Publié : 27 septembre 2020

Hommage à Marc Monnin

Hommaidge en ci Marc Monnin

Eric Matthey, Voiyïn

Piedre quéqu’ün qu’ an ont échtimaie ât trichte,

mainsl’ pé çoli s’rait aivu de n’ l’aivoi pe rencontrè !

Hommaidge en ci Marc Monnin

Jurassienne crenique de 1923 : l’21 d’ôt ïn voul de 35 cigangnes ât eur’mairtçhè dva-dchus les Raindgies. È sann’rait meinme qu’è y’en é yènne que se s’rait s’aidieuyè d’lai sen d’Dev’lie po s’pojaie chu l’toit d’lai faimiyâ mâjon des Monnin. Dâli, not’ Marc tchoiyé â monde !

Èt, ç’ât li è Dev’lie qu’t’és granti, Marc, enmé ènne faimille d’dous afaints, ènne baichatte èt pe toi. D’aivô tai fanne, Marie-Thérèse, vos airèz quaitre boûebes, Bernard, Dominique, Hubert èt Nicolas.
En hanne sochiâbye èt toudjoué dévouè, te t’és botè duraint bïn des annèes en lai dichpojichion d’ tai tieûmune aichbïn qu’en c’té d’lai boirdgeaisie de ton vlaidge. Te t’és âchi brâment ïmpyèquè dains lai fondâchion di moénaichtére di Carmel de Dev’lie.
Brâment aittaitchi en ton patois vadais, en 1997 èl ât aivu po toi tot naiturâ qu’te r’djoingneuches lai rotte des b’nèâtous di Voiyïn, Çaçhe de raicodge di patois d’lai Societe jurassienne d’Emulâchion. En l’ècmenc’ment, dôs lai condute d’not’ Jean-Marie Moine, nôs ains t’aivu tot pien d’séainches les saimdés maitïns, mais âchi l’soi, è D’lémont, è Boécôt, è Baichcot o âtrepaît po aippontie des tèchtes, des poémes, obïn encoé des tchaints d’aivô les afaints d’Pieigne. Tot çoli d’junqu’ â mois d’aivri 2001 tiaind qu’not’ Voiyïn poéyé enfïn entraie d’pien pie dains lai vénérâbye societe dains laiqué, è l’fât bïn dire, ces biancs dgilets d’Poérreintru nôs ravoétïns ïn pô de hât !
Poi lai cheûte, t’és cheuyè toudjoué fidèy’ment lai vie di Voiyïn dains tos les câres di Jura aichbïn qu’tchie nôs aimis di paiyis d’ Béfoûe.
Toudjoué paichionnè poi lai bèlle landye de ton paiyis, te t’és encoé brâment conchacrè, c’ment préjideint, ès Cieutchattes di Doubs, c’te frainco-suisse rotte de patoisaints di GHETE (Groupement d’échanges et d’études Hommes et terroirs du Clos du Doubs). Ç’ât toi qu’oûergannijait les eur’contres, ïn côp en Suisse, ïn côp en Fraince. Nôs sont aivus Tchie l’Bairon è Èpavlès, è Coûetch’fontaine, tchie lai Thé è Meuriâ, è Vernois-l’Fol obïn encoé è Sïnt-Hippoyite. Èt pe è y é t’aivu les maindgies-feu d’ Montéch’roux laivousqu’ nôs ains meinme fétè tes nannante ans en meinme temps qu’cés d’ci Paul Choulet. T’aivais t’ni è mairtçhaie ci bé l’ainnivoirchére d’aivô tes patoisaints l’aimis di Piaité d’Maîche èt di Jura qu’te couchidérait c’ment f’saint paitchie d’tai faimille. Poi contre, c’ment moi è t’en encrâchait qu’cés boénnes dgens n’djâseuchïnt pe d’aivantaidge le patois atoué d’lai tâle duraint lai nonne ! Mains te moinnait not’rotte aivô bon aigrun, toudjoué vaiyaint èt piein d’entrain. È nannante ans te condujais encoé tai dyïmbarde dains laiqué i seus montè pus d’ïn côp. Mains i t’dais tiaind meinme avouaie qu’quéques côps i ai t’aivu ïn pô pavou !!!
Malhéyous’ment, les traitçhais d’saintè n’t’ aint p’ rébiè ! È y é quéques annèes,t’és bïn faiyi meuri d’ènne grosse ïnfècchion en lai tchaimbe ; mains li-enson an ont décidè qu’ an aivait encoé fâte de toi chu ç’te bôle. Encheûte an t’ont rotè 36 centimétres de côyon ! È y é quéques annèes, t’airais d’nové poéyu t’en allaie d’ènne pulmonie. Encoé ïn côp ç’n’était p’ to hoûere.
Les drieres annèes d’tai vétçhiaince, te les ès péssè en l’hôchpiche è Sïnt-Ochanne laivousqu’ nôs ains encoé rié èt djâsè patois ensoinne.
Voili not’ Marc, mitnaint t’és paitchi po l’grant viaidge. Tote lai rotte des Voiy’nous te dit ïn tot gros méchi po tot ç’que t’és fait po l’patois èt pe po l’aimitie qu’ te nôs és aippoûetchè. Nôs échpérans qu’li-enson t’és aivu aityeuyi poi tai chére Marie-Thérèse èt tus les âtres patoisaints qu’nôs ains dje tyitti po qu’te poéyeuches aigondgie de d’jâsaie not’ bé langaidge.

Graindfontainne, le 13 de djuïn 2020

Po lai rotte di Voiyïn :

Eric Matthey

Perdre quelqu’un qu’on a estimé est triste,

mais le pire aurait été de ne l’avoir pas rencontré !

Hommage à Marc Monnin

Chronique jurassienne de 1923 : le 21 août un vol de 35 cigognes est remarqué au-dessus des Rangiers. Il semblerait même qu’il y en ait une qui se soit dirigée du côté de Develier pour se poser sur le toit de la maison familiale des Monnin. Ainsi, notre Marc vint au monde !

Et c’est là, à Develier que tu as grandi, Marc, parmi une famille de deux enfants, une fille et toi. Avec ton épouse, Marie-Thérèse, vous aurez quatre garçons, Bernard, Dominique, Hubert et Nicolas.
En homme sociable et toujours dévoué, tu t’es mis durant bien des années à la disposition de ta commune ainsi qu’à celle de la bourgeoisie de ton village. Tu t’es également beaucoup impliqué dans la fondation du monastère du Carmel de Develier.
Très attaché à ton patois vadais, en 1997 il a été pour toi tout naturel que tu rejoignes l’équipe des fondateurs du Voiyïn, Cercle d’étude du patois de la Société jurassienne d’Emulation. Au début, sous la conduite de Jean-Marie Moine, nous avons eu tout plein de séances les samedis matins, mais aussi le soir, à Delémont, à Boécourt, à Bassecourt ou ailleurs pour préparer des textes, des poèmes, ou encore des chants avec les enfants de Pleigne. Tout ça jusqu’au mois d’avril 2001 lorsque notre Voiyïn put enfin entrer de plein pied dans la « vénérable » société dans laquelle, il faut bien le dire, ces « blancs gilets » de Porrentruy nous regardaient un peu de haut !
Par la suite, tu as toujours fidèlement suivi la vie du Voiyïn dans tous les coins du Jura ainsi que chez nos amis du pays de Belfort.
Toujours passionné par la belle langue de ton pays, tu t’es encore beaucoup consacré, comme président, aux Cieutchattes di Doubs, ce groupe franco-suisse de patoisants du GHETE (Groupement d’échanges et d’études Hommes et terroirs du Clos du Doubs). C’est toi qui organisais les rencontres, une fois en Suisse, une fois en France. Nous sommes allés Chez le Baron à Epauvillers, à Courtefontaine, chez la Thé à Muriaux, à Vernois-le-Fol ou encore à Saint-Hippolyte. Et puis, il y a eu les pique-niques de Montécheroux où nous avons même fêté tes nonante ans en même temps que ceux du Paul Choulet. Tu avais tenu à marquer ce bel anniversaire avec tes amis patoisants du Plateau de Maîche et du Jura que tu considérais comme faisant partie de ta famille. Par contre, comme moi tu regrettais que ces bonnes gens ne parlent pas davantage le patois autour de la table durant le repas ! Mais tu menais notre groupe avec bonne humeur, toujours vaillant et plein d’entrain. A nonante ans tu conduisais encore ta voiture dans laquelle je suis monté plus d’une fois. Mais je dois quand même t’avouer que quelques fois j’ai eu un peu peur !!!
Malheureusement, les tracas de santé ne t’ont pas oublié ! Il y a quelques années, tu as bien failli mourir d’une grosse infection à la jambe ; mais là-haut on a décidé qu’on avait encore besoin de toi sur cette terre. Ensuite on t’a enlevé 36 centimètres de colon ! Il y a quelques années, tu aurais pu de nouveau t’en aller d’une pneumonie. Encore une fois ce n’était pas ton heure.
Les dernières années de ta vie, tu les as passées à l’hospice à Saint-Ursanne où nous avons encore ri et patoisé ensemble.
Voilà Marc, maintenant tu es parti pour le grand voyage. Toute l’équipe des « Voiy’nous » te dit un tout grand merci pour tout ce que tu as fait pour le patois ainsi que pour l’amitié que tu nous as apportée. Nous espérons que là-haut tu as été accueilli par ta chère Marie-Thérèse et tous les autres patoisants qui nous ont déjà quittés pour que tu puisses continuer de parler notre beau langage.

Grandfontaine le 13 juin 2020
Pour le groupe du Voiyïn :
Eric Matthey