Publié : 3 octobre 2020

Chocolat et Petit Jésus

Maurice Jobin

Une blague de Noël :

Le petit Jésus de la crèche est cassé, il faut le remplacer

info document -  MP3 - 3.4 Mo

201003 Conte de Noël - Fôle de Nâ
çoli se paisse à Alle tchez les Crâs. Â tchétaie d’lai famille Hubleur. Tôtes les annaies ès organisant enne p’tète féte pô Nâ. Pô l’organisachion de cte féte, pô la crétche, ès aint ïn ptét Jésus. Et peu ci p’tét Djésus el â tchoit pé tiere e s’a brigie.
Voili Daime Hubleur que dî « mains qu’as ki veux faire ? » Et pe, è iai son hanne que y’ai dit, « Atoi d’tchi nos, y’ai la famille Varin, é ait un p’tét l’âfaint que veut faire l’aiffaire. »
Daime Hubleur va tchez les Varin et peu que diait « Esche que vos peutes prâtaie vot p’tét l’âfaint pô le ptét Djésus pô bôtaie dans la crétche. Nos v’lans lui baiye dous-tras tabiattes de chocolat. » E botant ci p’tét dans la crétche et lui dit de ne peu boudgie. Et peu ènne houre aiprès, voili les invitaies qu’arrivant. « Oh c’qu’elle a bélle cte crétche, Mains si bé p’tét Djésus. » A ïn moment donné è y ait tra moutches que vïnt touenaient atoè di chiotra di p’tét Varin. Voili le p’tét Varin que boudge. Y ait enne fanne que dit « Miraitche ! Miraitche ! » Lo p’tét dit « y n’aipe de miraitche o d’miraitcha, è n’veupe me faire bouffer le guigui pô tras tabiatttes de chocolat. »

Traduction

Ceci se passe à Alle chez les « Corbeaux », au château de la famille Hubleur. Toutes les années ils organisent une petite fête pour Noël. Pour l’organisation de cette fête, pour la crèche, ils ont un petit Jésus. Et ce petit Jésus est tombé par terre et s’est brisé.
Madame Hubleur dit « Mais qu’est-ce que je vais faire ». Son homme (mari) lui dit : « Dans les alentours, il y a la famille Varin, ils ont un petit enfant, il va faire l’affaire ». Madame Hubleur va chez les Varin et dit « Est-ce que vous pouvez préter votre enfant pour faire le petit Jésus dans la crèche. Nous lui donnerons deux-trois tablettes de chocolat ». Ils mettent le petit dans la crèche et lui disent de ne plus bouger. Et une heure après, les invités arrivent et disent « Oh ce qu’elle est belle cette crèche ! Mais ce beau p’tit Jésus ! ».
A un moment donné, trois mouches tournent autour du sifflet du p’tit Varin. Voilà le p’tit Varin qui bouge. Une femme s’écrie « Miracle ! Miracle ! ». Le p’tit Varin dit « Y’a pas de miracle qui vaille, je ne veux pas me faire bouffer le zizi pour trois tablettes de chocolat. »

Dit et traduit par Maurice Jobin, Alle