, aivô sai véye « dous tchvâs » tote gréj’lainne.
Aiprès lai masse ès sont aivus en lai tiure po djâsaie des aiffaires d’ lai bairotche è pe po nonnaie. Oh, c’ feut ènne p’téte nonne tote sïmpye poch’qu’ci p’tét tiurie n’aivait p’ de diaîchatte è pe, qu’ d’âtre paît, an n’ poéyait p’dire qu’ él était ïn bieu coérdgeon ! Mains tot ç’ât péssè défïnmeu djunqu’ès feuchïnt dvaint lai tiure po l’ dépaît d’ l’évêtche. Dâli, n’ se poyaint pus r’teni, not’ p’tét prétre dit en l’évêtche, en motraint di doigt lai bèlle « mercédès » :

« Monseigneu, vôs qu’étes le paitron d’ not’ évêtchâ n’ dairïns vôs pe nôs béyie l’ésempye d’lai moudéchtie ? Not’ Seigneu Djésus, lu, è s’dépiaiçait chu ïn aîne è nian pe chu ïn bianc tchvâ ! ».
« I y’i mus’ré ! » qu’réponjé soitch’ment le préyât dvaint que d’grïmpaie dains sai grôsse dyimbarde è pe d’paitchi chu les tchaipés d’ rues.

Quéqu’ djoués pu taîd, not’ djûene tiurie ât convoquè en l’évêtchâ po l’ raipport d’ l’ai driere envellie d’ l’évêtche. È prend sai véye dyimbarde po allaie en lai végène dyaire, è pe lai « micheline » djunqu’ â tchef-yue laivous’ qu’ se trove le siedge d’ l’ évêtchâ. Ç’tu-ci ât leudgie dains ènne grôsse mâjon d’maître â fond d’ènne belle allèe d’aîbres dains ïn pairtçhe. Not’ hanne ât r’ci poi Monseigneu dains ïn grôs poiye rétch’ment moubyè. Ensoinne ès faint l’ point d’ lai chituâchion d’ sai bairotche laivous’ qu’ dains l’ensembye çoli vait bïn. Mains voili que dvaint que d’ tyittie ces yues, le prétre, encoé ïn côp, n’ peut s’empâtchie, en ravoétaint lai piece, de dire â gros l’hanne d’ môtie :

« Qué yuxe ciratte ! Tiaind qu’ i m’ muse qu’ not’ Seigneu Djésus ât tchoi ât monde dans lai rantche d’ènne sympye étâle ! ».
« Bïn chur, bïn chur… i yi veus musaie… en pensaint en vôs ! », qu’ yi réponjé l’évêtche aivô ïn p’tét sôri de chtrégue.

« Ci côp, que s’ dit l’évêtche, è vait ïn pô trop laivi ci p’tét bianc bac ! Èl écmence d’ m’étchâdaie lai misse… po to dire, è m’emmiedge ! È fât qu’ i l’éloingneuche. Tïns, i l’veus faire è nanmaie dains ci p’tét v’laidge tot à fond di Dépaitch’ment d’ Lai Creuse, laivi, dains lai tote profonde Fraince vous’ qu’nôs ains taint d’mâ d’ trôvaie quéqu’un po t’ni lai tiure . Çoli yi veut faire les pies ! ».

Feut dit, feut fait ! Quéques snainnes aiprès not’ djûene tiurie ât inchtallè dains sai novelle tiure.

Tiaind qu’ dous ans s’feuchïnt péssè sains qu’ l’ évêtche n’euche lai mâl’rie nôvèlle di p’tét tiurie, l’ préyât s’ dié qu’ èl était aivu craibïn ïn pô du d’aivô ci djûene prétre qu’ aivait mafri ïn bïn trempè l’ aigrun mains qu’était tot d’ meinme ïn bon boirdgie po ses ôéyes. Dâli é déchidé d’ l’aller trovaie po voûere c’ qu’ é dev’niait. Âchi, poi ènne bèlle djoénèe d’ paitchi feu, è pregné nian pe lai « mercédès » d’ l’évêtchâ, mains lai p’téte dyimbarde di tieutchnie è pe è s’en allé tot d’ poi lu envellie l’ moinnou d’ lai p’téte bairotche, aiprès s’ étre bïn chur ainnoncie.
Aiprès aivoi fait bïn des kilométres dains ènne voidgeâyainne caimpaigne, èl airrivé dains ïn tot p’tét v’laidge. È r’coégnéché lai tiure dvaint laiqué était râtè lai véye « dous tchvâs ». C’était ènne bèlle mâj’natte drie ïn p’tét tieutchi ïn po en désoûedre mains tot pien d’ sâvaidges d’ çiôs, ïn vartâbye tieutchi d’ tiurie !
Ènne graiciouse diaichatte yi euve lai poûetche èt l’ fait entraie dains l’ poiye laivous’ qu’ l’ aittendait l’ tiurie. Ès djasant ensoinne d’ lai bairotche, des bairotchous, des aiffaires di môtie laivous’ qu’ tot vait défïnmeu. È pe, ènne boénne sentou airrivaint d’ lai tieûjainne fait qu’ nôs dous l’hannes d’ môtie n’aittendant pe grant po péssaie è tâle, ènne tâle bïn mije d’aivô des aij’ments en poértch’laînne de Limoges èt des tçhevis en airdgent. Lai diaichatte yôs aivait aiyûe ïn véritabye régâ, airrosè poi les moiyous vïns.

« Vôs voites Monseigneu, qu’ dit l’ tiurie, quasi tot c’ que s’ trove chu lai tâle nôs ât aivu euffi poi les boénnes dgens d’ ci v’laidge, aitaint po l’maindgie è pe l’ boire qu’ po les aij’ments èt les tçheuvis ! De pus, c’ment qu’i vôs l’ai dje dit, ç’ât d’ bons bairotchous, que v’niant â môtie tchétçhe dûemoinne ».
« I vois, i vois…, » qu’ yi réponjé l’ évêtche.

Mains c’ qu’é voiyait chutôt, c’était lai bèlle baichatte qu’ virait âtoué d’ lai tâle po les sèrvi aivô son p’tét bianc dvaintrie bïn nouquè poi drie aivô, poi d’ dos, tot c’ qu’é fayait po faire è dainsie l’ nouque ! Po chur, c’était ïn bé p’tét brïn d’ féye ! Pe, tot en ravoétaint dichcrèt’ment lai boénne d¨in eûye è pe l’ djûene tiurie d’l’âtre eûye, è main’lait lai potche è sope qu’ était chu lai tâle.
D’vaint que d’ se tyittie chu lai dolaidge di tieutchi, le p’tét tiurie r’méchié encoé brâment l’évêtche d’ l’aivoi fait è nanmaie dains ci p’tét pairaidis.
Bïn quéqu’ temps pus taîd, lai diaichatte dié à tiurie :

« Ç’ ât chïndiulie, mains dâ l’ péssaidge d’ Monseigneu, i ne r’trôve pu lai bèlle potche è sope en airdgent. Vôs saites, c’té qu’ lai daime di mére vôs aivait euffi d’aivô tos les tçheuvis.
I n’ vorôs p’ bïn chur dire qu’ ç’ât lu qu’ nôs lai prije, mains… ! »
« Bïn chur, qu’ dit l’tiurie qu’ an n’ peut p’ l’aitiusaie c’ ment ïn laîre, mains i yi veus tot pairie graiy’naie po yi d’maindaie, bïn douç’ratt’ment, che des côps è n’ l’airait p’ vu quéqu’ paît tchie nôs… obïn tchie lu ! »

Encoé ïn côp, feut dit, feut fait ! Not’ tiurie prend sai pu bèlle pieûme po graiy’naie le p’tét biat qu’ cheut :

« Monseigneu, aiprès vot’ envellie tchie moi, nôs ne r’ trôvans pus lai potche è sope en airdgent qu’ se trôvait chu lai tâle. D’aivô tot l’ réchpèt qu’ i vôs dais, èl ât bïn chur qu’ i n’ôjrôs p’ dire qu’ vôs nôs l’èz pri, mains i n’ dirôs p’ nian pus qu’ vôs n’ lai p’ pri. I vôs r’ méchie d’ me répondre li-d’chus. »
Lai répyique n’ s’ ât p’ fait aittendre, lai voici :
« Chire Tiurie, po béyie cheûte en vot’ p’téte lattre, i n’ ôjrôs p’ dire qu’ vôs coutchètes d’aivô vot’ boénne, mains i n’ dirôs p’ nian pus qu’ vôs n’coutchètes pe d’aivô lée, poch’ que, lai potche è sope en quèchtion, eh bïn èlle s’ trôve… dains vot’ yée ! »

Les Foulets, le 18 de feuvrie 2013 Eric Matthey


autres versions :

Dans le Val Terbi

Dans LQJ