Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Ajoie, les mots du Micou > Tchie nôs, an djase frainçais (o patois) !
Publié : 16 janvier 2016

Chez nous, on parlait français, ou patois !

Tchie nôs, an djase frainçais (o patois) !

Tchie nôs, an djase frainçais (o patois) !

Voili qu’i m’seus encoé engraingnie ! Nian’pe è case di patois, mains poûeche que dés sakerdies de pubyichitès aint, ïn cop de pus, empoég’nè not’ bé paiyis, lés entrèes de nôs v’laidges : dés aiffiches en aindyais, po raipp’laie ès dgens qu’ès s’daint léchie voûere, étre bïn vésibyes. Èt ç’ât graiyenè : « SEE YOU » !
Nôs aint aivu lés allemoûess que s’crayïnt en l’hôta èt pe que botïnt totes soûetches de méssaidges, dés « Eintritt », dés « Wirtschaft », dés « Verboten ». Tiaind i étôs p’tèt, dains l’train, an poyait yére « Verboten zu spucken ». Moi, i m’musôs : « Dïnche lés allemoûess étieupant pai tiere ? ». Da tiaind nôs ains r’yevé lai téte, aiprés 1974, çoli sembye allaie ïn po meu, meinme chi lés BKW ne v’lant’pe compare…
Mains, aivô l’aindyais, an veut aivoi di mâ d’en paitchi. Vôs saites, ç’n’ât’pe dés Aindyais que nôs impojant yot laindye, ç’ât dés dgens de tchie nôs, dés mâ maivus que faint yot miedge (qui font l’important), que v’lant étre en lai môde poûeche qu’ès aint aivu ïn « bachlor » o bïn ïn « master »…
Poidé, i n’aî ran contre çte laindye que permât ès dgens de tote lai piainatte de viaidgeaie vou de commerçaie. Mains dali an n’se dait’pe léchie embassenaie not paiyis aivô cés mâvenis môtroujes. Lo pé, ç’ât qu’ès s’sont sentis obyidgis de graiyenaie « sois visible » pai d’dô, po qu’an yi comprenieuche âtçhe ! Ç’tu que djase aindyais s’airraitche lo poi… poûeche que ç’te traduchion n’é ran è voûere aivo « SEE YOU ».
I veus bïn craire que lés dgens que payant po cés soûetches de boutiçh’ries aint de boénnes aivisaîyes, mains qu’é may’nous ès aint en yot téte ? Craibïn qu’è foûeche de faire dés « brainstorming » èt pe dés « débriefing » ès aint proudju l’sen èt lai valou de lai laindye. I vôs l’dis, ç’n’ât-pe dés Aindyais qu’aint indgéniè cés airboés, mais dés dgens d’ènne dgeûrnachion que veut faire di nové, ébâbi lés echprits, aittirie lés r’dyaîds. Cés djûenes loups crayant bïn faire. Poétchaint, i n’seus’pe tot de pai moi è m’engraingnie. Cobïn m’diant que çoli lés déraindge ? Dïnche dés may’nous, que mâchant l’aindyais è totes lés sâces, è s’y en trove ïn po poitcho, mais chutôt dains lés djoénâs, dains lai pubyichité et dains cés boétes que djasant vou que montrant dés inmaîdges. En lai télévision è n’y è’pe ènne djaserie que n’en feuche grebi.
Aivô ènne conchtitution que voyait l’usaidge di frainçais dains l’cainton, è s’dairait bïn trovaie ïn djurichte, ïn député, o bïn ïn minichtre po botaie fïn en çte fasse libretè d’pairole que vire è l’antçhepé. Mitnaint qu’è y en é pien de novés poi D’lémont, é fât voidgie l’èchpoi.

L’micou