Publié : 26 février

Dangereuse analyse

Daindgerouse ainalyje

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 26 février 2021

Daindgerouse ainalyje

Dains le poiye d’aitttente d’ïn laiboratoire. Ïn p’tèt boûebat èt peus ènne baich’natte aittendent leur touè. Lai baich’natte puere sains brut, è grosses laigres. Le bouebat qu’é pidie yi tend ïn moétchou èt yi d’mainde :
- Dis, poquoi qu’ te pueres ?
- I vïns po faire ènne ainalyje di saing, qu’èlle yi répond.
- Èt peus, ç’ât po çoli qu’ te pueres, qu’è s’étanne.
- Ô, qu’èlle dit en chnouffaint de pus bèlle, poéche que mai grante soeur m’é dit que, po faire ènne ainalyje di saing, ès daint m’ copaie le p’tèt gliglin.

Le bouebat en oûyaint çoli vïnt tot bianc èt se r’tïnt po n’ pe tchoére. È chnouffe encoé pus qu’ lai baich’natte. Çtée-ci yi réchue ses laigres èt yi dit  :
- Ç’ât toi qu’ te pueres mit’naint. Qu’ât-ce que t’és  ?
- Moi, qu’è dit, i vïns ci po faire ènne ainalyje di pichat.

Note
pichat, urine


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 2.7 Mo

Dangereuse analyse

Dans la salle d’attente d’un laboratoire. Un petit garçon et une petite fille attendent leur tour. La fillette pleure sans bruit, à grosses larmes. Le garçonnet qui en a pitié lui tend un mouchoir et lui demande :
- Dis, pourquoi est-ce que tu pleures ?
- Je viens faire une analyse de sang, répond-elle.
- Et puis, c’est pour ça que te pleures ? s’étonne-t-il.
- Oui, poursuit-elle en sanglotant de plus belle, ma grande sœur m’a dit que, pour faire une analyse de sang, on doit me couper le petit doigt.

À ces mots, le garçonnet pâlit et se retient pour ne pas s’effondrer. Il pleurniche encore plus fort que la fillette. Celle-ci lui sèche ses larmes et lui dit :
- C’est toi qui pleures à présent. Qu’est-ce que tu as  ?
- Moi, dit-il, je viens ici pour une analyse d’urine.

Note
pichat, urine