Par : Fleury LJ
Publié : 15 novembre 2013

La Saint-Martin

Lai Sïnt-Maitchïn

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 15 novembre 2013

Tchie l’Aigathe, ès boétchaiyant po lai Sïnt-Maitchïn. D’ïn côp d’maiyat, le saingnou é nuquè le poûe, ènne sacrée bèlle béte, bïn neurrie. Sains piedre de temps, è traintche lai grôsse voéne di cô. Le saing djaîyât dains ïn sayat qu’ât bïntôt piein. Lai fèrmiere eurmue sains râtaie d’aivô ènne poutratte de bôs. Èlle fait des heûtes èt peus des trâs. Ç’ât qu’è n’fât p’léchie l’saing gremèyie.

Ch’lai tâle de lai tieujènne, dains ïn faitout, lai Biantche é préparè tot ç’qu’è fât po faire ïn bon boudïn : des oégnons, des poérès, d’lai fraiyure, des hierbes di tieutchi.

Ch’le foénat, l’âve brussene dains les tiaisses. Ç’ât po raîjaie les pois di poûe d’vaint que d’yi fendre lai painse.

Il est difficile d’imaginer de nos jours ce que la SaintMartin représentait pour les gens de nos campagnes. Fête de la ripaille et du cochon, elle marquait la fin des travaux des champs et donnait lieu autrefois à de laborieux préparatifs.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.3 Mo

info document -  PDF - 173.9 ko


La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">