Publié : 27 février

Les sangliers

Les poûessèyès

Jean-Marie Moine, Arc Hebdo février 2020

Les poûessèyès

En ci temps-li, ci Robert était paiy’jain è Mont’gnez. C’était ïn pay’jain en aivaince chus son temps, c’était ç’qu’an aippeul’rait âdjd’heû, ïn paiy’jain bio. Ïn djoué, qu’i déchendôs
l’Bout-d’-Tchus po allaie tçh’ri di pain tchie l’ blantchie, i croûegé ci Robert que m’ dié : « Dis voûere Djain-Mai, i sais qu’ t’ ainmes bïn les bétes. Èh bïn, è y’é ènne rotte de djûenes poûessèyès qu’sont en train d’bâchaie mon tchaimp d’pommattes d’vaint lai Foidgiere. Çoli n’fait ran, i en veus prou aivoi. T’âdrés les voûere, ès sont bés. Mains, n’le dis p’ â Tchous-sèt ! Pochque t’sais qu’ç’ât ïn tcheussou que tire chus tot ç’ que boudge. Pe èl ainme bïn les yievres qu’aint lai grantou d’ïn tchvâ ! Ch’vïns-te, è y’ é dous l’ans, i péssôs lai tchairrue chus ïn tchaimp d’lai sen di Biaintchâ. I étôs drie ïn tchaimp d’touba. Les pies d’toubas f’sïnt quâsi dous métres. È bïn, èl é tirie ïn côp d’fiefûe chus mes tchvâs qu’se sont évâdnès taint èls aint aivu pavou. I aî t’aivu bïn di mâ d’les faire è r’pâre yôte pyiain. Pe te sais, i n’veus p’eurcidre d’aimeindre c’ment qu’çoli s ât péssè è y è quéques l’annèes daivô ci poûere Chiy’vïn. Te t’ch’vïns : èl ât aivu condamnè è ènne aimeindre de ceint fraincs pochqu’ èl aivait d’maindè en son boûebe d’y’édie è raiméssaie des pommattes ïn métçhedi maitïn, â yûe d’allaie en l’écôle. È fât dire qu’c’était â mois d’décembre. Ses pommattes étïnt quâsi tus peûries. Ci poûere Chiy’vïn qu’n’ aivait p’d’éde, était aidé ïn pô en r’taîd dains son traivaiye. Pe meinme ch’ è f’sait paitchie d’lai Commichion d’l’ Écôle, è n’aivait p’ v’lu qu’an y’ aiccouédjeuche ïn previyédge. Çoli, c’était bé d’sai paît ! I seus t’aivu pus d’ïn côp d’vaint lai Foidgiere, en f’saint d’grôs détoués, po voûere ç’te bèlle faimille de poûessèyès. Mon Dûe, qu’ces ptéts mairtçhaichïns étïnt bés. Ès djôtïnt tot âtoué d’yôte mére pe bâchïnt lai tiere po trovaie des raitattes. Mains ïn bé djoué, lai haidje aivait déchpairu. I aî r’trovè sai traiche tyïnje djoués pus taîd, ïn pô poi hésaîd. Nôs vendlïns, ïn aimi pe moi, d’lai sen d’Çhoérimont, tiaind qu’nôs trovainnes le pére Daidie, qu’ses doûes p’tétes baîch’nattes moinnïnt dains ènne eur’mortçhe, po qu’è pregneuche ïn pô l’oûere. È nôs é r’contè l’piaîji qu’èls aivïnt aivu, d’voûere ç’te laiye â moitan d’ses quaite mairtçhaichïns â pelaidge és bèlles noires è biaintches râyures, d’lai sen d’lai fèrme de Sïnt-Aindré. Ces p’téts sâvaidges poûes aivïnt meinme maindgie des yainds dains les mains des doûes baîchnattes » !

J.-M. Moine

Les sangliers

En ce temps-là, Robert était paysan à Montignez. C’était un paysan en avance sur son temps, c’était ce qu’on appellerait aujourd’hui, un paysan bio. Un jour, alors que je descendais le Bout-d’-Tchus, pour aller chercher du pain chez le boulanger, je croisai Robert qui me dit : « Dis donc Jean-Marie, je sais que tu aimes bien les bêtes. Eh bien, in y a un groupe de jeunes sangliers qui sont en train de fouger mon champ de pommes de terre devant la Fougère. Ça ne fait rien, j’en aurai bien assez. Tu iras les voir, ils sont beaux. Mais ne le dis pas au Tchousset ! Car, tu sais que c’est un chasseur qui tire sur tout ce qui bouge. Et il aime bien les lièvres qui ont la grandeur d’un cheval ! Souviens-toi, il y a deux ans, je passais la charrue sur un champ du côté du Blanchard. J’étais derrière un champ de tabac. Les pieds de tabac faisaient presque deux mètres. Eh bien, il a tiré un coup de fusil sur mes chevaux qui se sont emballés tant ils ont eu peur. J’ai eu bien du mal de les faire reprendre leur calme. Et tu sais, il ne recevra pas d’amende comme cela s’était passé il y a quelques années avec ce pauvre Sylvain. Tu te souviens : il a été condamné à une amende de cent francs parce qu’il avait demandé à son fils de l’aider à ramasser des pommes de terre un mercredi matin au lieu d’aller à l’école. Il faut dire que c’était le mois de décembre. Ses pommes de terre étaient presque toutes pourries. Ce pauvre Sylvain qui n’avait pas d’aide était toujours en retard dans son travail. Et même s’il faisait partie de la Commission d’Ecole, il n’avait pas voulu qu’on lui accorde un privilège. Ça, c’était beau de sa part. Je suis allé plusieurs fois devant la Fougère en faisant de gros détours pour voir cette belle famille de sangliers. Mon Dieu, que ces petits marcassins étaient beaux. Ils jouaient tout autour de leur mère, et fougeaient la terre pour trouver des petites pommes de terre. Mais un beau jour, la harde avait disparu. J’ai retrouvé sa trace quinze jours plus tard, un peu par hasard. Nous nous promenions, un ami et moi, du côté de Florimont, quand nous trouvâmes le père Didier que ses deux petites fillettes conduisaient dans une remorque, pour qu’il prenne un peu l’air. Il nous a raconté le plaisir qu’ils avaient eu, de voir cette laie au milieu des ses quatre marcassins au pelage aux belles rayures noires et blanches, du côté de la ferme de Saint-André. Ces petits cochons sauvages avaient même mangé des glands dans les mains des deux fillettes ».

J.-M. Moine