Publié : 19 février 2016

Un beau discours

Ïn bé dichcoué

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ, le 19 février 2016

Ïn bé dichcoué

Not’ véye mére djâsait aidé patois, meinme dains les séainces. Heureusement qu’èl aivait ïn bon ch’crétaire : le régent. Tiaind qu’èl ât aivu nanmè po l’ drie côp, èl é invitè tus les électeurs è boire ïn voirre és Trâs Véch’lats, les roudges cment les nois. « Di bianc po les roudges, di roudge po les nois », qu’é dyait en riaint. Lu, c’était ïn roudge.
- Ç’ n ’ât p’ le tot, Mére, mit’naint, è t’ fât faire !in dichcoué, yi dié ïn noi.

Le mére ât montè chu ènne sèlle èt peus èl é aicmencie son dichcoué :
- Més aimis, v^s m’èz ...
- Nian, nian. Pe en patois, mére., en frainçais. Ïn mére dait poéyait dire son dichcoué en frainçais.
- Yé bïn, s’ vôs v’lèz. I n’ veus p’ faire grant. Chers concitoyens, vous m’avez fait confiance encore une fois. Sachez que mon dévouement vous est "acquéri".
Le régent qu’était â long d’lu yi çhiouçhe :
- Acquis, acquis ...
- En tiu. È m’demainde en tiu. Mains en vôs tus, aich’ bïn és nois qu’és roedes.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.2 Mo

Un beau discours

Notre ancien maire parlait toujours patois, même au cours des séances. Heureusement, il avait un bon secrétaire : l’instituteur. Quand il fut élu pour son dernier mandat, il a invité tous les électeurs à boire un verre aux Trois Tonneaux, les rouges aussi bien que les noirs. « Du blanc pour les rouges, du rouge pour les noirs », dit-il en plaisantant. Lui, c’était un rouge.

—  Ç’ n ’ât p’ le tot, Mére, mit’naint, è t’ fât faire ! in dichcoué. Yi dié ïn noi.

—  C’est pas le tout Maire, maintenant il te faut faire un discours, lui dit un noir.

Le maire a grimpé sur une chaise et il a commencé son discours :

—  Més aimis…

—  Non, non. Pas en patois, maire, en français. Un maire doit pouvoir prononcer son discours en français.

—  Comme vous voulez. Je ne serai pas faire long. Chers concitoyens, vous m’avez fait confiance encore une fois. Sachez que mon dévouement vous est “acquéri”.

L’instituteur qui était âà ses côtés lui souffle :

—  Acquis, acquis..
.
—  A qui. Il me demande à qui ? Mans à vous tous, aux noirs comme aux rouges.

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">