Publié : 19 décembre 2016

Remèdes de bonnes femmes

R’médes de boénnes-fannes.

L’micou, Michel Cerf

R’médes de boénnes-fannes.

Nos ains tus, ïn côp o l’âtre, fâte de r’médes tot sïmpyes, po soingnaie dés p’tèts aiccreus dains not’ sainté, po faire péssaie ènne boénne creuve… Quoi de meu, po édie en lai didgèchion o po aipaîjie ènne raidge de deints qu’ïn p’tèt voirre d’âve de çhlieje o de pamme. D’lai gotte, an en sied achi po nenttayie ènne bieumure que s’porait empoûej’naie.

Lés boénnes-fannes, qu’an aippeule adjed’heû dés aiccoutchouses étïnt d’maindèes en l’hôtâ poi nôs anchètres, tiand lés mâs d’aiccoutchement étïnt li, po édie lés fannes dains lai délivrainche dés afnats. Dains l’temps, lés fannes, ç’ât bïn coégnu, r’bôlïnt l’pu s’vent en l’hôta. Tiaind èlle airrivait, lai boénne-fanne trovait di lïndge bïn na èt de lai tchâde âve. Dains sai p’tète entchétre, èlle empoétchait quéqu’ïnstruments, des boûetchons, d’lai voite èt dous trâs soûetches de r’médes ait’chtès tchie l’aipothitçhaire. Dïnche, aivô brâment pô de tchôses, dés diejainnes d’afnats aint vu l’djoé tçhétçhe annèe dains nôs v’laidges.

Lo péssaidge d’ènne boénne-fanne dains lai mâjon était aidé ènne caje po d’jasaie dés p’tès bobos de tote lai faimille : dés afaints qu’aivïnt l’reûtchon, di pére que s’piaîngnait di dos, de l’onçha que seûffrait de lai gotte è pe d’lai graind-mére que n’saivait pu trovaie l’sanne â fond d’son yé. Ran qu’d’en d’jasaie an s’sentait ïn pô r’voiri. An étchaindgeait dés r’çattes po faire dés tijainnes, dés panmades, dés cataplâmes… Ç’ât çoli qu’an aippeule dés r’médes de boinnes-fannes o bïn dés r’médes de graind-méres. È n’fât’pe mâçhaie aivô lés ch’crèts que faint totes soûetches de soingnous, de tchairlaitans o bïn de r’bouteus po sôlaidgie lai mailaidie dés dgens. D’ènne âtre san, ne pe mâçhaie non pu, aivô lés saivaints qu’utilijant dés piaintes po médcïnnaie dés catchèts que s’rïnt vendus tchie ïn aipothitçhaire.

Po aipparayie cès r’cettes, an trovait quaji tos lés prodûts qu’è fayait dains l’tieutchi d’lai fèrme, o bïn dains lés bôs aileintoés. Lés tchôs, lés oégnons, l’â, lés roûenes, lés pomates, mains achi l’burre et l’saiyïn de poue entrïnt dains dés sopes, dés brans, dés panmades aipparayies aivô dés p’tètes diff’rences po tçhétçhe mâ. Lés hierbes dés bôs èt dés tchaimps étïnt bïn meu coégnus que d’nôs djoés. L’ôétchie, l’hierbe és pois, lo sentibon, lai sâdgeatte, lo saivûe (ortie, sariette, thym, sauge, sureau) poyant , tot c’ment lo thya, bayie dés thés que r’botant tchu pie lo pu malkeûsse dés hannes.

L’micou

NB. An pe oyi quaji tos cés mots dains : www.patoisjura.ch