Par : Fleury LJ
Publié : 25 avril 2009

Le dernier envol du condamné

Bernard Chapuis

Un texte de Bernard Chapuis, traduit par Denis Frund.

Patois du Val Terbi, origine Courchapoix.

B.Chapuis, Dernier envol du condamné
B.Chapuis, Dernier envol du condamné -  MP3 - 5.5 Mo
B.Chapuis, Dernier envol du condamné

Le d’rie envoul di condamnè

Po botaie ïn pô d’burre tchu les épinaidges, Boivin è ècmencie d’éyevaie des dg’rènnes. Sai r’nammèe n’s’è p’fait aittendre. L’ôvaidge de ses ûes paitérre, lai savou de ses polats éyevès en libertè yi aimoénainnent bïntôt ènne rotte d’aitchetous.
Le paitron di dgeurnie, ïn tot bé et sâvaidge pou, était réyi c’ment di paipie è dyïndye, meu qu’ènne r’leudge. Tchéque maitïn, è lai pitçhatte di djo, son breuyèt révoyait quasi tot l’quoitchie. Ci Boivin lu-méme était bïn des côps dgeinnè d’aivô ci yeuve tôt de pou. « Ïn côp, dyait-è, i veus yi réyie son compte en çtu-li. C’n’ ât p’po yi faire di mâ, mains è veut lai senti péssaie ! »
Ènne neût d’octôbre, Boivin s’était aittairdgi â cabaret, bïn pus taîd qu’aiprés lai from’ture, po djûere és câtches dains lai tcheusènne aivô ènne rotte d’enraidgis. D’rie les çhôs lâdes et les tiries ridés, és djûeyïnt en lai p’tète béte, ïn défendu djûe d’airdgent laivou an poyait diaingnie tot piein mains aijebïn pédre tot aitaint.
Boivin rentre en l’hôtâ en traivoichaint son çiô et en échaboulaint ses dg’rènnes que s’ démoénnant dains ïn brut de pieumes. Le pou qu’aivait r’cognu lai mairtche de son métre d’moère bïn saidgement en sai piaice. Boivin se coutché tot véti chu l’bainc de câre de lai tcheusènne, et dains ènne pochture putôt malaijie, tçhré le sanne. È n’voyait p’révoyie sai Juliette que dreumait aivô tote yote rotte d’afnats. È s’étiré, se r’viré, baîyé, tchoyé quasi paitérre tchu les planèlles, r’pyaiyé son coutre dos lai nouque. Le sileince de lai neût n’était troubyè qu’ d’aivô l’tic-tac de lai grande r’leudge. Aiprés ènne houre qu’yi sembyé ïn siecle, l’hanne était chu l’point de dreumi tiaind tot d’ïn côp le pou tchainté ! Ïn âtre pou di voisinaidge yi répondé, peus inco ïn âtre. Li d’chus, les dg’rènnes s’bottainnent é caquiaie, le tchïn aiboiyé, les tchaits miâlainnent. Aidûe bïnfsaint sanne ! Mains çoli n’allait p’se péssaie dïnche. Boivin allait bottaie sai m’naiche en mairtche, dâdon qu’èl en djâsait.

È y aivait, drie lai mâjon, ïn trontchat aivô ènne haitchatte piaintèe dedains. Ç’ât li qu’ci Nicolas Boivin f’sait péssaie les poulats de lai vétçhaince en lai moûe, d’vaint d’les vendre. Èl aivait ïn sat et aidroit côp d’haitchatte. Son trontchat était tieulè de saing èt peus è y aivait brâment d’pieumes pai térre. « C’n’ât p’ po yi faire di mâ, r’dyait Boivin, mains è veut lai senti péssaie !... » Èl entré dains le dgeurnie et aittraipé, nian sains mâ, le tieulè pou di quél èl était che fie, mains qu’l’empêtçhait che s’vent de dreumi. C’te neût, ci bé pou aivait greynè sai senteince de moûe.

Boivin le teniait aivô foûeche pai les paittes. Le pou s’ débaittait aivô lai raidge di maléchpoi, baittaint des âles et bèyaint des côps de bac en son maircandou. Aivô lai çhailatte lumiere di djo que s’yeve, Boivin s’aippretche di trontchat, yi pôse lai téte di condamnè, yeve l’haitchatte et v’lan ! l’aibait chu l’cô di métre tchaintou pou.

Churpris lu-méme pai lai violaince di côp, Boivin laîtche le pou qu’ n’aivait pus de téte et que s’bote è voulaie. È pésse c’ment pai miraîçhe pus hât qu’les damés di voirdgie èt peus qu’lai bairre di végïn et aiprés ïn voul en l’aiveuyatte de pus d’cent métres, vait s’éçhaffaie tchu lai tèrrâsse di cabarèt. Boivin n’fait p’ïn métre po allaie le tçheri. È s’panne les mains chu sai tiulatte et vait r’trovaie l’bainc de lai tcheusènne.

C’ât li qu’tiaind l’angélus s’botté è souènnaie, qu’sai Juliette le trové, rontu pai lai sôletè èt peus le vïn, rontchaint è en faire trembyaie lai mâjon. Tiaind qu’è trové ci bé pou sains téte mains que boudgeait inco chu sai tèrrâsse, le cabartie feut, en permie, bïn churpris, potchaint è n’tairdgé p’è compâre. Èl aivait prou oyu Boivin djâsaie de l’éxempyaire souènnèe qu’è bèyerait è son pou. È pregné ènne épiondge, panné lai grosse tâbyatte di m’nu di djo, èt peus, aivô ènne grainde groûe, de son pus bé graiy’naidge et tot piein de tieûsain, è graiy’né :

« Adjd’heû : Pou â vïn »


Le dernier envol du condamné

Pour mettre un peu de beurre sur les épinards, Boivin se lança dans l’élevage de poules. Le succès ne tarda pas. La réputation de ses œufs pondus au sol, la saveur de ses poulets élevés en liberté, lui valurent rapidement une clientèle nombreuse et fidèle. Le maître de la basse-cour, un coq splendide et farouche, était réglé comme du papier à musique. Chaque matin, un peu avant le jour, son cri conquérant réveillait tout le quartier. Boivin lui-même en était incommodé. "Une fois, vous verrez", disait-il, "je vais lui régler son compte à celui-là. Ce n’est pas pour lui faire du mal, mais il va la sentir passer."

Une nuit, Boivin s’était attardé à l’auberge bien au-delà de la fermeture, à jouer aux cartes dans la cuisine avec une équipe d’irréductibles. Derrière les volets clos et les rideaux tirés, ils jouaient à la petite bête, un jeu d’argent interdit où on pouvait gagner gros et perdre tout autant. Il traversa son verger pour rejoindre sa masure, effarouchant au passage les poules qui s’agitèrent dans un bruissement de plumes. Le coq se montra discret, il avait reconnu le pas familier et il restait encore une heure jusqu’aux premières lueurs de l’aube.

Boivin s’étendit tout habillé sur le banc de coin de la cuisine, et dans une position plutôt inconfortable, chercha le sommeil. Il ne voulait pas réveiller Juliette qui dormait entourée de la marmaille. Il s’étira, se recroquevilla, bâilla, se retourna, faillit tomber sur les planelles, replia le coude sous la nuque. Le silence nocturne n’était troublé que par le tic-tac lancinant de la grande horloge. Au bout d’une heure qui lui parut une éternité, l’homme allait sombrer dans le sommeil quand aussitôt le coq chanta. Un autre lui répondit, puis un autre. A ce signal, les poules se mirent à caqueter, le chien aboya, les chats miaulèrent. C’en était fait du repos matinal. Mais ça n’allait pas se passer comme ça. Boivin allait mettre sa menace à exécution. Depuis le temps qu’il en parlait.

Il y avait, dans l’arrière-cour, un billot dans lequel était fichée une hache. C’est là que Nicolas Boivin faisait passer les poulets de vie à trépas avant de les livrer. Il avait le coup de hache sec et précis. Son billot était maculé de sang et le sol autour jonché de plumes.

- Ce n’est pas pour lui faire du mal, répétait Boivin, mais il va la sentir passer.

Il pénétra dans le poulailler et se saisit non sans mal du coq chamarré qui faisait sa fierté mais qui le privait si souvent de son sommeil. Le volatile avait signé son arrêt de mort.

Boivin le tenait fermement par les pattes. Le coq se débattait avec la rage du désespoir, battant des ailes et lacérant son bourreau à coups de bec. A la faveur du jour naissant, Boivin s’approche du billot, y pose la tête du condamné, brandit la hache, et vlan, l’abat sur le cou du maître chanteur. Surpris lui-même par la violence du choc, Boivin lâche le coq dont la tête sanguinolente était tombée sur le sol. Libéré, le coq sans tête prend son envol. Evitant miraculeusement les damassiniers, il franchit le grillage et, après un vol à l’aveugle de près de cent mètres, vient s’échouer sur la terrasse de l’auberge.

Boivin ne fit pas un pas pour le récupérer. Il s’essuya les mains sur son pantalon et regagna sa couchette. C’est là qu’à l’heure de l’angélus, Juliette le découvrit, écrasé par la fatigue et le vin, ronflant à en faire vibrer la bicoque.

Quand il trouva le cadavre du coq sans tête sur sa terrasse, le bistrotier fut d’abord surpris, mais il ne tarda pas à comprendre. Il avait assez entendu les menaces de Boivin. Il prit une éponge, essuya la grande ardoise destinée au menu du jour, puis, avec une craie, de sa plus belle écriture, il calligraphia :

"Aujourd’hui : Coq au vin".