Par : Fleury LJ
Publié : 1er janvier 2012

Messe en patois à Bure, 16 octobre 2011

Mâsse aivô lé patoisaints d’Aidjoûe é Di çhiô di Doubs

Enregistrement de la messe des Patoisants à Bure, le 16 octobre 2012.

L’Abbé Jacques Oeuvray célèbre la messe et prononce le sermon.

Messe en Patois 2011, 1
Messe en Patois 2011, 2

Le sermon de l’Abbé Oeuvray

Messe en Patois 2011, 3, sermon a
Messe en Patois 2011, 3, sermon b

29 ïeme dûemoènne – A -

Mâsse aivô lé patoisaints d’Aidjoûe é
Di çhiô di Doubs -

Bure - 16. 10. 2011

Mes boènnes dgens,

Nôs sont bïnyèrous d’étre ensoènne ci-dvaint, dain lai Hâte Aidjoûe po ç’te mâsse. Nôs sont tus dés âfaints di Bon Dûe. Ê ô, c’ment le tchainte ci tchaintou de Fraince véjine « Raphaël » dain sai tchainson « Caravane » : « ç’ât le Bon dûe que nôs faie ! »

Dâli, nôs sont tus en lu et nôs daint y r’bayïe ç’que lu r’vïnt. Ç’ ât çoli que Djésus nôs dit dain lai Yéjure de l’évangile de ci dûemoènne. È César ç’qu’ât è César et è Dûe ç’qu’ât è Dûe. Nôs dirïnt adjd’heû : ât Gouvernement poéche que ç’ât lu qu’engraindge lés ïnpôts !

El en fât dés ïmpôts, nôs l’saint bïn, c’était d’je dïnche di temps d’Djésus, main nôs railant aidé tiaint qu’è lés fât payïe !

Ïn pô cment lai fanne di Djôset. È téléphonaie ât médçïn, tô esçhouçhiait : docteûr, docteûr, è vôs fât v’ni to contant è y é mai fanne que raile ! Le médçïn y d’mainde : d’ât tiain ât-ce qu’elle raile ? E le Djôset muse ènne boussaie et y dit : é bïn poidé, d’ât not mairiaidge ! »

En ont bé railaie, è y fât péssaie.

Lai pïece de m’noûe poétche lai fidiûre de César, tchie nôs, ç’ât lai mére Helvétia, main l’hanne et lai fanne sont créaies en l’imaidge de Dûe. Ce l’imaidge de César ât gravaie tchu lai pïece d’airdgent, lai fidiure de Dûe ât gravaie dain nôs tiûres é ç’ât ç’té-li que l’évangile nôs ïnvite è reflétaie dain le monde d’adjd’heû.

Dâli, en ïn mot, nôs poèyant dire aivo sïnt Augustin qu’ait fât r’bayïe en tiétiûn son imaidge : è César, ou bïn en l’Etat, son imaidge é è Dûe sai vétiainte imaidge, son Bouebe, le Crichte qu’ât vétiaint en nôs tus. Dûe nôs demainde son imaidge. É poéche que nôs sont l’imaidge de Dûe, oeuffrant-nôs, nôs-mainmes, oeuffrant tote not vie, sain mente, main aivô voartè é aimouè.

O, vôs le saiete bïn, nôs sont tus ènne imaidge de Dûe mais des côs qu’él n’ât-pe bïn nette.

Vôs saiete ç’qu’è l’é dit l’Bon Dûe tiaint qu’è l’é t’aivu créaie lai fanne ?

È l’aivaie créaie lai tïere é c’était bé ; lés bétes é c’était bé, l’hanne é c’était bé. Tiant qu’è l’é t’aivu créaie lai fanne é s’dié : « Bof ! èl se veu-dje bïn maquillaie ! »
Main, è y en aie d’âtres que diant qu’aiprès avoi créaie l’hanne le Bon Dûe é dit : « I peu meu faire. É è l’é faie lai fanne ! »

Vôs voite, en s’peu tus raivouétaie, nôs sont tus bés po ç’és que nôs ainmant.

Voili don cés fâ-bigots de pharisiens que sont r’botaies en piaice poi Djésus. Èl aint chu yôs lai m’noûe dés romains. É è fesïnt dés aiffaires aivô. Djésus n’en è-pe chu lu. Sai réponse ne visaie-pe lés relations de lai relidgion aivo lai polititçhe.
È visaie sïmpyement è boussaie les dgens è étre dain lai voartaie. Étre vrâ, voili le méssèdge de ci péssaidge de l’évangile d’adjd’heû. Étre vrâ d’aivô soi-mainme é d’aivo lés âtres.

En pèyaint aivo lai m’noûe de César, cés fâ-bigots aint réponjus en lai quechtion que Djésus yôs pose. Poéche que, tchu ç’te mnoûe en poèyaie yére çoci : « Tibère, divïn César ». Lés Césars romains se bèyïnt le titre de Dûe é v’lïnt se faire aidôraie cment dés Dûes.

Ç’ât li que Djésus n’ât pu d’aiccoûe. Lés Césars, lés Présidaints, les dgens d’lai polititçhe ne sont-pe dés Dûes. Nôs n’aint-pe è nôs aidjnonyaie d’vaint yôs tiaint qu’è s’bèyant dés droits que ne sont qu’è Dûe.

È nôs s’fâ raippelaie cés pairôles d’lai Bibye que nôs aint oûyues dain la premïere Yéjure d’Isaïe aivô le roi Cyrus : « I seu le Segneû é è n’y en è-pe d’âtre en defeû d’moi. » çoli ât encoè vrâ adjd’heû.

En le peu voûere cment dain ïn mirou qu’nôs renvie not vrâ imaidge. Ïn pô cment lai Mairie que s’raivoéte dain le mirou é que pûere. Le djoset y dié : qu’ât-ce que te pûere, qu’ât-ce qu’è y é ? I n’aie pu ran d’bon, raivouéte voure : çoli pend d’vaint, çoli pend drie. Quât-ce qu’y aie encoé d’bon ? É l’Djoset d’y répondre : o, t’é encoé d’bons oeuyes ! »

Ç’ât bïn vrai : è n’y è-pe d’âtre Dûe qu’le Bon Dûe. Mainme çe dés côs, è y é dés hannes polititçhes que s’preniant ïn pô trop po l’Bon Dûe ! ç’ât po quoi, è nôs fât adjd’heû, retrovaie ç’qu’ât premïe po not vie. Lai pïece de m’noûe dés romains poétchaie lai fidiûre de César. Main nôs, nos poétchant ènne mairtye qu’ât bïn âtre tchose : ç’ât ç’té di Bon Dûe. Â djoué vou nôs sont aivus baptayïe , nôs sont aivus mairtyaie di signe de lai croûx di Chricht é nôs sont dev’nis dés âfaints de Dûe, ç’ât ènne mairtye que n’se s’rait rotaie é que diridge tôt not vie. Nôs poétchant le nom d’âfaints de Dûe. En nôs ont bèyïe çi nom-li.

Ïn po c’ment l’Diu de ç’te Djânne qu’é aiccoutchie é peu qu’ç’y p’té n’allait-pe bïn. Ê rite en lai tiûre po aippelaie l’tiûrie é l’baptayïe to content. Dâli l’tiûrie y d’mainde : qu’é nom vôs é tchoisi po lu ? O, n’ôs n’impe aivu l’temps di musaie, qu’y dié l’Diu. E bïn y vôs veut dire lai litanie dés sïnts é peu vôs m’diraie ç’tu qu’vôs airé tchoisi. E l’tiurie ècmançaie : Kyrie eleison, Christe eleison, Kyrie eleison, Sancta Maria, Sancte Paule, Sancte Andrea, Sancte Luca, Sancte Lucia, Sancte Caecilia, Sancta Agatha…Dali, vôs en é trovaie ün ? « O bïn, qu’y dié l’Diu, botaite-y Kyrie eleison ! »

Bïn dés côs, lés hannes polititçhes aint rébyaie çoli. Putôt qu’d’étre dés âfaints de Dûe, è s’preniant pô l’Bon Dûe lu-mainme ! Dali, è nôs fa adjd’heû r’trovaie ç’qu’ât premïe dain nos vies. Lai pïece de m’noûe d’çi César poétchaie sai fidiure. Main nos, lai fidiure que nos poétchant ât tote âtre : ç’ât ç’té de Dûe lu-mainme.

A djoué vou nos sont aivus baptayïe, nos sont aivus mairtyaies d’lai croûx di Chricht. Nos sont d’venis âfaints de Dûe. Çât ènne mairtye que n’se s’rait rôtaie é qu’nôs raipeule aidé que l’Bon Dûe nôs ainme.

Main peu c’ment l’Djôset aivo sai fanne. Êl y diaie : te n’m’ainmes pu c’ment dain l’temps Djoset. Te m’écâlaie, te m’câlinaie le moton, tot balement. E oh, qu’y dié l’Djôset, main dain ci temps-li, t’n’en aivo-pe trâs ! »

Ç’qu’è nôs fâ r’teni po adjd’heû, ç’ât qu’nôs sont mairtyaies c’ment dés âfaints de Dûe, Dûe que nôs ainme aidé po nôs bayïe paît en sai vie djun’que dain le cïe.

Que s’feûche dïnche !


Mes bonnes gens,

Nous sommes bienheureux d’être ensemble ici, en Haute-Ajoie, pour cette messe. Nous sommes tous des enfants du Bon Dieu. Et oui, comme le chanteur, ce chanteur de France voisine, Raphaël, dans sa chanson Caravane : « C’est le Bon Dieu qui nous fait ! »

Donc nous sommes tous en lui et nous devons lui redonner ce qui lui revient. C’est ce que nous dit Jésus dans la lecture de l’Evangile de ce dimanche. A César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. On dirait aujourd’hui au Gouvernement, parce que c’est lui qui engrange les impôts !

Il en faut des impôts on le sait bien, c’était déjà comme ça au temps de Jésus, mais on râle toujours autant quand il faut les payer !

Un peu comme la femme du Joseph. Il téléphone au médecin tout essoufflé :

- Docteur, docteur il vous faut venir tout de suite il y a ma femme qui râle !

Le médecin lui demande 

- Depuis quand râle-t-elle ?

Le Joseph réfléchit un moment et lui dit : 

- Pardi depuis notre mariage 

On a beau râler, il faut y passer.

La pièce de monnaie porte la figure de César. Chez nous, c’est la mère Helvétia, mais l’homme et la femme sont créés à l’image de Dieu. Si l’image de César est gravée sur la pièce d’argent, le visage de Dieu est gravé dans nos cœurs et c’est celle-là que l’évangile nous invite à refléter dans le monde d’aujourd’hui.

Donc en un mot nous pouvons dire avec Saint-Augustin qu’il faut redonner à chacun son image, à César ou à l’Etat son image, et à Dieu son image vivante, son Fils, le Christ qui est vivant en nous tous. Dieu nous demande son image. Et parce que nous sommes à l’image de Dieu, offrons-nous, nous-mêmes, offrons toute notre vie, sans mensonges, mais avec vérité et amour.

Oh, vous le savez bien, nous sommes tous une image de Dieu mais elle n’est pas toujours bien nette.

Vous savez ce qu’a dit le Bon Dieu quand il a eu créé la femme ?

Il avait créé la Terre et c’était beau ; les bêtes et c’était beau ; l’homme et c’était beau. Quand il a eu créé la femme il se dit : « Bof, elle veut déjà bien se maquiller ! » Mais il y en a d’autres qui disent qu’après avoir créé l’homme le Bon Dieu a dit : « Je peux mieux faire. Et il a fait la femme ! »

Vous voyez, on peut tous se regarder, on est tous plus beaux pour ceux qu’on aime.

Voilà les pharisiens qui sont remis en place par Jésus. Ils ont sur eux la mort des Romains. Et ils faisaient des affaires avec eux. Sa réponse ne visait pas les relations de la religion avec la politique. Il visait simplement à pousser les gens à être dans la vérité. Etre vrai voilà le message de l’évangile d’aujourd’hui. Etre vrai avec soi-même et avec les autres.

Ils paient avec la mort de César. Ces faux-bigots ont répondu à la question que Jésus leur pose parce que sur cette monnaie on pouvait lire ceci : « Tibère, divin César ». Les Césars romains se donnent le titre de Dieu et veulent se faire adorer comme des dieux.

C’est là que Jésus n’est plus d’accord. Les Césars, les Présidents, les gens de la politique ne sont pas des Dieux. Nous n’avons pas à nous agenouiller devant eux pendant qu’ils se donnent des droits qui ne sont qu’à Dieu.

Il faut nous rappeler ces paroles de la Bible que nous avons entendues dans la première lecture d’Isaïe avec le roi Cyrus : « Je suis le Seigneur, il n’y en a pas d’autre en dehors de moi. » Cela est encore vrai aujourd’hui.

On peut le voir comme dans un miroir qui nous renvoie notre vraie image. Un peu comme la Marie qui se regardait dans le miroir en pleurant. Le Joseph lui dit :

- Qu’est-ce que tu pleures, qu’est-ce qu’il y a ?

- Je n’ai plus rien de bon regarde : ça pend devant, ça pend derrière. Qu’est-ce que j’ai encore de bon ?

Et le Joseph de lui répondre : 

- Oh, tu as encore de bons yeux !

C’est bien vrai : il n’y a pas d’autre Dieu que le Bon Dieu. Même si des fois il y a des hommes politiques qui se prennent un peu trop pour le Bon Dieu ! C’est pourquoi il nous faut retrouver aujourd’hui, ce qui est primordial pour notre vie. La pièce de monnaie des Romains portait le visage de César. Mais nous, nous portons une marque qui est bien autre chose : c’est celle du Bon Dieu. Au jour où nous avons été baptisés, nous avons été marqués du signe de la croix du Christ et nous sommes devenus enfants de Dieu. C’est une marque qu’on ne peut pas enlever et qui dirige toute notre vie. Nous portons le nom d’enfants de Dieu. On nous a donné ce nom-là.

Un peu comme le Jules de cette Jeanne qui a accouché et que ce petit n’allait pas bien. Il court à la cure appeler le curé pour qu’il vienne le baptiser tout de suite. Le curé lui demande :

- Quel nom avez-vous choisi pour lui ?

- Oh nous n’avons pas eu le temps d’y penser, lui répond le Jules.

- Eh bien je vais vous dire la litanie des Saints et vous me direz celui que vous avez choisi.

Le curé commence :

- Kyrie eleison, Christe eleison, Kyrie eleison, Sainte Marie, Sainte Paule, Sainte Andréa, Saint Lucas, Sainte Lucia, Sainte Cécilia, Sainte Agatha ... Alors vous en avez trouvé un ?

- Oh, que dit le Jules, mettez-lui Kyrie eleison 

Bien des fois, les hommes politiques oublient cela. Plutôt que d’être des enfants de Dieu ils se prennent pour le Bon Dieu lui-même ! Donc il nous faut retrouver aujourd’hui ce qui est primordial dans nos vies. La pièce de monnaie de César portait son visage. Mais nous le visage que nous portons est tout autre : c’est celui de Dieu lui-même.

Le jour où nous avons été baptisés, nous avons été marqués de la croix du Christ. Nous sommes devenus enfants de Dieu. C’est une marque qu’on ne saurait enlever et qui nous rappelle toujours que le Bon Dieu nous aime.

Mais pas comme le Joseph avec sa femme. Elle lui dit :

- Tu ne m’aimes plus comme dans le temps, Joseph. Tu me serrais, tu me caressais le menton tout doucement.

- Et oui, répond le Joseph, mais dans ce temps-là, tu n’en avais pas trois 

Ce qu’il nous faut retenir pour aujourd’hui, c’est que nous sommes marqués comme les enfants de Dieu, Dieu qui nous aime toujours pour nous donner part à sa vie jusque dans le ciel.

Qu’il en soit ainsi.


Messe en Patois 2011, 4 -  MP3 - 3.7 Mo
Messe en Patois 2011, 4
Messe en Patois 2011, 5 -  MP3 - 4.2 Mo
Messe en Patois 2011, 5
Messe en Patois 2011, 6 -  MP3 - 5.4 Mo
Messe en Patois 2011, 6
Messe en Patois 2011, 7 -  MP3 - 4.4 Mo
Messe en Patois 2011, 7