Publié : 24 octobre

Educateur, langues ; n’oublions pas le patois !

SER Educateur, n°2 21 février 2020

Un dossier concernant le patois, établi dans la mouvance de la sensibilisation aux diverses langues à l’école.

L’ensemble du dossier imprimable en PDF

info document -  PDF - 8.4 Mo

Après avoir subi au cours des siècles bon nombre de vagues d’éradication, les patois romands survivants ont arrêté de se cacher. Ils ont même réapparu depuis quelques années, ici ou là dans certaines écoles, proposés en cours facultatifs aux intéressé·es.

T’as où le patois  ?

Entre repli identitaire – «  t’as beau parler le patois, tu ne seras jamais du village  » – ou superbe moyen de sensibilisation aux autres langues, notre dossier du mois a choisi  : découvrir les racines d’une langue – encore davantage lorsqu’il s’agit de la sienne – ne peut qu’éveiller la curiosité et la compréhension pour les autres cultures.
Longtemps mis à ban par les autorités parce qu’ils auraient soi-disant empêché l’apprentissage du «  vrai  » français ( p. 4 ), les patois, du moins quelques-uns, ont résisté jusqu’à nos jours généralement par la grâce de passionné·es ( pp. 6 et 14 ) – et principalement dans les cantons du Valais, Fribourg et Jura. Leur vitalité – en un temps où nombre de langues du monde risquent la disparition – a convaincu  : il y a un peu plus d’un an, le Conseil fédéral a reconnu le franc-comtois et le francoprovençal – bases des patois romands - en tant que langues d’usage traditionnel en Suisse  ; et donc à préserver.
Les patois peuvent s’amener en classe comme l’apprentissage d’une nouvelle langue – c’est possible dans le Jura depuis le début des années 2000 déjà  ; ils peuvent aussi, présentés dans leur diversité comme le propose par exemple le moyen didactique EOLE et patois ( p. 8 ), ouvrir la porte à des découvertes langagières utiles autant que joyeuses.
Ainsi, à la rédaction de l’Educateur  :
– Dis-moi, toi qui n’as que du sang valaisan, ça ressemble à quoi une matze  ?
– Aucune idée, ça vient du Valais du centre, ici c’est le Bas-Valais, on n’a pas le même patois …
– …
Bonne lecture.
Nicole Rohrbach, rédactrice en cheffe

Le site de l’Educateur

N’oublions pas le patois