Par : Fleury LJ
Publié : 21 novembre 2014

Anniversaire

Anniversaire

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 21 novembre 2014

Anniversaire

L’Antoénatte é quarante ans adjd’heû. Le dénèe, ès l’faint en l’hôtâ, ç’ât moyou maîrtchie. Ç’ât l’Antoénatte qu’é tot l’traivaiye. Po aicmencie, èlle sèrt des taîtrelattes â formaidge d’aivô di bianc de Boé. Son hanne, le Lucas prend l’apéro d’aivô les envèllies di temps que çte poûere Toénatte s’aiffaire â foénat. Po aiccompaignaie l’reûti, èlle é aiyûe de ces boinnes floutes en lai creinme cment les f’sait sai graind-mére. Ces chlèckmoéres n’en léchant piepe yènne. Po lai déssietche, des schtriflates, poudrèes de socre. D’aivô yote café, les hannes fifrant d’lai gotte, meinme cés que daint encoé pare le voulain.

Dains lai vâprès, les envellies paitchant. Cés de Br’chacouét n’aint p’ de dyïmbarde, ç’ât l’Lucas que les r’condut. Tiaind qu’è r’vïnt, è voit sai fanne que bote de l’oûerdre. Ch’lai tâle de lai tieûjènne, è y é ïn moncé d’aîj’ments, des aissietes, des voirres, des fortchattes, des casses.

- Mains, Toénatte, qu’é dit, te n’veus p’tot d’meinme eurlaivaie le djoué de tai féte.

- Oh bïn, s’te veus m’bèyie ïn côp d’main, çoli s’rait bïn dgenti d’tai paît.

- Ran di tot, que fait l’Lucas. Bote tot ci commerce dains l’âvie. Tes tçhevies poéyant aittendre. T’eurlaiv’rés d’main.

les envèllies, les invités

Tes tçhevies, tes couverts


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.5 Mo

Anniversaire

Antoinette fête ses quarante ans aujourd’hui. Le dîner, ils le font à la maison, c’est meilleur marché. Antoinette a tout le travail. En entrée, elle sert des tartelettes au fromage avec un vin blanc de Buix. Lucas, son mari, prend l’apéro avec les invités pendant que cette pauvre Toinette s’affaire au fourneau. Pour accompagner le rôti, elle a mijoté de ces bonnes «  floutes » à la crème comme les apprêtait sa grand-mère. Ces gourmands n’en laissent aucune. Au dessert, des « schtriflates », saupoudrées de sucre. Avec leur café, les hommes sirotent une distillée, même ceux qui doivent ensuite prendre le volant.

Au cours de l’après-midi, les invités repartent. Ceux de Bressaucourt n’ont pas de voiture. C’est Lucas qui les reconduit. Quand il revient, il voit sa femme en train de mettre de l’ordre. Sur la table de la cuisine, il y a une montagne de vaisselle, des assiettes, des verres, des fourchettes, des casseroles.
- Mais, Toinette, lui dit-il, tu ne veux tout de même pas pas faire la vaisselle le jour de ton anniversaire.
- Oh alors, si tu veux me donner un coup de main, ce serait bien gentil de ta part.
- Rien du tout, fait Lucas. Mets tout ça dans l’évier. Le couvert peut attendre. Tu feras la vaisselle demain.


La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">