Par : Fleury LJ
Publié : 1er mars 2013

Un ramoneur à quatre pattes

Ïn raîch’tçhu è quaitre paittes

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 1er mars 2013

 paitchi-feûe, è fayait nenttayie les tyaus di foénat. Èls étïnt pieins de cheûdge poch’qu’an aivait fait di fûe tot l’huvie. E y en aivait ènne èpâche coutche. Po çoli, an péssait ènne tchaînne d’ènne échtrémitè en l’âtre, on freguenait, on chcouait.

Ç’ât ce que f’sait le Célestin. Lai cheûdge tchoéyait chus l’hierbe di crât c’ment di noi poussat.

–Te t’baiyes bïn trop d’ mâ, Taitin, qu’yi dit lai Mére Michèle que l’raivijait. Moi, te sais c’ment qu’i fais ? I enfile mon bianc tchait d’ènne sen di tyau, d’l’âtre sen, è soûe tot noi. I l’laince en lai r’viere pô l’nenttayie.

Quéques djoés pus taîd, le Célestin é r’vu lai Mére Michèle. Èlle était trichte poch’qu’èlle aivait predju son tchait. Èlle é daivu l’encrottaie ch’le le femie.

–Qu’ât-ce qu’ès aint, Taitin, mes tchaits, qu’ès crevant tus ?

La mère Michèle a trouvé un moyen efficace pour débarrasser les tuyaux de fourneau de la suie accumulée durant l’hiver.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.3 Mo

info document -  PDF - 83.2 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">