Publié : 25 juin 2021

La taupe

Lai taîrpie

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 25 juin 2021

Lai taîrpie

D’après Jean Christe

Ïn bé djoué, le tyurie vïnt trovaie l’ mére èt yi dit :
- Mére, vôs èz bïn chiquè çte piaice d’vaint l’môtie, ci vouéjon, ces pyaiques èt tot èt tot.
- Nôs ains fait ç’ que nôs poéyïns, Chire. Vôs saites, nôs s’entendans bïn, lai Tyemeune èt peus les vôtres, meinme que nôs sons des Rouges èt peus vôs des Nois.
- Ô. Mains voili, è y é ènne taîrpie â moitan d’ ci vouéjon.
- Cré nom ! I veus dire â banvaîd de l’allaie pâre.

Le banvaid vïnt d’aivô sai pïnce. È grôte è pâre çte taîrpie vétçhainne. È l’enfromme dains ènne caidge èt l’é bèye â mére. Le meinme soi, ès aint l’ Consèye. Le mére vïnt d’aivô çte taîrpie.
- Qu’ât-ce qu’an en veut faire ? qu’è d’mainde.
- È lai fât tyûaie, prepôje ïn aimbo.
- Pe n’impoétche comment ! dit ïn âtre. È lai fât nayie dains lai r’viere.
- Bèye-me lai po mon tchïn, aidjoute ïn youcat.

Le pus véye di Consèye prend lai pairôle è son touè :
- Çte tairpie qu’é fait ènne mont’nie d’vaint l’ môtie mérite d’étre peunie. È lai fât entèrraie vétçhainne.

Le fossoiyou ât tchairdgie de creûj’naie ïn ptchu. È y voiche çte taîrpie, è r’boûetche èt bèye dous trâs côps d’ pâle po aipiaini  :
- Tïns, sale béte, mit’naint t’ peus crever !

Note
la taîrpie, la taupe. En exécution de la sentence, le fossoyeur la renvoie à ses galeries souterraines.
ci vouéjon, ce gazon
ïn aimbo, un conseiller communal


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

La taupe

Un beau jour, le curé vient trouver le maire et lui dit :
- Monsieur le Maire, vous avez bien arrangé la place de l’église, avec ce gazon, ces plaques et tout.
- Nous avons fait ce que nous pouvions, Monsieur le Curé. Vous savez, nous nous entendons bien, la commune et les vôtres, même que nous sommes des Rouges et vous des Noirs.
- Oui, mais voilà. Il y a une taupe au milieu de ce gazon.
- Cré nom ! Je dirai au garde-champêtre d’aller la prendre.

Le garde-champêtre vient avec sa pince. Il réussit à prendre cette taupe vivante. Il l’emprisonne dans une cage et la remet au maire. Le conseil municipal se tient le même soir. Le maire s’y rend avec cette taupe. Il demande : « Qu’est-ce qu’on va en faire ? »
- Il faut la tuer, propose un conseiller.
- Pas n’importe comment ! dit un autre. Il faut la noyer dans la rivière.
- Donne-la moi pour mon chien, ajoute un loustic.

Le plus ancien du conseil prend la parole à son tour :
- Cette taupe qui a fait une taupinière devant l’église mérite d’être punie. Il faut l’enterrer vivante.

Le fossoyeur est chargé de creuser un trou. Il y verse cette taupe, il rebouche et donne quelques coups de pelle pour aplanir :
- Tiens, sale bête, maintenant, tu peux crever !