Par : Fleury LJ
Publié : 3 octobre 2014

Aidmirouse

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 3 octobre 2014

Aidmirouse

Le banvaîd rentre de sai touénèe. Ç’ât le soi. D’lai sen d’lai meucie di s’raye, le cie ât che roudge qu’an dirait ènne envoélèe. Ïn gros l’hêté se drasse en l’oûerèe di bôs. Sai foûeche raimèe se détaitche en noi chu lai lumiere d’lai roûeneû. Ènne fanne d’lai vèlle que pésse quéques djoués dains l’coénat aidmire lai biâtèe d’lai vue èt peus chutot ci bél aibre, son lairdge troncat, sai tchairpente.

- Bonsoi, l’hanne. Vôs étes âchi en condgie poi chi ?

- Nian. Moi, i seus l’banvaîd. I aî fini mai djouénèe. I rentre en l’hôte.

- Vôs en éz, d’lai tchaince, de faire ci métie. Toûedje dains les bôs è djâsaie d’aivô les aibres, è mairtchi enmé les çhoés, lai mouche èt les mouchirons, è oûyi l’tchaint des oûejés.

- Oh, po çoli, i n’me piains pe.

- Qu’ât-ce ç’ât, çt’aibre dvaint nôs ?

- Ç’ât ïn hêté, Daime.

- Mon Dûe, qu’él ât bé, qu’él ât grant, qué troncat, quée raimèe …

- Crais bïn, i l’aî cubè hyie, è peut bïn faire dains les trâs stéres.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.9 Mo

Admiratrice

Le garde-forestier rentre de sa tournée. C’est le soir. Du côté du couchant, le ciel est si rouge qu’on dirait un incendie. Un gros hêtre se dresse à l’orée du bois. Sa puissante ramure se détache en noir sur la lumière du crépuscule. Une citadine qui passe quelques jours dans la région admire la beauté de la vue et surtout ce bel arbre, son large tronc, sa charpente.

- Bonsoir, Monsieur. Vous êtes aussi en vacances par ici ?

- Non. Moi, je suis le garde-forestier. J’ai fini ma journée. Je rentre à la maison.

- Vous en avez, de la chance, de faire ce métier. Toujours dans les bois à parler avec les arbres, à marcher parmi les fleurs, la mousse et les champignons, à écouter le chant des oiseaux.

- Oh, pour ça, je ne me plains pas.

- Qu’est-ce que cet arbre devant nous ?

- C’est un hêtre, Madame.

- Mon Dieu, qu’il est beau, qu’il est grand, quel tronc, quelle ramure …

- Je vous crois, je l’ai cubé hier, il peut bien faire dans les trois stères.


La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">