Publié : 27 mars 2015

Formulettes et plaisanteries

Dires èt louenes

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 27 mars 2015

Dires èt louenes

Dans les Actes de 1929, Jules Surdez ajoute aux proverbes recueillis quelques formulettes et plaisanteries. Nous respectons l’orthographe de l’éminent folkloriste jurassien.

Eloge de la lenteur :

« Voili ce que ç’ât que d’allè trop vite », diait lai yemaice qu’aivaît tchoi d’ïn dgenâvre. È y aivaît faillu heut djoés po se trïnnè enson.

Aux ivrognes :

Dainse, dainse, tiu gailloux, niun ne dainse que nos doux. Ç’ât le vïn et lai botaille que nos faint è potchè des gailles. Se nos n’aivïns pe ci petchus dedôs le nê, nos ne les potcherïns djemais.

Aux avares :

Tiaind ces dgens preniant les envies de feumè, ès vos diant : « S’y aivôs inne djeainmairate, y feumeros, mains y n’ai pe de toubac, ât-ce vos ais des soeufrates ? »

Dicton météorologique :

Airboi di soi, réchue les bourbés. Airboi di maitïn, faît ai virie les melïns.

Biens communs :

T’és cment lai servainte â préte de Yére. D’lai premie, ç’ât vos dgerinnes ; aiprès, ç’ât nos dgerinnes ; d’lai drie, ç’ât mes dgerinnes.

Mesure de discrétion :

T’és cment cetu que ne voeulait pe botè d’aidrasse en sai lattre poéche les méssaidgies sont trop courieux et qu’ès n’aivïnt pe fâte de saivoi voé ç’ât qu’elle allaît.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 2.6 Mo

Formulettes et plaisanteries

Dans les Actes de 1929, Jules Surdez ajoute aux proverbes recueillis quelques formulettes et plaisanteries. Nous respectons l’orthographe de l’éminent folkloriste jurassien.

Eloge de la lenteur :

« Voilà ce que c’est que d’aller trop vite », disait la limace qui était tombée d’un genévrier. Il lui avait fallu huit jours pour se traîner jusqu’en haut.

Aux ivrognes :

Danse, danse, cul guenilleux, personne d’autre ne danse que nous deux. C’est le vin et la bouteille qui nous font porter des guenilles. Si nous n’avions pas ce trou sous le nez, nous ne les porterions jamais.

Aux avares :

Quand ces gens prennent envie de fumer, ils vous disent : « Si j’avais une pipe, je fumerais, mais je n’ai pas de tabac, est-ce que vous avez des allumettes ? »

Dicton météorologique :

Arc-en-ciel du soir, assèche les bourbiers. Arc-en-ciel du matin, fais tourner les moulins.

Biens communs :

Tu es comme la servante du prêtre de Glère. Au début, c’est vos poules, après, c’est nos poules ; à la fin c’est mes poules.

Mesure de discrétion :

Tu es comme celui qui ne voulait pas mettre d’adresse sur sa lettre parce que les facteurs sont trop curieux et qu’ils n’ont pas besoin de savoir où elle allait.


La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">