Publié : 2 septembre 2017

Des cigognes dans nos campagnes

Dés cigoégnes dains nôs campaignes

l’micou, Michel Cerf, 2 septembre 2017

Paru dans l’Ajoie, 170902

Dés cigoégnes dains nôs campaignes

An n’sait’pe aidé poquoi, mains è y é dés oûegés que nôs ainmans bïn, c’ment les hèlombrattes, lés rossignolats o lés biantches cigoégnes. D’âtres, poétchaint sont fraintchement mâ vus, c’ment lés cras o lés aidiaices... Ç’ât craibïn è case de véyes fôles (légendes) o de yôs djaicaisseries…

Ci tchâtemps, cés qu’ainmant lés cigoégnes sont diaîtès. L’Âidjoûe en ât quâsi grebi. Èlles s’aipparayiant po l’grant voiyaidge en Afrique, voù èlles péssant lai croûeye séjon. En Âidjoûe, an en peut chutôt voûere d’lai san de Daimphreux. Èlles y trovant brâment d’bâts, de raînnes o de raites è case dés étaings. Dains lai djoénèe, an lés trove achi entre Coétchdoux èt Poérreintru, dains lai piaine di Creûg’nat mains, en lai roûe-neût, èlles voulant en-detchus d’lai vèlle po r’trovaie dés cares pus churs po y péssaie lai neût.

Mains cés péssaidges de cigoégnes dains nôs v’laidges n’ait ran d’ènne novâtè. Lés djoénâs raippoétchant qu’â mois d’ôt 1870, dous â trâs cents cigoégnes aint péssè tchu lo v’laidge de Beun’véjin. Lo déjeûte d’ôt 1889, ç’ât è Boncoué qu’an on poyu en comptaie pu de dous cents... Dïnche, en cent cinquante ans, dains nôs djoénâs, an trove pu de soichante biâs que djasant di péssaidge de cés bés grants l’oûegés dains dés v’laidges di Jura.

Ïn côp o l’âtre, ïn coupye é bïn épreuvaie de faire ïn nid èt d’y ôvaie dous trâs ûes, mais sains brâment de tchaince, èt è n’y é’pe aivu de cheûte. Mains tot tchaindge dâs ènne vintaine d’annèes. Dés aimoéreus dés oûegés aint ïnchtallè dés sôtïns (supports) tchus dés toéts o dés pôtés po pèrmâttre és cigoégnes d’y faire yot’ nid èt d’y ôvaie. D’lai san d’Daimphreux o de Vendlïncouét çoli mairtche prou bïn. È y é dje aivu bïn dés néchainces, les djûenes sont aivu baidyès èt è s’y trove mitnaint dés cigoégnes que péssant tot’ l’annèe en Âidjoûe. Ç’ât ïn bé crôma po cés qu’s’en sont occupè, èt po tos lès Âidjolâts ènne réjon d’pu de bragaie not’ bé paiyis.

Poétchaint, an s’demainde bïn poquoi, è y é achi dés dgens po combaittre l’ïnchtallation de cés bés l’oûegés tchie nôs : ïn pôté aivô ïn sôtïn ât aivu raîssie, dés nids sont aivus tormentès èt è s’y é meinme trovè ïn ançhepèt po écraisaie dous oûegés aivôs sai dyimbarde. Cés raiçhûres (vandales) dairïnt étre peunis, mains ès n’se faint’pe coégnâtre…

Dali è ne fât pe rébiaie de raicontaie en nôs afaints totes lés bèlles fôles que faint ainmaie lés oûegés, èt voidgeaie djalous’ment lés rétchainces de lai naiture.

L’micou