Publié : 23 mai

Le feu

Le fûe

Jean-Marie Moine, Arc Hebdo mai 2019

Le fûe

C’ment qu’tus les trâs âtres naiturâs l’éy’ments [lai tiere, l’âve è pe l’hoûere], le fûe peut aippoétchaie ènne grôsse éde pe brâment d’piaîji en l’hanne. Oh, c’ment qu’an ainme, en éffièt, ïn bon fûe dains l’grôs foénat di poiye, di temps des grantes lôvrèes d’l’ huvie, tiaind qu’èl èdgeale defeus. Mains è peut âchi étre ïn tot pien croûeye feuraimi ; vôs èz encoé tus en mémoûere ç’que s’ât péssè è Pairis, tiaind qu’lai tchairpente d’lai caithédrâ Nôte Daime é beûçhè. Qué trichtèche nôs ains r’senti en voyaint, en lai télé, ci metirou braîjèt qu’dévoûerait ci bé toét, pe tiaind qu’lai bèlle, fïnne è haidgi fyètche, che bïn ôvrèe, s’ât écrôlè dains les çhaîmes. Lai conchtrucchion de ç’te cai-thédrâ é èc’mencie ïn pô aiprés l’ moitan di dojieme siecle. An finéchont d’ mâj’naie lai faiçaide pe les toués vés l’ moitan di trâjieme siecle. L’inichiâ fyètche, lée, ât aivu fotu aivâ di temps d’ lai frainçaise Révoluchion. Èlle ât aivu r’conchtrut dains lai meinme échtiye, poi ci Viollet-le-Duc â moitan di déjnûevieme siecle. Po éy’vaie ç’te fyètche djainqu’ è nannante métres â d’tchus di sô, èl é fayu cïnq ceints tannes de tchéne pe dous ceints cïnquante tannes de piomb. Ç’t’ airtchoeuvrie n’ é p’ froingnie è s’eur’preujentaie lu-meinme pairmé les Évaindgéyichtes pe les Aipôtres en couvre, qu’ lai découérant. Dâs ci temps-li, lai caithédrâ é chubjichtè ïndeintitçhe dains son ensoinne. Tot comptant aiprés ç’t’ envoélèe, lai preusse é r’contè qu’ bïn des dgens, nantan’ment des airtchoeûvries s’musant qu’ è fât r’conchture ci toét, pe r’faire lai fyètche …, mains dains ïn échtiye pus moudranne ! I échpére bïn qu’ les réchponchâbyes de ç’te rèchtaurachion v’lant aivoi prou de s’né, pe d’ rèchpèt d’ ci r’mair-tçhâbye airtchoeuvrâ mounument, po yi r’bèyie tote son ainchïnne airiolainche pe son ain-chèchtrâ biâtè. En tot câs, è vât meu voûere ç’te caithédrâ prevè d’ènne de ses ïmpoétchain-nes paitchies, putôt qu’défidyurie poi des moudrannes l’aippoétches. I n’sairôs p’ rébiaie, chi, lai mére Émma, d’Mont’gnez, qu’tchétçhe huvie, r’yéjait l’roman Nôte Daime de Pairis. Ci Victor Hugo feut yun des graiy’nous qu’aint che bïn réchtituè lai vétçhainche â Moiyïn Aîdge de l’Îye d’lai Chitè. Ses personnaidges, l’Quasimodo qu’l’édjaichâle peut’tè coi-tchait ïn che bon tiûere, lai bèlle Esméralda qu é écondut ïn airtchidiaicon, pe bïn d’âtres dgens aint fait è vétçhie ci che bé câre de Pairis, en éjaiy’taint les biâtès d’lai gothitçhe évoingne !

J-M. Moine

Le feu

Comme les trois autres éléments naturels [la terre, l’eau et l’air], le feu peut apporter une grande aide et beaucoup de plaisir à l’homme. Oh, comme on aime, en effet, un bon feu dans le grand fourneau de la chambre commune, pendant les longues soirées de l’hiver, alors qu’il gèle dehors. Mais il peut aussi être un très mauvais ennemi ; vous avez encore tous en mémoi-re ce qui s’est à Paris, quand la charpente de la cathédrale Notre Dame a brûlé. Quelle tristesse nous avons ressenti en voyant, à la télévision, cet immense brasier qui dévorait ce beau toit, et lorsque la belle, fine et hardie flèche si bien ouvrée, s’est écroulée dans les flammes. La construction de cette cathédrale a commencé un peu après le milieu du douzième siècle. On finit de construire la façade et les tours vers le milieu du treizième siècle. La flèche initiale, elle, a été détruite pendant la Révolution française. Elle a été reconstruite dans le même style, par Viollet-le-Duc, au milieu du dix-neuvième siècle. Pour élever cette flèche jusqu’à nonante mètres au-dessus du sol, il a fallu cinq cents tonnes de chêne et deux cent cinquante tonnes de plomb. Cet architecte n’a pas hésité à se représenter lui-même parmi les Evangélistes et les Apôtres en cuivre qui la décorent. Immédiatement après cet incendie, la presse a raconté que bien des gens, notamment des architectes pensent qu’il faut reconstruire ce toit, et refaire la flèche …, mais dans un style plus moderne ! J’espère bien que les responsables de cette restauration auront assez de bon sens et de respect de ce remarquable monument architectural, pour lui redonner toute son ancienne splendeur et son ancestrale beauté. En tout cas, il vaut mieux voir cette cathédrale privée d’une de ses parties importantes, plutôt que défigurée par des apports modernes. Je ne saurais oublier, ici, la mère Emma, de Montignez, qui chaque hiver relisait le roman Notre Dame de Paris. Victor Hugo fut un des écrivains qui ont si bien restitué la vie au Moyen Âge de l’Île de la Cité. Ses personnages, Quasimodo dont l’horrible laideur cachait un si bon cœur, la belle Esméralda qui éconduisit un archidiacre, et bien d’autres gens, ont fait vivre ce si beau coin de Paris, en exaltant les beautés de l’art gothique.
J.-M. Moine