Publié : 7 octobre 2020

Porrentruy, la cigogne blanche

Porrentruy, lai biantche cigangne,

Micou, Michel Cerf

Porrentruy, lai biantche cigangne,

info document -  MP3 - 7.6 Mo

Racontée par Micou

I ne sairos dire poquoi, main è y é dés oûejés que nos r’veniant meu qu’d’âtres. Tiaind qu’i vois ïn cra o ènne aidiaice poi lai f’nétre çoli ne m’fait ne tchâd, ne fraid. Poétchaint i peus pésaie ïn quât d’oûere è raivoétie ïn tiaimu sataie dains mon tçheutchi, ènne rote d’aillombrattes envirvoltaie dains lo cie... o ènne cigangne tranvoichie en detchu de lai mâjon po r’djoindre lés p’tèts l’étaings de lai san de Coétchdoux.

Nôs poirents aivïnt tant de piaiji è nôs raicontaie des balamboûnes tchu lai cigangne qu’aippoétchait lés p’tèts l’afaints dains les faimilles... Èt cés tchainsons de not’ djûenence que s’rédjoueychïnt di r’toué dés cigangnes... Dains lai véjïne Èlsace, nôs ne mainquïns’pe de tçheuri lés nids aiccreuchis tchu lés véyes toués o lés cieutchies dés môties.

Èt mit’naint, voili que cés bés grants l’oûejés daingnant pare yôs quâtchies dains not’ bèlle Aîdjoûe.

È fât dire que l’ïnchtallation de brâment de cigangnes tchie nôs ne dait ran â hésaid. Voili bïn vinte-cïntçhe annèes, des aimis pachionès de naiture aivïnt r’laitchie dés prijènes cigangnes de lai san de Daimphreux. Ïn premie coupye s’ât ïnchtallè dains ïn nid qu’ès aivïnt botè tchu l’toét di môtie de Daimphreux. Pendaint maintes annèes, ci coupye ât d’moérè quasi tot de pai lu. Poétchaint dous trâs âtres coupyes aint épreuvé de nitchie dains lés véjïns v’laidges, c’ment Bonfô, ïn yue aivô de bés l’étaings.

Foûes de ci premie vait-bïn, nôs aimoérous dés oûejés déchidènent de posaie encoé brâment d’sôtnues de nids, soûetches de ronds piaîtés aivo ïn pnie en sacie, laivoù des cigangnes airaint poyu s’posaie o s’inchtallaie po de bon. C’était vâs lés annèes 2000. De 2016 è 2020, po lai pu grante djoûe de cés pachionnès aimis de lai naiture, en quaitre annèes es poyïnt comptaie quasi vinte peus trente novés coupyes qu’aivïnt déchidè de d’moéraie dains not’ care de tiere : dous è Daimphreux, yûn è Vendlïncouè, yûn è Tieûve èt tot ènne rotte è Poérreintru.

Dïnche, ès poyènent lés observaie, pare dés îmaidges, enrolaie dés films. Aivô l’éde d’étchieles, ès poyènent meinme s’aippreutchie dés nids laivoù è y aivait dés p’tèts. Pus d’yûn feu baidyè ço qu’è permi de cheudre yot’ pairco, tiaind, lai fïn di tchâtemps v’ni, ès paitchïnt vâs dés pus tchâds paiyis.

Mains l’bocquat ç’ât qu’ènne de cés p’tètes cigangnes ât aivu ètçhipèe d’ènne balise po qu’an poyeuche cheûdre sés dépiaicements djoué aiprès djoué. En pus, po que niûn ne se poyeuche trompaie, an on batayi l’oûejé di nom de « Porrentruy » !

Che bïn s’vent an s’muse que les ordnatous èt tote lai tèchnique d’adj’d’heû n’aippoétchant pe grand tchose... è fât bïn r’coégnâtre que ç’ât achi miratçhulou èt que lés novèlles coégnéchainces qu’an en peut tirie, an ne lés airait pe âtrement. Ïn site internet* ât aivu botè tchu pie èt mit’naint tçhétyun peut cheudre lés dépiaicements de lai cigangne « Porrentruy ». Paitchi lo 7.08.2017 aivô ènne rote de migraintes cigangnes, an lai retrove ïn po pu de dous mois aiprés vâs Gibraltar â sud de l’Espagne, èt peus â Portugal. Èlle ât d’moérè pu de dous annèes dains ci d’rie paiyis. Lo 7 de mârs 2020, lai voili que prend son envoul po l’coutchaint de l’ai Fraince. Cés que lai cheûyant preniant èchpoi de lai r’voûere bïntôt poi tchie nôs. Mains « Porrentruy », que s’ât botè en coupye, déchide, d’allaie de lai san de lai Manche, aiprés mil sept cents kilométres èt de s’airrâtaie dains lai Baie de Somme, encoé pu hât qu’Amiens èt d’y faire son nid.

Chi ès aint ènne petète déchèpchion de ne lai pe r’vouere dains l’Jura, les aimoérous des cigangnes sont tot de meinmes hèy’rous de lai saivoi aidé vétçhainte èt en boénne saintè. Dïnche inchtallèe aivô sai compaigne o son compaignon, èlle ne sairait mainquaie d’aippoétchaie lai vie èt lai djoûe atoué d’èlle.

Porrentruy, la cigogne blanche.

Je ne pourrais pas dire pourquoi, mais il y a des oiseaux qui nous reviennent mieux que d’autres. Quand je vois un corbeau ou une pie par la fenêtre, ça ne me fait ni chaud ni froid. Pourtant, je peux passer un quart d’heure à regarder un bouvreuil sauter dans mon jardin, une bande d’hirondelles virevolter dans le ciel... ou une cigogne traverser au-dessus de la maison pour rejoindre les petits étangs du côté de Courtedoux.

Nos parents avaient tant de plaisir à nous raconter des balivernes sur la cigogne qui apportait les petits enfants dans les familles... Et ces chansons de notre jeunesse qui se réjouissaient du retour des cigognes... Dans l’Alsace voisine, nous ne manquions pas de chercher les nids accrochés sur les vieilles tours ou les clochers des églises.

Et maintenant voilà que ces beaux grands oiseaux daignent prendre leurs quartiers dans notre belle Ajoie. Il faut dire que l’installation de nombreuses cigognes chez nous ne doit rien au hasard. Voilà bien vingt-cinq ans, des amis passionnés de nature avaient relâché des cigognes captives du côté de Damphreux. Un premier couple a construit son nid sur une plate-forme qu’ils avaient mise sur le toit de l’église de Damphreux. Pendant plusieurs années, ce couple est resté quasiment seul. Toutefois, deux trois autres couples ont tenté de nicher dans les villages voisins, notamment à Bonfol, un endroit avec de beaux étangs.

Forts de ce premier succès, nos amoureux des oiseaux décidèrent de poser encore beaucoup d’autres supports de nids, sortes de plates-formes circulaires avec un panier en osier où des cigognes auraient pu se poser ou s’installer pour de bon. C’était dans les années 2000. De 2016 à 2020, pour la plus grande joie de ces passionnés amis de la nature, en quatre ans, ils purent compter presque vingt, puis trente nouveaux couples qui avaient décidé de rester dans notre coin de pays : deux à Damphreux, un à Vendlincourt, un à Coeuve et une grande colonie à Porrentruy. Ainsi, ils purent les observer, prendre des photos, tourner des films. A l’aide d’échelles, ils purent même s’approcher des nids où il y avait des petits. Plus d’un fut bagué, ce qui permit de suivre leur parcours, quand la fin de l’été venue, ils partirent vers des pays plus chauds.

Mais le bouquet, c’est qu’une de ces petites cigognes a été équipée d’une balise, pour qu’on puisse suivre ses déplacements jour après jour. En plus, pour que personne ne puisse se tromper, on a baptisé l’oiseau du nom de « Porrentruy » !

Si bien souvent on pense que les ordinateurs et toute la technique d’aujourd’hui n’apportent pas grand chose... il faut bien reconnaître que c’est aussi miraculeux, et que les nouvelles connaissances qu’on en peut tirer, on ne les aurait pas autrement. Un site internet* a été mis sur pied, et maintenant, chacun peut suivre les déplacements de la cigogne « Porrentruy ». Partie le 7.08.2017 avec une bande de cigognes migrantes, on la retrouve un peu plus de deux mois après, aux alentours de Gibraltar, au sud de l’Espagne, puis au Portugal. Elle est restée plus de deux années dans ce dernier pays. Le 7 mars 2020, la voilà qui prend son envol pour l’ouest de la France. Ceux qui la suivent prennent espoir de la revoir bientôt par chez nous. Mais « Porrentruy », qui s’était mise en couple, décide d’aller du côté de la Manche, après mille sept cents kilomètres, de s’arrêter dans la Baie de Somme, encore plus au nord qu’Amiens, et d’y faire son nid. S’ils ont une petite déception de ne pas la revoir dans le Jura, les amoureux des cigognes sont tout de même heureux de la savoir vivante, et en bonne santé. Ainsi installée, avec sa compagne ou son compagnon, elle ne saurait manquer d’apporter la vie et la joie autour d’elle.


Fondation les marais de Damphreux


Suivre la cigogne Porrentruy