Publié : 21 juin 2018

Les poules

Les dg’rènnes

Jean-Marie Moine, Arc Hebdo juin 2018

Les dg’rènnes

Tiaind qu’i raivoéte poi lai f’nétre de nôte tieûjainne en Lai Tchâ-d’Fonds, i vois ïn p’tét dgeurnie, è moitie coitchie poi ïn tayie,. Les cïntçhe dgerènnes dichpojant d’ènne petéte mâj’- natte, pe d’vaint ç’té-ci, d’ïn câre de tiere d’é po prés tçhïnje carrès métres. Vôs comprentes tot comptant qu’èlles n’aint p’ brâment d’piaice ; ç’ ât po çoli qu’è n’y é piepe pus ïn frelat d’hierbe, an dirait qu’lai tiere ât aivu péssè â grôs rôlat. Ch’lon yôte aivége, ces cïntçhe bétes aigongeant d’graittaie lai tiere, pe d’lai bacqu’taie. Mains tiaind qu’quéqu’un aippoétche des réchtes, è fât les voûere laincie chus ç’te bïnv’ni neûrr’ture, baittre des âles, s’aitchvâlaie, pe gleutchie c’ment qu’des dôbes… L’temps d’ènne bacquèe, èlles se compoétchant c’ment qu’les poûeres dgerènnes d’ïn éy’vaidge en baitt’rie. Tiaind qu’i vois çoili, i m’muse en nôs dg’rènnes de Mont’gnez. Nôs n’aivïns ènne petéte diejainne qu’aivïnt tot l’toué d’lai mâjon po yôs. Ïn djoué, mon pére qu’allait voûere les aîbres d’nôte vardgie, trové ènne noi dg’rèn-ne coutchie dôs ïn damèlie. È s’aippretché mains lai dg’rènne ne boudgé p’. En lai pregnaint, mon pére voyé que ç’te poûere béte aivait ènne étrôssèe paitte. Èl aippoétché lai dg’rènne en l’hôtâ pe envoûejé lai biassie paitte d’ïn peinch’ment. C’ment qu’niun â Bout-d’Tchus
n’coégnéchait ç’te béte, nôs l’ hèrtainnes. Mon pére lai dépiaichait poi chi pe poi li, dains
l’vardgie po qu’èlle poéyeuche bacqu’taie lai tiere. Chutôt, è tcheussait roid’ment les âtres dg’rènnes qu’s’aippreutchïnt po v’ni yi faire des mijéres… Lai noi dg’rènne eut sai piaice
ch’ le djetchou. Mon pére l’yi poétchait l’soi, pe lai r’pregnait l’maitïn po lai botaie chus l’hierbe. Èlle était dev’ni lai reinne… Nôs afaints qu’étïnt p’téts cheûyïnt tot çoli daivô ïn tot grôs piaîji. Ès çhaitéchïnt ç’te dg’rènne c’ment qu’ch’ èlle était aivu yun d’nôs tchaits.Tiaind qu’ mon premie l’ afaint èc’mencé l’écôle, è r’venié en l’hôtâ pe me d’maindé poquoi qu’lai p’téte Berthe était noi. I y’ réponjé : « Ç’ât dïnche dains lai naiture ; te sais bïn qu’ènne des dg’rènnes de Mont’gnez ât noi ! ». È compregné tot comptant. De maidje, ç’te noi dg’rènne me pèrmâtté âchi d’aippâre è comptaie en mes afaints bïn d’vaint qu’ès n’alleuchïnt en l’écôle. Tiaind qu’i yôs d’maindôs cobïn qu’è y’ aivait d’paittes, che doûes vaitches, quaite dgerènnes pe ïn tchait s’trovïnt dains l’vardgie, è m’demaindïnt tot comptant ch’ lai noi dg’rènne f’sait paitchie d’lai rotte de bétes. Lai diff’reince vayait ènne paitte !

J-M. Moine

Les poules

Quand je regarde par la fenêtre de notre cuisine à La Chaux-de-Fonds, je vois un petit poulail-ler, à moitié caché par un pin. Les cinq poules disposent d’une petite maisonnette, et devant celle-ci, d’à peu près quinze mètres carrés. Vous comprenez immédiatement qu’elles n’ont pas beaucoup de place ; c’est pour ça qu’il n’y a plus aucun brin d’herbe, on dirait que la terre a été passée au rouleau compresseur. Selon leur habitude, ces cinq bêtes continuent de gratter la terre, et de la becqueter. Mais quand on leur apporte des restes, il faut les voir se précipiter sur cette nourriture bienvenue, battre des ailes, se chevaucher, puis glousser comme des folles… Le temps d’une becquée, elles se comportent comme les pauvres poules d’un élevage en batterie. Quand je vois cela, je pense à nos poules de Montignez. Nous en avions une petite dizaine qui avaient tout le tour de la maison pour elles. Un jour, mon père qui allait voir les arbres de notre verger, trouva une poule noire couchée sous un « damassinier ». Il s’approcha mais la poule ne bougea pas. En la prenant, mon père vit que cette pauvre bête avait une patte coupée. Il apporta la poule à la maison et entoura la patte blessée d’un pansement. Comme personne au Haut-du-Village ne connaissait cette bête, nous l’héritâmes. Mon père la dépla-çait par ci et par là dans le verger pour qu’elle puisse becqueter la terre. Surtout, il chassait rudement les autres poules qui s’approchaient pour venir lui faire des misères… La poule noire eut sa place sur le juchoir. Mon père l’y portait le soir, et la reprenait le matin pour la mettre sur l’herbe. Elle était devenue la reine… Nos enfants qui étaient petits suivaient tout cela avec un très grand plaisir. Ils caressaient cette poule comme si elle avait été un de nos chats. Quand mon premier enfant commença l’école, il revint à la maison et me demanda pourquoi la petite Berthe était noire. Je lui répondis : « C’est ainsi dans la nature ; tu sais bien qu’une des poules de Montignez est noire ! ». Il comprit immédiatement. En outre, cette poule noire me permit aussi d’apprendre à compter à mes enfants bien avant qu’ils n’aillent à l’école. Quand je leur demandais combien il y avait de pattes, si deux vaches, quatre poules et un chat se trouvaient dans le verger, ils me demandaient immédiatement si la poule noire faisait partie de ce groupe de bêtes. La différence valait une patte.

J-M. Moine