Publié : 13 août

È d’maindait des seingnes

Benard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 13 août 2021

È d’maindait des seingnes

È y en é qu’aint lai fé di tchairboénou. D’âtres dotant, cment Célèchtin que se pôjait des quèchtions. Èl aivait r’nyè le Dûe de son afaince èt, po trovaie le Dûe que yi conv’nieuche, aivait déchidé de s’ïnchtallaie dains ènne bâme d’ lai Combe Tabeillon. « Chire, qu’è dié, i t’ bèye vingt ans po t’ manifèchtaie. Se, â bout d’ vingt ans, i n’ t’ai p’ touedge trovaie, te n’éxichtes pus po moi èt peus i r’toéne dains le monde. »

Dains sai r’tréte, enmé les bôs èt les bétes savaidges, è péssait ses djouénès è djâbyaie. È maindgeait ç’ qu’è trovait, s’lon lai séjon, des fraîjes, des améres, des moures, des mouchirons. È boyait l’âve de lai sourche. Ïn r’naîd yi t’nait compaignie. Ènne meûjatte maindgeait dains sai main.

Les vingt ans aint péssè. « Chire, qu’è dit, i t’ aivôs bèyie vingt ans po t’ manifèchtaie. I n’aî r’ci âtiun seingne. I t’aiccoédge encoé trâs djoués. Aiprés, sains ïn seingne de tai paît, i r’toéne dains le monde. »

Le lend’main, è crôuje chu son tch’mïn ènne véye sains dents, tote coèrbatte, que raiméssait di bôs sat po son foénat. Le djoué d’aiprés, ce feut ïn mézé que ch’couait sai tyeutchatte. Le trâjieme djoué, ènne coénatte de Sïnt-Boinaîd ainnonçait lai fïn d’ lai pieudge.

Célèchtin se drasse dains lai lumiere di coutchaint.« Vingt ans trâs djoués, èt touedge pe d’ seingne. I tyitte mon èrmitraidge . » Âch’tôt, ènne raîme fait trembyaie tote lai Combe Tabeillon :

- I étôs dains lai véye fanne, dains l’ mézè, dains lai coénatte de Sïnt-Boinaît, dains lai meûjatte que maindge dains tai main. Qu’est-ce qu’è t’ fât po qu’ te me r’coégneuches ?

Notes
djâbyaie, méditer
Ènne meûjatte, une mésange bleue
ïn mézé, un lépreux
ènne coénatte de Sïnt-Boinaît, un arc-en-ciel
ènne raîme, une voix tonnante


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 5.1 Mo