Publié : 5 mars

Pensées sur la vieillesse

Musattes ch’ lai véyaince 

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 5 mars 2021

Musattes ch’ lai véyaince 

Se djuenaince saivait, se véyaince poéyait.
An écmence è voûere qu’an vïnt véye tiaind qu’ lai poijantou des tchaindèlles churpésse çtée di toétché d’ féte.
Lai véyaince brague hyie èt dit di mâ d’adj’d’heu.
Lai véyaince paiye les fâtes de lai djûenaince.
Quairante ans, ç’ât lai véyaince de lai djûenaince. Cïntyante ans, ç’ât lai djûenaince de lai véyaince.
Tiaind que vïnt lai véyaince, ç’ât bïn trichte de s’aipercevoûere qu’an n’ont p’ vétyu.
Lai véyaince dure che grant qu’è n’ fât p’ l’aicmencie trop tôt.
Lai véyaince rôte tchie l’hanne les piaijis mains yi léche l’envietaince.
Lai véyaince, ç’ât lai seule malaidie qu’an n’ peut p’eurvoiri.
Lai véyaince, ç’ât ènne faiçon de ravoétaie les âtres.
V’ni véye, ç’ât piedre sai couriositè.
Ç’ât bé, lai véyaince, cment le s’raye d’èrbâ. Dannaidge que çoli finisseuche che mâ.
I vangne dains mai djûenaince po tyeuyi dains mai véyaince.
Lai véyaince, an n’ sait p’ tiaind qu’èlle aicmence, an n’ sait p’ tiaind qu’èlle finit.
Dains tchéque véye, è y é ïn djûene que s’ demainde cment qu’ le temps é péssè.
An ât véye tiaind qu’an ont râtè d’ainmaie.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 4.2 Mo

Pensées sur la vieillesse 

Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait.
On s’aperçoit qu’on devient vieux quand le poids des bougies surpasse celui du gâteau d’anniversaire.
La vieillesse célèbre hier et blâme aujourd’hui.
La vieillesse, c’est quand on ne cesse de répéter : « Je ne me suis jamais senti aussi jeune . »
La vieillesse paye les erreurs de la jeunesse.
Quarante ans, c’est la vieillesse de la jeunesse. Cinquante ans, c’est la jeunesse de la vieillesse.
Quand vient la vieillesse, il est bien triste de s’apercevoir que l’on n’a pas vécu.
La vieillesse dure si longtemps qu’il ne faut pas la commencer trop tôt.
La vieillesse enlève chez l’homme les plaisirs mais lui laisse l’envie.
La vieillesse, c’est la seule maladie dont on ne peut pas guérir.
La vieillesse, c’est une façon de regarder les autres.
Vieillir, c’est perdre sa curiosité.
C’est beau, la vieillesse, comme le soleil d’automne. Dommage que cela finisse si mal.
Je sème dans ma jeunesse pour récolter dans ma vieillesse.
La vieillesse, on ne sait pas quand elle commence, on ne sait pas quand elle finit.
Dans chaque vieillard, il y a un jeune homme qui se demande comment le temps a passé.
On est vieux quand on cesse d’aimer.