Publié : 9 mars 2018

Bouquet de sagesse (2)

Bocat d’saidgence (2)

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 9 mars 2018

Bocat d’saidgence (2)

Le brut ne fait p’ de bïn, le bïn ne fait p’ de brut.

È y aivait dous préjnies ; yun raivoétait les bairrés, l’âtre les yeûtchïns.

Lai vétyaince, ç’ât c’ment le véyo, è fât aidé aivaincie po voidgeaie son aipiomb.

È fât djôéyi di djoué d“adjd”heu, è ne r’verré pus.

Po coégnâtre ton tch’mïn, yeve les oeûyes èt raivoéte le cie.

Lai miedge des p’tèts l’oûejés ât vite frède.

Çtu que môtre sai boéche môtre son tiu.

Tchétyun saît laivou qu’ son boéré byèsse.

Ç’ât tiaind qu’an ont voichè qu’on voit les bés tchemïns.

Ç’ât dains les véyes potats qu’an fait lai moyoue sope.

Pus l’ boc ât peut, pus les tchievres l’ainmant.

Totes les pieres vaint aidé â mûrdgie.

Véye baîchatte, véye drèyatte.

Tot fait ventre tiaind qu’ çoli y entre.

Ç’ât lai dgerènne que tchainte qu’é fait l’ue.

Les mentes vaint chu ènne tchaimbe, lai voirtè chu dous.

Cés que se chmoutsant és f’nétres s’ baittant drie les lâdes.

Çtu qu’ ne sait p’ se chiquaie ne sait p’ en chiquaie d’âtres.

Çtu qu’ né dyère ne richque dyère, çtu qu’ n’é ran ne richque ran.

Ço que paît poi lai poûetche revïnt poi la f’nétre.

Les tchaits faint des tchaits ; se ç’ n’ât p’ des gris, ç’ât des nois.

Note

les yeûtchïns, les étoiles

drèyatte, guenille, et dans un sens péjoratif, personne inutile

les lâdes, les volets


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.9 Mo

Bouquet de sagesse (2)

Le bruit ne fait pas de bien, le bien ne fait pas de bruit.

Il y avait deux prisonniers ; l’un regardait les barreaux, l’autre regardait les étoiles.

La vie, c’est comme le vélo, il faut toujours avancer pour garder l’équilibre.

Il faut jouir du jour présent, il ne reviendra plus.

Pour connaître ton chemin, lève les yeux et regarde le ciel.

La fiente des petits oiseaux est vite froide.

Celui qui montre sa bouse montre son cul.

Chacun sait où son harnais le blesse.

C’est quand on a versé qu’on voit les beaux chemins.

C’est dans les vieilles soupières qu’on fait la meilleure soupe.

Plus le bouc est laid, plus les chèvres l’aiment.

Toutes les pierres vont au murgier (tas de pierres provenant de l’épierrement du sol).

Vieille fille, vieille guenille.

Tout fait ventre quand ça entre.

C’est la poule qui chante qui a fait l’œuf.

Les mensonges vont sur une jambe la vérité sur deux.

Ceux qui s’embrassent à la fenêtre se battent derrière les volets.

Celui qui ne sait pas s’arranger ne sait pas en arranger d’autres.

Celui qui n’a guère ne risque guère, celui qui n’a rien ne risque rien.

Ce qui part par la porte revient par la fenêtre.

Les chats font des chats ; si ce n’est pas des gris, c’est des noirs.

Note

les yeûtchïns, les étoiles

drèyatte, guenille, et dans un sens péjoratif, personne inutile

les lâdes, les volets


La chronique patoise du QJ en direct :