Publié : 9 juillet

La chique

Lai chitçhe

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 9 juillet 2021

Lai chitçhe

Source : Constant Meyer, Asuel

An l’aipp’lait Lai Chitçhe. È n’était coégnu que poi ci sobritçhèt. È f’sait l’ voiturie. È tranchpoétchait s’lon lai d’mainde di bôs, des pieres. È livrait di tchairbon. È déménaidgeait des moubyes. Èl était ch’ les vies le tchâd temps cment l’huvie. C’était le routier d’ ci temps-li, sâfe qu’â yûe d’in caimion, èl aivait ïn tchairroi tyirie poi ses quaitre robuchtes tchevâs èt qu’â yûe d’faire di cent è f’sait di chés en l’hoûere. C’était l’ bon véye temps.

Lai Chitçhe poétchait bïn son churnom. È chiquait di toubac qu’èl aitch’tait â p’tèt l’Uségo èt voidgeait sai chique entre les dents di maitïn â soi. Po les r’cegnons, è lai botait dains son moétchou. È feut tchairdgie de débardaie di bôs èt d’ le moinnaie en lai raîssatte d’Asué. Èl en aivait po dous trâs snainnes. È n’ poéyait p’ péssaie d’vaint les Malettes sains entraie boire sai p’tète gotte. È r’tyeupait sai chitçhe dains sai main èt lai léchait ch’ le bord d’ènne f’nétre â d’vaint l’heus. Lai Louije, lai paitronne, en aivait prou d’ son commèrce. Çoli yi poétchait condangne.

Ïn djoué, èlle rempiaicé çte faimeuse chitçhe poi ïn bousèt de tch’vâ d’ lai meinme grantou. En paitchaint di cabairèt, sains s’ méfiaie, not’ voiturie lai prend et l’engoule. I vôs léche imaidginaie sai roingne. Lai Louije qu’aivait djudgè bon de s’ caitchi ne piedgeait ran d’ lai sceinne.

Le lend’main, è r’était li, mine de ran, è chlapaie sai roquèye. Lai soi yi aivait fait rébyaie sai méjaiveintyure.

Note
en lai raîssatte, à la scierie
Çoli yi poétchait condangne, cela la dégoûtait
Ne pas confondre le soi, le soir, et lai soi, la soif


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 4.9 Mo

La chique

On l’appelait La Chique. Il n’était connu que sous ce sobriquet. Il faisait le voiturier. Il transportait selon la demande du bois, des pierres. Il livrait du charbon. Il déménageait des meubles. Été comme hiver, il était sur les routes. C’était le routier de ce temps-là, sauf qu’au lieu d’un camion, il disposait d’un char tiré par ses quatre robustes chevaux de trait et qu’au lieu de faire du cent il faisait du six à l’heure. C’était le bon vieux temps.

La Chique portait bien son surnom. Il chiquait du tabac qu’il achetait dans l’épicerie Uségo et gardait sa chique entre les dents du matin au soir. Pour les repas, il la mettait dans son mouchoir. Il fut chargé de débarder du bois et de le conduire à la scierie d’Asuel. Il avait pour deux à trois semaines de travail. Il ne pouvait pas passer devant les Malettes sans entrer boire sa petite goutte. Il recrachait sa chique dans sa main et la laissait sur le bord extérieur d’une fenêtre. Louise, la patronne, en eut assez. Ces manies la dégoûtaient.

Un jour, elle remplaça cette fameuse chique par une crotte de cheval de même apparence. En quittant le café, notre voiturier la prend et, sans se méfier, la porte à la bouche. Je vous laisse imaginer la colère du roulier. Louise avait jugé prudent de se cacher, mais elle ne perdit rien de la scène.

Le lendemain, La Chique était de retour au café des Malettes et sirotait sa petite goutte sans rancune. La soif lui avait fait oublier sa mésaventure.