Publié : 16 octobre 2020

Bordel

Bodgé

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 16 octobre 2020

Bodgé

Ci Lexandre é bïn réussi. Aiprès de londyes étyudes, èl ât aivu nanmè è lai Confédérâchion. An l’envie s’vent è à l’étraindgie. Ces dries temps, èl ât è Pairis.

È n’ rébiebe p’ sai prov’nyaince. È r’vïnt en lai Sïnt-Maitchïn prayie ch’ les tombes èt faire lai nace d’aivô ci Maxime et ci Thiennat, dous aimis d’afaince que sont d’moérès â v’laidge. Le Maxime fait l’ paiyisain. LeThiennat ât eurleudgie en l’hôtâ.
- Venites me voûere è Pairis, qu’è yôs dit. Vôs s’rèz bïn r’cis.

Les dous aimis aint fini poi accèptaie. Le Maxime é confiè ses vaitches â véjïn, Le Thiennat é randgie ses p’tèts l’eutils chu l’établi, èt peus les voili paitchis tos les dous è Pairis.

Le Lexandre les aittendait en lai gare de l’Est.
- I vôs ménaidge ènne churprije, qu’è yôs dit. Ç’ât ènne échpérieince qu’è fât vivre ïn côp dains sai vétyaince.

È les é moénès dains ènne de ces mâjons de piaîji laivou que traivaiyant ces daimes de p’tète vèrtu. Ç’ât lu qu’é tot euffri, champagne èt féyes ladgieres. Dains l’ métro de r’touè, è yôs d’mainde :
- Aidonc, çoli vôs è piaîju ?
- Pouh, i ainme aitaint faire çoli d’aivô ma femme, dit l’ Maxime en r’creutchaint sai beûyatte.
- Moi âchi, aidjoute le Thiennat. I ainme aitaint faire çoli d’aivô tai fanne.

Notes

Bodgé, maison close, bordel. Correspond au mot polysémique français “bouge”, n.m, dans le sens de chambre d’hôtel misérable, bouge à matelots. On le rencontre dans le Journal des frères Goncourt, 1886.
eurleudgie en l’hôtâ, horloger qui travaille chez lui (en l’hôtâ), comme le paysan-horloger d’autrefois.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 4 Mo

Bordel

Alexandre a bien réussi. Après de longues études, il a obtenu un poste à la Confédération. On l’envoie souvent à l’étranger. Ces derniers temps, il est à Paris.

Il n’oublie pas ses origines. Il revient à la Saint-Martin prier sur les tombes et faire la noce avec Maxime et Thiennot, deux amis d’enfance qui sont restés au village. Maxime est paysan. Thiennot est horloger à domicile.
- Venez me voir à Paris, leur dit-il. Vous serez bien reçus.

Les deux amis ont fini par accepter. Maxime a confié ses vaches au voisin, Thiennot a rangé ses petits outils sur l’établi, et les voilà partis tous les deux à Paris.

Alexandre les attendait à la gare de l’Est.
- Je vous ménage une surprise, leur dit-il. C’est une expérience à vivre une fois dans sa vie.

Il les a conduits dans une maison close où travaillent ces dames dites de petite vertu. Il a tout payé, champagne et filles légères. Dans le métro de retour, il leur demande :

- Alors, ça vous a plu ?
- Pouh, j’aime autant faire ça avec ma femme, dit Maxime en raccrochant sa braguette.
- Moi aussi, approuveThiennot. J’aime autant faire ça avec ta femme.