Publié : 21 janvier

Celui qui s’abaisse

Çtu qu’ s’abéche

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 14 janvier 2022

Çtu qu’ s’abéche

Ès sont dous évètyes que s’rendant â covent des Oûejés po lai prije de véture d’ènne soeuratte. En lai gare, ès prenyant ïn taxi po airrivaie en l’hoûere. Ç’ât des dgens tot sïmpyes. Ès n’aint p’ revéti yote véture de prïnces di Môtie. Ès aint bïn compris lai yeçon de l’Évangile : « Çtu qu’ s’éyeuve s’ré abéchi, çtu qu’abéche s’ré éy’vè. »
- Nôs n’ sons ran que poussiere, dit l’ pus véye.
Son confrére aippreuve :
- Ô, èt peus nôs retoérnerons en poussiere.
- Le pus p’tèt chu çte tiere ât pus grant que nôs.
- Hèy’rous les humbyes !
- Éh ô, d’moérans humbyes !
- Les pubyicains èt les putainnes s’raint aivaint nôs â pairaidis.

Le conductou di taxi, que cheuyait yote djâs’rie èt que t’nyait è yôs môtraie que lu-meinme n’était qu’ïn poûere fâtou, â moins âchi humbye que yôs, s’eurtouène :
- Èt peus moi, Méchires, i seus moins que ceindre èt poussiere, moins que voirméché, moins que breume èt broussâles, moins que l’hierbe des tchaimps, i n’ seus ran, ran, ran,, moins que ran.
Les dous prélats se ravoétant, outrès :
- Nian mains, è s’ prend po tiu, çtu-ci ?


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

Celui qui s’abaisse

Ce sont deux évêques qui se rendent au couvent des Oiseaux pour la prise d’habit d’une novice. À la gare, ils prennent un taxi afin d’arriver à l’heure. Ce sont des gens très simples. Ils n’ont pas revêtu leur tenue de princes de l’ Église car ils ont bien intégré le précepte évangélique : « Celui qui s’élève sera abaissé, celui qui s’abaisse sera élevé. »
- Nous ne sommes que poussière, dit l’aîné.
Son confrère approuve :
- Certes, et nous retournerons en poussière.
- Le plus petit sur cette terre est plus grand que nous.
- Heureux les humbles !
- Eh oui, restons humbles !
- Les publicains et les prostituées seront avant nous au paradis.

Le chauffeur de taxi, qui suivait leur conversation et qui tenait à leur montrer que lui-même n’était qu’un pauvre pécheur, au moins aussi humble qu’eux, se retourne :
- Et moi, Messieurs, je ne suis que cendre et poussière, moins que ver de terre, moins que brume et brouillard, moins que l’herbe des champs, je ne suis rien, rien, rien, moins que rien.
Les deux prélats se regardent, outrés :
- Non mais, il se prend pour qui, celui-ci ?