Publié : 9 avril 2021

Le lièvre de Pâques

Lai lievre de Paîtçhes

Publié dans le Quotidien Jurassien le 9 avril 2021

Lai lievre de Paîtçhes

Tiaind qu’ le pére ât rentrè di traivail, sai fanne èt yote baîch’natte de chés ans étïnt en la tieujènne en train d’airrandgie ènne cratte d’aivô d’ l’étrain. È y aivait ènne gairatte ch’ lai tâle.
- Qu’ât-ce qu’ vôs faites ? qu’è d’mainde.
Lai mére é botè ïn index chu ses maîrmes : « Chut ! » Ç’ât lai baîch’natte qu’é réponju :
- Nôs prépairans ïn nid po lai lievre de Paîtçhes. Èlle veut v’ni dains lai neût, èt peus èlle veut botaie totes soûetches de boénnes tchoses dains mai cratte.
Le pére é fait seingne en sai fanne de le cheudre dains l’allou.
- Dis voûere, èrrâte d’ lai pâre po ènne coûerétte. Lai lievre de Paîtçhe n’exichte pe. Se te n’yi dis pe, ç’ât moi qu’i yi dis. T’és compris ?
- Qu’ât-ce qu’èl é dit ? demainde lai baîch’natte.
- Léche-me t’èchpyiquaie, dit lai mére. Prépairaie ïn nid po lai lievre de Paîtçhes, ç’ât ènne véye tradichion. È lai fât voidgeaie. I le f’sôs âchi tiaind qu’i étôs p’tète. Mains lai lievre de Paîtçhes n’exichte pe. Ç’ât les poirents que botant les crômas dans le nid.

Lai baîch’natte é fait ïn peut tchouré mains n’é ran dit. Èlle ât allèe botaie son nid ât tieutchi â pie di neûjéyie. Pendant lai neût, èl é nadgie. Ïn tchait ât aivu eurniflé lai cratte. Lai baîch’natte qu’é vu lai traice de ses paittes dains lai nadge é rittè tote hèy’rouse voi sai mére :
- Mains chié qu’èlle exichte lai lievre de Paîtçhes. I ai vu ses pas mairtçhès dains lai nadge.

Notes
lai lievre, le lièvre, féminin en patois
ses maîrmes, ses lèvres
l’allou, le corridor
ènne coûerétte, une imbécile
ïn peut tchouré, une mine renfrognée
â pie di neûjéyie, au pied du noisetier


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

Le lièvre de Pâques

Quand le père rentra de son travail, sa femme était à la cuisine en compagnie de leur fillette de six ans en train d’arranger un corbillon avec de la paille. Il y avait une carotte sur la table.
- Qu’est-ce que vous faites ? demanda-t-il.
La mère porta un index sur ses lèvres : « Chut ! » C’est la fillette qui répondit :
- Nous préparons un nid pour le lièvre de Pâques. Il viendra pendant la nuit et mettra toutes sortes de bonnes choses dans mon corbillon.
Le père fit signe à sa femme de le suivre dans le corridor.
- Cesse donc de la prendre pour une imbécile. Le lièvre de Pâques n’existe pas. Si tu ne le lui dis pas, c’est moi qui le lui dirai. Compris ?
- Qu’est-ce qu’il a dit ? demande la fillette.
- Laisse-moi t’expliquer, dit la mère. Préparer un nid pour le lièvre de Pâques, c’est une vieille tradition. Il faut la conserver. Je le faisais aussi quand j’étais petite. Mais le lièvre de Pâques n’existe pas. Ce sont les parents qui déposent les cadeaux dans le nid.

La fillette a fait la trogne mais n’a rien dit. Elle est allée au jardin mettre son nid au pied du noisetier. Pendant la nuit, il neigea. Un chat s’approcha du corbillon. Toute joyeuse, la fillette qui remarqua ses traces dans la neige courut vers sa mère :
- Mais si qu’il existe le lièvre de Pâques. J’ai vu ses pas marqués dans la neige.