Par : Fleury LJ
Publié : 31 août 2012

Un bel hommage

Ïn bél l’hommaidge

Bernard Chapuis

Paru dans Le Quotidien jurassien du 31 août 2012.

Çt’Ulysse f’saît des féchïns. Et pan, et vlan, po bèyie des foûes côps d’chârpe, è preniaît son élan djuque drie ses épales. Et pan, et vlan, et ... miedge ! È s’fot ïn métchaint côp ch’lai tempe èt peus è s’ cope ènne aroiye. L’aroiye, an n’l’é pe r’trovèe.

– Ne vôs en faîtes pe, que dié le chirurgien. I en é aidé d’ènne sens. I veus vôs en eurcoudre yènne qu’an n’y veut ran voûere.

L’Ulysse ât aivu bïn r’chiquè. Quéques djoès après, è pésse ènne visite.

– Dâli, qu’yi dit l’méd’cïn, vôs étes content.

– Bïn chûr. Mains i m’muse, vôs m’èz rtiouju ènne aroiye de fanne.

– Qu’ât-ce que vôs faît dire çoli ?

– Poètche que, mit’naint, i comprends tot.

Sains le velaie, l’Ulysse v’niaît de faîre ïn compyiment en totes les fannes.

A la suite d’un accident, Ulysse a perdu une oreille. Le chirurgien a trouvé un donneur (ou une donneuse).

– Mais, docteur, vous m’avez greffé une oreille de femme.

– Qu’est-ce qui vous fait dire cela ?

– Maintenant, je comprends tout !

info document -  MP3 - 1.5 Mo

info document -  PDF - 157.7 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">